Archive for the ‘SANTE-MALADIE’ Category

SANTE CORPS ESPRIT NOTRE COURRIER DU JOUR – DOLIPRANE

Gmail
NOUVEAU MESSAGE

Hangouts

Plus
1 sur 1 953 

Tout imprimer
Dans une nouvelle fenêtre

Doliprane : lisez ceci avant d’en avaler le moindre gramme

Boîte de réception
x

Xavier Bazin – Santé Corps Esprit <xavier.bazin@mail.sante-corps-esprit.info>

07:04 (Il y a 6 minutes) 

À moi
 

La Lettre de Xavier Bazin
Pour vous inscrire : rendez-vous ici.
Pour vous désinscrire cliquez-ici.

Doliprane : lisez ceci avant d’en avaler le moindre gramme

Cher(e) ami(e) de la Santé,

Un des plus grands experts toxicologues du Canada, le Dr David Juurlink, a récemment lâché cette petite bombe :

« Si le paracétamol était mis sur le marché aujourd’hui, il ne serait pas autorisé à la vente. » [1]

Si vous pensez qu’il exagère, lisez bien cette lettre jusqu’au bout.

D’un point de vue scientifique, vous verrez qu’il a parfaitement raison (certaines découvertes récentes font froid dans le dos…).

Mais je peux d’ores et déjà vous affirmer que nos autorités ne risquent pas d’agir de sitôt.

Car le paracétamol est l’ingrédient principal d’un nombre impressionnant de médicaments : le Doliprane, bien sûr, composé à 100 % de paracétamol … mais aussi le Dafalgan et l’Efferalgan, ou encore ActifedHumexFervexProntalgine, etc…

Cela fait du paracétamol le NUMÉRO 1 des ventes en pharmacie.

En nombre de boîtes, c’est le médicament le plus vendu en France, de très loin, avec la bénédiction de notre système médical.

Au total, les multinationales pharmaceutiques gagnent plus de 6 milliards de dollars avec ce produit. [2]

Si l’on révélait d’un seul coup toute la vérité sur le paracétamol, c’est tout notre système de santé qui pourrait chanceler :

  • Pour l’industrie pharmaceutique, le paracétamol est comme un domino : s’il s’effondre, il entraînera beaucoup d’autres médicaments dans sa chute. Car le paracétamol a longtemps joui d’une « bonne réputation » – si même lui est inefficace et dangereux, que penser des autres médicaments ?
  • Pour nos autorités de santé, c’est leur crédibilité qui est en jeu : comment ont-elles pu recommander son utilisation massive pendant si longtemps, et l’autoriser en vente libre ?
  • Quant aux médecins qui ont prescrit ce médicament de bonne foi pendant des années, ont-ils vraiment envie qu’on leur dise qu’ils ont mis leurs patients en danger ?

Personne n’a intérêt à ce que le scandale éclate.

Alors tout se passe discrètement, à pas feutrés…

Les petites manœuvres commencent

Aux États-Unis, la FDA (l’équivalent de notre « agence du médicament ») l’a récemment avoué : près de 100 000 Américains sont victimes chaque année d’une intoxication au paracétamol… et 450 d’entre elles n’en réchappent pas. [3]

Les autorités canadiennes ont fait un pas de plus : en 2015, elles ont lancé une grande réflexion officielle sur la prescription du paracétamol. Voici ce que vous pouvez lire sur le site du ministère de la santé canadien :

« Le paracétamol (acétaminophène) est la principale cause de graves lésions du foie, y compris l’insuffisance hépatique aiguë, dans de nombreux pays, dont le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie. »

Notez que la majorité des surdosages sont parfaitement involontaires.

Pire, dans 1 cas sur 5, ces intoxications gravissimes ont eu lieu alors même que le patient avait respecté la dose maximale autorisée !!

Toujours sur le site officiel canadien, vous pouvez lire :

« De plus, jusqu’à 20 % des cas de lésions du foie associées au paracétamol mentionnent des doses dans la gamme recommandée (moins de 4 g par jour, soit l’équivalent de 8 comprimés de 500 mg). »

Malgré ce diagnostic sans appel, le Canada n’a toujours pas pris la moindre mesure.

Mais la Suède, elle, a commencé à prendre le sujet à bras le corps.

D’abord, les Suédois ont décidé de retirer le paracétamol des supermarchés, en novembre 2015. Il faut dire qu’entre 2006 et 2013, le nombre d’hospitalisations causées par ce médicament avait été multiplié par deux. [4]

Puis, en octobre 2016, les autorités suédoises ont interdit aux mineurs d’acheter plus d’une boîte à la fois. Quant aux adultes, ils recevront désormais un avertissement systématique, sous la forme de « conseils d’utilisation ».

C’est déjà un progrès. Car les pharmaciens suédois donneront enfin à leurs clients cette information capitale, qu’on n’entend jamais en France :

Surtout, n’en prenez pas après avoir bu de l’alcool !

Les lendemains de fête, on a souvent mal au crâne. Quoi de plus naturel d’ouvrir son armoire à pharmacie pour attraper un Doliprane ?

Et pourtant, ce simple geste peut vous envoyez à l’hôpital, si vous avez le malheur de forcer sur la dose.

Car cela fait 50 ans qu’on le sait : le paracétamol est toxique pour le foie !

L’alcool aussi. Et comme vous pouvez l’imaginez, si vous combinez les deux, les résultats peuvent être dramatiques.

Dans les services de transplantation du foie en Grande-Bretagne, les deux tiers des patients étaient là à cause d’un excès de paracétamol. Et c’étaient pour la plupart de bons buveurs d’alcool. [5]

En cas de mélange d’alcool et de paracétamol, ce sont aussi vos reins qui sont en danger : vous avez 120 % de risque en plus d’avoir de graves problèmes rénaux… même si la dose d’alcool est modérée ! [6]

Mais il y a beaucoup, beaucoup plus grave.

Le paracétamol n’est pas simplement dangereux en cas de surdose accidentelle. Là où il fait le plus de victimes, c’est chez ceux qui en prennent très régulièrement.

Si vous en prenez trop souvent, vous risquez tout simplement… la mort !

Le gros problème du paracétamol, c’est qu’il ne suffit pas d’éviter les overdoses pour être à l’abri : il est encore plus dangereux de dépasser légèrement mais souvent les doses autorisées.

Une grande étude publiée dans le British Journal of Clinical Pharmacology l’a révélé de manière éclatante. [7]

Parmi des patients dont le foie était sévèrement endommagé, ceux qui avaient consommé chaque jour un peu trop de paracétamol avaient plus de risque de mourir que ceux qui avaient été hospitalisés pour un seul surdosage grave.

Ces pauvres malades voulaient calmer leurs douleurs chroniques… et à cause du Doliprane, ils se sont retrouvés dans un service de transplantation, à attendre la greffe d’un nouveau foie… qui arrive parfois trop tard.

Et si vous vous dites qu’il « suffit » de respecter les doses maximales autorisées pour être tranquille, détrompez-vous !

D’après une revue d’études publiée dans Annals of the Rheumatic Diseases, la prise de paracétamol aux doses conseillées augmente de 23 % le risque de mortalité ! [8]

Les mêmes chercheurs ont aussi découvert que les femmes qui prennent plus de 15 comprimés par semaine ont plus de crises cardiaques : leur risque est augmenté de 63 % !

Or 15 comprimés par semaine, c’est encore deux fois moins que le maximum autorisé !

Bref, le Doliprane n’est clairement pas cette « pilule inoffensive » qu’on vous a longtemps présentée.

Et si vous avez encore le moindre doute, voici d’autres effets indésirables très inattendus, découverts tout récemment :

Saignements gastriques, asthme, surdité, fertilité… et insensibilité !

On a cru pendant longtemps que le Doliprane ne posait pas de souci à l’estomac. C’était d’ailleurs un gros avantage par rapport aux anti-inflammatoires classiques (aspirine, Ibuprofène…), dont on sait qu’ils peuvent provoquer des brûlures d’estomac et des saignements.

Eh bien figurez-vous que cet « avantage » du paracétamol n’est pas si clair que cela.

Dans une étude récente, des patients ont pris soit du paracétamol, soit de l’Ibuprofène pendant 13 semaines. Sans surprise, au bout de 13 semaines, une petite partie des patients sous Ibuprofène avait perdu l’équivalent d’une unité de sang, probablement à cause de saignements digestifs.

Mais la perte de sang était exactement la même chez ceux qui avaient pris du Doliprane, preuve qu’il cause des dégâts digestifs ! [9]

Et je n’ai toujours pas fini. Voici les autres risques du paracétamol découverts récemment :

  • Il rend sourd ! Si vous êtes une femme, il suffit d’en prendre 2 fois par semaine pendant 6 ans pour augmenter votre risque de surdité de près de 10 % ! [10] (Même chose pour l’Ibuprofène, mais pas l’aspirine.) ;
  • Il peut rendre votre enfant asthmatique : s’il en prend régulièrement avant l’âge de 3 ans, son risque d’asthme augmente de 29 % [11] ;
  • Chez la femme enceinte, le paracétamol est à éviter fortement : non seulement il augmente le risque d’asthme de l’enfant, mais il accroît aussi son risque de troubles du comportement et d’hyperactivité [12], ainsi que d’infertilité et de cancer des testicules chez les garçons [13] ;

Et comme si cela ne suffisait pas, le paracétamol s’en prend aussi à votre cerveau :

Il suffit d’en prendre 1 000 mg pour que votre empathie baisse : vous devenez subitement moins sensible à la souffrance de ceux qui vous entourent ! [14]

Vous voyez que je n’exagérais pas !

Si le paracétamol était une plante chinoise ou un remède naturel… il serait interdit et pourchassé depuis longtemps… les médias nous abreuveraient de messages pour dire à quel point sa consommation est dangereuse et déconseillée…

…et si un naturopathe avait le malheur de le prescrire à un malade, il serait immédiatement traîné en justice, accusé d’être un meurtrier en puissance.

Et tout ça pour quoi ? Pour un médicament particulièrement inefficace !

Parfaitement inefficace en cas d’arthrose ou de mal de dos

Je sais que cela va vous surprendre.

Mais ce sont deux articles scientifiques récents qui ont révélé le pot aux roses. Ils ont été publiés dans les journaux médicaux les plus respectés au monde, le British Medical Journal et The Lancet.

Dans le premier, les chercheurs ont passé en revue toutes les études ayant comparé l’efficacité du paracétamol à un simple placebo.

Et le résultat est saisissant [15] : contre les douleurs de l’arthrose et de la lombalgie (mal du bas du dos), l’effet du paracétamol est soit totalement « inefficace », soit « insignifiant ».

Dans le second article, les chercheurs ont recensé 74 études ayant impliqué près de 60 000 patients [16] victimes d’arthrose.

Et ils sont arrivés exactement à la même conclusion : le paracétamol n’entame pas d’un millimètre les douleurs articulaires, par rapport à un simple placebo.

Et pourtant, aujourd’hui encore, en 2017, le paracétamol reste le médicament prescrit en première intention contre l’arthrose et les lombalgies.

Mais là où il est le plus utilisé, de loin, c’est contre les rhumes et les états grippaux.

Et là encore, c’est assez aberrant.

Inutile et dangereux en cas d’état grippal

D’abord parce qu’il est inutile et dangereux de chercher à faire baisser la fièvre d’un adulte, au moins tant qu’elle ne dépasse pas 39,5°.

Car la fièvre est votre amie ! Elle est là pour vous aider à tuer les microbes. Si vous l’empêchez d’agir, vous risquez tout simplement d’être malade plus longtemps et plus gravement !

Il est donc insensé de prendre du Doliprane au moindre petit état grippal !

De plus, il faut éviter comme la peste les médicaments à base de paracétamol spécialement conçus pour le « rhume », comme Actifed ou Fervex, car ils contiennent en plus des produits douteux :

  • Actifedcontient aussi de la pseudoéphrédine, une molécule proche des amphétamines et dont les effets indésirables ont été jugés « peu acceptables » en 2008 par la Commission nationale de pharmacovigilance ;
  • LeFervexet l’Humex contiennent de la phéniramine, un antihistaminique aux propriétés anticholinergiques et qui, à ce titre, accroît votre risque de développer Alzheimer. [17]

Avez-vous vraiment envie de prendre des risques pour un simple rhume ?

Surtout quand vous avez compris que ces médicaments ne vous aideront jamais à guérir, puisqu’ils n’agissent pas sur les virus. Dans le meilleur des cas, ils « soulagent vos symptômes ».

D’accord, me direz-vous, mais si on a une vraie grippe, bien douloureuse, cela ne vaut-il pas le coup d’être « soulagé » ?

Si cela marchait, cela serait évident, bien sûr (avoir une grippe est très douloureux) ! Mais est-ce vraiment le cas ?

Pour en avoir le cœur net, des chercheurs de Nouvelle-Zélande ont sélectionné 80 patients atteints d’état grippal sérieux, dont la moitié ayant une grippe confirmée.

Et ils leur ont donné soit un placebo, soit 4 000 mg par jour de paracétamol (une dose très forte) pendant une à deux semaines.

Eh bien figurez-vous qu’ils n’ont pas trouvé la moindre différence dans l’état des deux groupes. Même sur la fièvre, le paracétamol n’avait pas eu le moindre effet !! [18]

Voilà pour l’efficacité du paracétamol. Un mythe s’effondre !

Alors n’hésitez plus : arrêtez d’acheter du Doliprane et tournez-vous vers les solutions naturelles, plus efficaces et moins dangereuses !

Des alternatives naturelles efficaces et sans danger

Si vous ne prenez qu’un ou deux comprimés de Doliprane tous les 2 ou 3 mois, vous ne risquez pas grand-chose, bien sûr.

Mais même dans ce cas, il y a tout de même mieux à faire !

Je vous ferai prochainement une lettre détaillée sur les meilleurs anti-douleurs, mais je voudrais ici vous rappeler que :

  • En cas de mal de tête, l’aspirine est nettement plus efficace que le paracétamol, mais il existe aussi des alternatives naturelles qui font moins de dégâts à l’estomac, comme l’huile essentielle de lavande vraie ou de menthe poivrée ;
  • La douleur est presque toujours liée à l’inflammation. Or le curcuma et le gingembre sont d’excellents anti-inflammatoires naturels, qui réduisent très efficacement la plupart des douleurs. [19] [20] [21] [22] Commencez toujours par cela avant de prendre quelque chose de plus fort !
  • Contre l’arthrose, la glucosamine et chondroïtine d’un côté, et l’harpagophytum réduisent aussi efficacement les douleurs que les médicaments anti-inflammatoires.
  • Des huiles essentielles comme l’Eucalyptus citronné ou la Gaulthérie couchée font des merveilles pour lutter contre les douleurs générales dentaires, musculaires, règles douloureuses, état grippal… quelques gouttes suffisent pour vous soulager rapidement !

Et n’oubliez pas non plus de vous servir d’un remède vieux comme le monde : la chaleur ! Une bouillote chaude là où vous avez mal soulage dans de nombreux cas !

C’est ce qu’on faisait du temps de nos grands-mères : il n’y avait pas de paracétamol… et on ne s’en portait que mieux !

Bonne santé,

Xavier Bazin

PS : Si cette lettre vous a convaincu, transmettez-là autour de vous, et partagez-là un maximum sur Facebook !

Nous avons tous des proches qui prennent du paracétamol, et ils ont le droit de connaître la vérité !

Cette lettre vous a plu ? Réagissez !

Pour poster un commentaire, merci de vous rendre
sur cette page.


Pour vous abonner gratuitement à La Lettre Santé Corps Esprit, merci de vous rendre sur
cette page.


N’hésitez pas à transférer cette lettre à un ami ou à un proche. Vous pouvez aussi la partager sur :

Partagez sur FacebookPartagez sur TwitterPartagez sur Google +

Sources 

[1] Why our faith in pain killer acetaminophen isn’t always justified. Paul Taylor. The Globe and Mail, Octobre 2015

[2] Top 20 generic molecules worldwide. By Eric Palmer FiercePharma

[3] Paracétamol hors officines : une expérience douloureuse en Suède. JIM. Octobre 2014

[4] Pourquoi la Suède retire le paracétamol des supermarchés. Léa Galanopoulo. Avril 2015 Allodocteurs.fr
[5] Darren G. N. Craig, Caroline M. Bates, Janice S. Davidson, Kirsty G. Martin, Peter C. Hayes & Kenneth J. Simpson Staggered overdose pattern and delay to hospital presentation are associated with adverse outcomes following paracetamol induced hepatotoxicity British Journal of Clinical Pharmacology Volume 73, Issue 2, Article first published online: 6 JAN 2012

[6] Relationship of acetaminophen and alcohol usage to renal dysfunction: An opportunity for health promotion/education in chiropratic. Think Global. Harrison T. Ndetan et all, Novembre 2013

[7] Craig DG, Bates CM, Davidson JS, Martin KG, Hayes PC, Simpson KJ. Staggered overdose pattern and delay to hospital presentation are associated with adverse outcomes following paracetamol-induced hepatotoxicity. Br J Clin Pharmacol. 2012 Feb;73(2):285-94. doi: 10.1111/j.1365-2125.2011.04067.

[8] Emmert Roberts, Vanessa Delgado Nunes, Sara Buckner, Susan Latchem, Margaret Constanti, Paul Miller, Michael Doherty, Weiya Zhang, Fraser Birrell, Mark Porcheret, Krysia Dziedzic, Ian Bernstein, Elspeth Wise, Philip G. Conaghan. Paracetamol: Not as Safe as We Thought? A Systematic Literature Review of Observational.Ann Rheum Dis doi:10.1136/annrheumdis-2014-206914.

[9] Michael Doherty, Chris Hawkey, Michael Goulder, Iain Gibb, Nicola Hill, Sue Aspley, Sandie Reader. A Randomised Controlled Trial of Ibuprofen, Paracetamol or a Combination Tablet of Ibuprofen/Paracetamol in Community-Derived People with Kneepain. Ann Rheum Dis 2011;70:1534-1541 doi:10.1136/ard.2011.154047.

[10] American Journal of Epidemiology December 14 2016 DOI: 10.1093/aje/kww154 Duration of Analgesic Use and Risk of Hearing Loss in Women

[11] Paracetamol use in pregnancy and infancy linked to child asthma

[12] Association of Acetaminophen Use During Pregnancy With Behavioral Problems in Childhood. Evidence Against Confounding. E. Stergiakouli et al. JAMA Pediatrics, août 2016. doi:10.1001/jamapediatrics.2016.1775

[13] S. van den Driesche, J. Macdonald, R. A. Anderson, and al. Prolonged exposure to acetaminophen reduces testosterone production by the human fetal testis in a xeno- graft model. Science Translational Medicine, 2015; 7 (288): 288ra80

[14] Mischkowski D., Crocker J., Way B.M. From Painkiller to Empathy Killer: Acetaminophen (Paracetamol) Reduces Empathy For Pain. Soc Cogn Affect Neurosci. 2016 May 5.

[15] Efficacy and safety of paracetamol for spinal pain and osteoarthritis : systematic review and meta-analysis of randomised placebo controlled trials. BMJ 2015. Gustavo C Machado. Pas mieux qu’un placebo, donc… mais beaucoup plus dangereux. Les auteurs révèlent que les patients sous paracétamol ont été 4 fois plus nombreux à se retrouver avec des analyses sanguines inquiétantes pour leur foie…. alors même qu’ils avaient pris des doses « normales ».  Par ailleurs, une autre étude contrôlée confirme l’inefficacité totale du paracétamol contre le mal de dos : http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(14)60805-9/abstract.

[16] Effectiveness of non-steroidal anti-inflammatory drugs for the treatment of pain in knee and hip osteoarthritis : a network meta-analysis. Bruno R da Costa. The Lancet. Mars 2016

[17] Voir ma lettre sur le sujet : Un moyen simple d’éviter Alzheimer

[18] Randomized controlled trial of the effect of regular paracetamol on influenza infection. Wiley Online Library. Saral Jefferies et all, Décembre 2015

[19] Ahebkar A., Henrotin Y. Analgesic Efficacy and Safety of Curcuminoids in Clinical Practice: A Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials. Pain Med. 2016 Jun;17(6):1192-202.

[20] Khayat S., Fanaei H., Kheirkhah M., Moghadam Z.B., Kasaeian A., Javadimehr M. Curcumin Attenuates Severity of Premenstrual Syndrome Symptoms: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Trial.

[21] Kuptniratsaikul V., Dajpratham P., Taechaarpornkul W., Buntragulpoontawee M., Lukkanapichonchut P., Chootip C., Saengsuwan J., Tantayakom K., Laongpech S. Efficacy and Safety of Curcuma Domestica
Extracts Compared with Ibuprofen in Patients with Knee Osteoarthritis: A Multicenter Study. Clin Interv Aging. 2014 Mar 20;9:451-8. doi: 10.2147/CIA.S58535. eCollection 2014. [22] C. Black, P. O’Connor. Short Term Effects of 2-Grams of Dietary Ginger on Muscle Pain, Inflammation and Disability Induced by Eccentric Exercise. The Journal of Pain, vol. 9, issue 4, p25.

Si vous n’êtes pas déjà inscrit pour recevoir La Lettre Santé Corps Esprit, vous pouvez vous inscrire en cliquant sur ce lien. 

Pour être sûr de bien recevoir La Lettre Santé Corps Esprit à chaque envoi, et éviter qu’elle ne se perde dans votre boîte e-mail, merci de bien vouloir visiter la page suivante.

Vous ne souhaitez plus recevoir gratuitement La Lettre Santé Corps Esprit ? Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire

 

Commentaires fermés

LES INFOS DE MEDISITE – COMMENT MAIGRIR LA NUIT -

5 trucs pour mincir la nuit sans effort, Déficit en fer : quels sont les symptômes ?
Yahoo/Boîte récept.

 

Commentaires fermés

SANTE CORPS ESPRIT – Avez-vous une « maladie invisible » ?

Projet Sante Corps Esprit <xavier.bazin@sante-corps-esprit.fr> Se désabonner

09:18 (Il y a 2 minutes)

À moi

La Lettre de Xavier Bazin
Pour vous inscrire, rendez-vous ici.

Avez-vous une « maladie invisible » ?

Chère lectrice, cher lecteur,

Si vous voyez une personne se garer sur une place handicapée et sortir de sa voiture en marchant tranquillement…

…je vous en supplie, ne la jugez pas, n’intervenez pas.

Sa maladie est peut-être invisible.

Pour Sophie Benarosh, cela a commencé alors qu’elle était cadre très dynamique d’une multinationale américaine.

Une maladie lourde, orpheline, incurable lui est tombée dessus brutalement : le « syndrome de fatigue chronique ».

Bientôt, sa vie est devenue une lutte permanente. Le simple fait de sortir de son lit était une épreuve.

Frappée d’épuisement, de douleurs et de malaises, elle a logiquement obtenu l’autorisation de garer sa voiture sur les places pour personnes handicapées.

Mais voyez ce qui peut arriver aux personnes dont la maladie ne se voit pas :

Lorsqu’elle a commencé à se garer sur l’emplacement handicapé près de chez elle, sa voiture est devenue « un véritable punching-ball : traces de coups, nombreuses rayures de clés sur la carrosserie ». [1]

Car le « problème » est qu’elle n’était pas en fauteuil roulant. Elle n’avait pas « l’air » handicapée. Un jour, après être péniblement sortie de sa voiture, un homme l’a couvert d’injures (« voleuse », « usurpatrice » !).

Et comme si cela ne suffisait pas, la police a fini par frapper à sa porte parce que des voisins « bienveillants » avaient déposé des plaintes anonymes.

« Arrêtez de penser que j’invente une souffrance ! »

Mais cet épisode, aussi révoltant soit-il, est presque anecdotique pour Sophie.

Là n’est pas sa réelle détresse, ni celle des millions de personnes qui, comme elle, souffrent de maladies invisibles comme :

  • Les maladies de l’intestin ;
  • Les dépressions ;
  • La fibromyalgie ;
  • La sclérose en plaque ;
  • La polyarthrite, l’arthrose ;
  • Les douleurs chroniques inexpliquées ;
  • Le lupus et autres maladies auto-immunes ;
  • L’endométriose ;
  • Les migraines chroniques ;
  • Lyme, et tant d’autres maladies encore…

Contrairement aux personnes défigurées ou handicapées physiquement, ceux qui en souffrent ne subissent pas les regards curieux, obliques ou inquiets des inconnus.

Mais – et c’est parfois bien pire – parce que leur maladie est invisible, ils doivent souvent vivre avec l’incompréhension des personnes qui leur sont les plus chères.

Sophie Bennarosh raconte l’isolement terrible qu’elle a vécu auprès de sa famille et de ses amis :

« Sur la souffrance physique et l’isolement, se greffe le sentiment de suspicion que je perçois chez chacun de mes interlocuteurs. J’ai envie de hurler « Croyez-moi ! Arrêtez de penser que j’invente une souffrance ! »

Sophie en est venue à regretter de ne pas avoir de stigmates physiques. Son apparence « intacte » la dessert.

Car nos intuitions sont formelles : être malade, c’est avoir l’air malade. C’est être couché sur un lit d’hôpital, en fauteuil roulant ou marqué dans sa chair, par un amaigrissement extrême, ou une pâleur cadavérique.

C’est instinctif. Qu’il s’agisse de votre propre sœur ou d’une personne que vous venez de rencontrer, vous aurez toujours la plus grande difficulté à imaginer qu’elle va mal, si elle se tient debout, les joues roses.

Mais voici ce qui peut se passer derrière les apparences :

« Comment lui faire comprendre qu’au moment où elle me parle, je ressens de violentes douleurs comme une multitude d’aiguilles enfoncées dans ma peau, accompagnées de brûlures musculaires et de fers de hache qui me traversent le corps. Ou des vertiges, l’impression d’avoir une très forte fièvre ou je ne sais encore quel malaise simultané. »

L’incompréhension est sans doute ce qu’il y a de plus douloureux dans les maladies invisibles.

Le pire : affronter seul la douleur et la maladie

L’être humain peut supporter les pires épreuves, y compris l’approche de la mort, s’il est entouré de chaleur, d’amour et de compréhension.

Pensez aux « poilus » dans les tranchées, il y a 100 ans. Malgré l’horreur du quotidien, une chose les faisait tenir : l’atmosphère de profonde camaraderie qui régnait entre ces « frères d’armes ». Qui se comprenaient intimement parce qu’ils vivaient la même chose.

D’où la déception et l’isolement que beaucoup d’entre eux ont ressenti à la fin de la guerre, de retour auprès de leurs proches. En apparence, ils étaient les mêmes. Mais intérieurement, ils avaient profondément changé. Leurs proches voulaient revivre leur vie « comme avant ». Eux en étaient souvent incapables. Ce qu’ils avaient vécu les avait marqués de façon indélébile. Et ils avaient le plus grand mal à l’expliquer, à faire comprendre leur état.

Les malades invisibles connaissent ce sentiment.

Mais ils doivent en plus faire face à une terrible suspicion. Et s’ils « jouaient la comédie » ? En « faisaient un peu trop pour se faire plaindre » ? Ne seraient-ils pas un peu fainéants ? Un peu « chochotte » ?

Un peu comme si vous étiez agressé, en plein jour… Vous criez au secours… mais les amis qui vous accompagnent rechignent à vous aider. Ils ne sont pas sûrs que vous soyez vraiment en danger. Ils se demandent même si vous ne l’avez pas un peu « cherché ».

Ceci, au moment où vous avez le plus besoin d’empathie et de soutien.

Mon expérience personnelle de la « maladie invisible »

J’ai personnellement souffert d’une maladie invisible.

A un niveau « modéré », fort heureusement ! Je n’ai jamais vécu l’incapacité de sortir de mon lit.

Mais j’ai subi pendant des mois, des années, un état de fragilité prolongé : l’équivalent, certains jours, d’une chute d’hormones (moi qui suis un homme !) accompagnée d’un brouillard mental handicapant.

Il m’est arrivé de passer des heures devant un ordinateur, à essayer de déchiffrer un simple texte. Je lisais les mots sans en comprendre le sens. Je mettais 30 minutes à faire une tâche qui m’en demandait 5 en temps normal.

Mais cela ne se voyait pas. Difficile pour mes proches de le comprendre.

Si j’essayais d’être positif et de ne pas parler de mon problème, ils pensaient que je n’avais aucun souci, ou semblaient l’oublier. Si j’essayais d’être honnête et d’en parler ouvertement, ils pensaient que j’étais trop obsessionnel et que c’est cela qui me rendait malade.

Au pic de mes difficultés, j’ai été contraint de me mettre à mi-temps dans mon travail – j’ai eu la chance d’avoir un employeur compréhensif.

Puis, j’ai changé beaucoup de choses dans ma vie : mon alimentation, mon activité physique, la gestion de mon stress. J’ai déménagé. J’ai pris des compléments alimentaires, essayé de multiples méthodes et thérapies. Certaines m’ont énormément aidé.

J’y reviendrai dans d’autres lettres. Si vous êtes dans cet état vous aussi, retenez simplement que des solutions naturelles existent.

Mais je voudrais m’adresser aujourd’hui à ceux qui ne sont PAS touchés.

Et leur proposer ce conseil s’ils ont, dans leur entourage, une personne dans cet état.

Ce qu’il faut éviter de dire aux personnes qui ont une maladie invisible

  • « Tu as bonne mine aujourd’hui, ça va mieux ! »

C’est maladroit car la « mine » ne reflète pas forcément les douleurs intérieures. Diriez-vous à un proche : « tu n’as pas l’air d’être en train de traverser un terrible divorce » ?

Et n’oubliez pas que, lorsque cela va vraiment mieux, c’est presque toujours un répit, et non un signe de rétablissement. Dans beaucoup de maladies chroniques, il y a une alternance entre des jours affreux et des jours meilleurs.

  • « Moi aussi je suis un peu fatigué en ce moment »

Vous ne vous rendez sans doute pas compte, mais vous êtes en train de comparer une fatigue banale avec un état qui n’a rien à voir.

Jenny Andrews, une femme de 42 ans affectée elle-aussi de fatigue chronique, a donné cette image frappante : « Imaginez avoir une terrible nausée, avec des sacs de pomme de terre attachés à chacune de vos jambes, et que l’on vous demande de courir un marathon… Et cela, simplement pour atteindre les toilettes ». [2]

  • « Aurais-tu des idées noires / as-tu vraiment le moral ? »

La plupart des maladies invisibles n’ont rien à voir avec la dépression – même si c’est une maladie invisible elle-aussi.

Ceux qui souffrent de douleurs ou fatigue chronique ont généralement envie de faire mille choses… mais c’est leur état physique qui les en empêche.

Alors quand vous leur demandez s’ils « ont le moral », avec cette suspicion que le problème est dans leur tête, ils peuvent se sentir piégés.

Car non, en effet, ils n’ont pas forcément le moral. Difficile d’être positif, avec ces douleurs, cet épuisement, cette incompréhension qui les entoure. Oui, il leur arrive d’avoir envie de pleurer. De hurler parfois.

Mais c’est leur état qui leur mine le moral, et non pas la tristesse qui les met dans cet état !

Dites ceci !

Il y a une chose très simple que vous pouvez dire à quelqu’un qui souffre.

Quelque chose d’incroyablement fort et puissant.

« Je te crois »

Vous serez surpris de voir à quel point cela le ou la touchera.

Bonne santé !

Xavier Bazin

Cette lettre vous a plu ? Réagissez !

Pour poster un commentaire, merci de vous rendre
sur cette page.


Pour vous abonner gratuitement à La Lettre Santé Corps Esprit, merci de vous rendre sur
cette page.


N’hésitez pas à transférer cette lettre à un ami ou à un proche. Vous pouvez aussi la partager sur :

Partagez sur FacebookPartagez sur TwitterPartagez sur Google +


Sources :

[1] Sophie Bennarosh, A la recherche de ma santé perdue, Editions du Moment, 2015

[2] ‘I’d rather have CANCER than chronic fatigue syndrome’: Woman who’s battled condition for 10 years says people with it are unfairly labelled ‘attention seekers’, article paru dans MailOnline


Si vous n’êtes pas déjà inscrit pour recevoir La Lettre Santé Corps Esprit, vous pouvez vous inscrire en cliquant sur ce lien.

Pour être sûr de bien recevoir La Lettre Santé Corps Esprit à chaque envoi, et éviter qu’elle ne se perde dans votre boîte e-mail, merci de bien vouloir visitez la page suivante.

Vous ne souhaitez plus recevoir gratuitement La Lettre Santé Corps Esprit ? Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.

 

Commentaires fermés

LABO CELL’INNOV –

aboratoire Cell’innov – la micronutrition au coeur de vos cellules
Cell'innov

Pouvons-nous vous aider ?
01 86 86 00 85

Merci ! (votre rapport spécial)

Sauf erreur de ma part, vous avez demandé à recevoir mon rapport spécial
« Nouvel espoir contre les douleurs articulaires » ainsi que la lettre d’information gratuite sur la nutrithérapie du laboratoire Cell’innov.

Je m’appelle Philippe Rivière et en tant que fondateur de Cell’innov, je vous en remercie chaleureusement au nom de toute l’équipe !

L’aventure Cell’innov a démarré en 2014 et près de 20 000 clients nous ont déjà fait confiance.

Nous sommes une petite équipe de 15 personnes et nous développons nous-mêmes nos compléments alimentaires. Nous les fabriquons en France parce que nous sommes convaincus que c’est le meilleur moyen de vous offrir des produits fiables que vous pouvez utiliser en toute confiance.

En vous inscrivant à ma lettre d’information sur les nouveaux traitements naturels, vous avez pris la bonne décision car vous allez maintenant bénéficier de nombreux avantages :

  • Le premier avantage est que vous allez recevoir régulièrement et gratuitement des informations précieuses sur les nouveaux traitements naturels de pointe. Vous apprendrez comment gagner des années de vie en bonne santé grâce aux progrès de la nutrithérapie. Cette nouvelle médecine vous aide à prendre soin de vous par l’alimentation et l’apport de suppléments nutritionnels. Peu de personnes ont accès à ces informations précieuses mais vous faites maintenant partie de ce petit cercle de privilégiés.
  • Le deuxième avantage est que vous allez pouvoir profiter des dernières avancées scientifiques dans le domaine de la nutrition et la santé naturelle. Depuis 2014, j’ai réuni autour de moi les meilleurs experts en nutrition pour concevoir et fabriquer des compléments alimentaires sûrs et efficaces. Je suis tellement confiant dans la qualité de ces produits que vous pouvez même les essayer gratuitement car chacun est garanti 100% satisfait ou remboursé sans limite de durée. Nous sommes les seuls à offrir une telle garantie et il ne tient qu’à vous d’en profiter pour transformer votre santé et votre vie.
  • Le troisième avantage est que, en tant que nouveau lecteur, vous bénéficiez dès maintenant d’une offre de bienvenue sur un complément alimentaire qui va vous aider à soulager naturellement vos douleurs articulaires. Plus de 8 000 personnes utilisent chaque jour ce produit pour soulager leurs douleurs et renforcer leurs articulations. Si vous souhaitez bénéficier de cette solution naturelle et scientifiquement prouvée, il vous suffit de suivre ce lien :

J’accède à mon rapport spécial et je découvre mon offre de bienvenue
(durée limitée)

Votre offre de bienvenue est accessible pendant 15 jours seulement alors profitez-en avant qu’il ne soit trop tard.

Dernière chose importante : les compléments alimentaires du laboratoire Cell’innov sont disponibles uniquement sur notre site Web : www.cellinnov.com. Normalement, vous devez trouver toutes les informations dont vous avez besoin sur ce site.

Mais derrière le site Web, de vraies personnes travaillent avec moi !

Alors si vous avez la moindre question ou suggestion, pourquoi ne pas nous appeler directement ?

Benoît, Cécile ou Valérie seront ravis de vous aider.

Vous pouvez les joindre au 01 86 86 00 85 du lundi au vendredi de 8h00 à 18h00 (depuis la France métropolitaine) / 00 33 1 86 86 00 85 (depuis les autres pays).

Je vous souhaite à nouveau la bienvenue chez nous et vous promets que nous ferons de notre mieux pour vous aider à vivre mieux et plus longtemps.

À très vite !

Bien à vous, Philippe Rivière, Fondateur du Laboratoire Cell'innov

P.S. : si vous ne recevez pas de nouveaux messages de ma part dans les jours qui viennent, vérifiez votre boîte à courriers indésirables (spams). Il se peut que votre compte de messagerie électronique classe par erreur mes messages dans vos spams. Si c’est le cas, il vous suffit d’ouvrir le message de confirmation et de le classer comme « non spam » ou « expéditeur fiable ». Vous recevrez alors mes messages normalement.

Si vous avez la moindre question, vous pouvez utiliser notre formulaire de contact, disponible ici : cellinnov.com/contactez-nous (lien cliquable).

P.P.S. : votre temps est précieux et je le respecte. Si pour n’importe quelle raison vous ne souhaitez plus recevoir de nouvelles de ma part, vous pouvez demander à ne plus recevoir mes messages. Pour cela, il suffit de cliquer sur le lien de désinscription qui se trouve en bas de chacun de mes emails.

 

Commentaires fermés

SANTE CORPS ESPRIT – Cholestérol: deux très bonnes nouvelles! Boîte de réception x

Cholestérol: deux très bonnes nouvelles!

Boîte de réception
x

Xavier Bazin – Sante Corps Esprit <xavier.bazin@sante-corps-esprit.fr> Se désabonner

22 août (Il y a 1 jour)

À moi

La Lettre de Xavier Bazin
Pour vous inscrire : rendez-vous ici.
Pour vous désinscrire : cliquez ici.

Cholestérol : deux très bonnes nouvelles !

Chère amie, cher ami de la santé,

J’ai deux très bonnes nouvelles à vous annoncer aujourd’hui… et une mauvaise nouvelle !

La première bonne nouvelle, c’est que si vous avez un taux de cholestérol un peu élevé, c’est probablement une bonne chose pour votre santé.

Ce n’est pas moi qui le dis mais le plus grand spécialiste du sujet, le grand docteur Michel de Lorgeril, chercheur au CNRS.

La seconde bonne nouvelle, c’est qu’il a accepté de participer à la Ligne Directe de Santé Corps Esprit ce mercredi 23 août à 20h30.

Il vous expliquera toutes ses découvertes sur le cholestérol et les statines, et vous pourrez vous même lui poser des questions.

Mais comme je vous l’annonçais, il y a aussi une mauvaise nouvelle : c’est que je suis obligé – pour des raisons techniques – d’arrêter les inscriptions dès demain.

Si vous aussi vous avez du cholestérol, n’attendez donc plus une minute pour vous inscrire car c’est la dernière chance de pouvoir écouter et échanger avec le Dr Michel de Lorgeril.

Les toutes dernières inscriptions seront enregistrées demain jusqu’à 11h30.

Pour participer, il suffit de rejoindre le cercle des abonnés à la Ligne Directe.

Xavier Bazin

PS : dans le message ci-dessous, vous retrouverez la présentation détaillée de cette soirée.


Ne vous faites plus « gronder » à cause du cholestérol !

Si je vous disais que les pesticides et les insecticides sont des produits extraordinaires, que penseriez-vous ?

Probablement… que j’ai pris une insolation pendant le week-end !!

C’est pourtant ce que tout le monde pensait dans les années 60.

Et c’est tout à fait normal : ces produits augmentaient les rendements et la qualité des récoltes. C’était le progrès : et tout le monde s’en réjouissait.

Mais ce que l’on ne savait pas encore, c’est à quel point ces produits fabriqués par l’industrie chimique allaient polluer nos rivières, empoisonner nos enfants et ruiner notre santé.

Aujourd’hui, on le sait, et on essaie de trouver des alternatives intelligentes.

« Ne mangez surtout plus de beurre », faites pas ci, faites pas ça…

Eh bien… c’est la même chose avec le cholestérol : dans les années 60, tout le monde pensait que c’était une horrible tare que d’avoir du cholestérol.

Les médecins vous « grondaient » méchamment quand le taux de cholestérol dépassait les « normes » des laboratoires.

Ils vous infligeaient des régimes draconiens… déconseillaient de manger du beurre… et dès années 70, ils commençaient à prescrire un des médicaments les plus rentables jamais inventé par l’industrie pharmaceutique : les statines.

Aujourd’hui encore, le discours officiel diabolise le cholestérol.

Je suis prêt à parier que votre médecin vous gronde toujours si vous lui amenez un taux de cholestérol trop élevé !

Et pourtant…

Entre-temps, on a marché sur la Lune et découvert la vérité sur le cholestérol

Entre-temps, on a marché sur la Lune et on a découvert la vérité sur le cholestérol…

Regardez ce que dit un de nos plus brillants chercheurs :

« Une multitude de recherches dans différents pays montrent maintenant qu’il serait plutôt bénéfique pour la santé d’avoir un taux de cholestérol élevé »

Vous avez bien lu : un taux de cholestérol élevé serait même bénéfique pour la santé.

Et il est donc très dangereux de le faire baisser artificiellement, par des médicaments chimiques !

L’homme qui tient ces propos n’est pas un illuminé, loin de là.

C’est le docteur Michel de Lorgeril, chercheur au CNRS, expert international en cardiologie et en nutrition, membre de la société Européenne de cardiologie.

Lisez ceci si votre médecin vous « embête » avec le cholestérol

Si votre médecin vous « embête » avec votre cholestérol, et s’il vous a conseillé de prendre des statines (les médicaments anticholestérol), écoutez impérativement le Dr de Lorgeril.

Il a travaillé 30 ans sur le sujet, et vous allez voir qu’il démonte de toutes pièces les mensonges des labos pharmaceutiques autour du cholestérol :

  • Les statines n’ont aucun effet positif pour vous protéger d’un infarctus (mais une liste presque infinie d’effets secondaires : troubles du sommeil, des muscles, de la mémoire, augmentation des cancers, du diabète, de la dépression et de toutes sortes de troubles neurologiques, etc.) ;
  • Il n’y a pas un « bon » et un « mauvais » cholestérol : vous allez comprendre l’origine de ce mythe ;
  • Vous allez voir aussi ce que cache vraiment un mauvais taux de cholestérol HDL (lipoprotéines) ;
  • L’industrie pharmaceutique a développé des médicaments, la classe des « trapib », pour augmenter le HDL et baisser le LDL. Les résultats sont là encore…catastrophiques.

Comme je sais que beaucoup parmi vous sont préoccupés par leur taux de cholestérol et que ces vieilles croyances des années 60 ont la vie dure, j’ai proposé à ce grand médecin de rejoindre la Ligne directe de Santé Corps Esprit le mercredi 23 août 2017 à 20 h 30.

Il vous aidera à prendre les deux seules bonnes décisions qui s’imposent si on vous a dit qu’il « fallait faire attention avec votre cholestérol ».

Un moment vraiment unique (réservé aux abonnés à la revue)

C’est une chance unique de rencontrer un des médecins les plus brillants de sa génération.

Tout naturellement, j’ai décidé de réserver cette soirée aux abonnés à la revue Santé Corps Esprit.

Notez dès maintenant ce rendez-vous dans votre agenda et préparez-vous à passer une soirée exceptionnelle :

  • Même si vous n’avez aucun problème de cholestérol, il vous dira comment mieux vous alimenter pour rester en bonne santé plus longtemps.
  • Il vous dira comment protéger votre cœur et votre système cardio-vasculaire pour écarter les risques d’AVC.
  • Discuter avec le Dr Michel de Lorgeril est toujours fascinant (surtout quand il raconte ses découvertes incroyables sur le cholestérol et les statines !)

Grâce à une technologie californienne, vous pourrez lui poser vous-même directement les questions que vous souhaitez et parfois, ses réponses pourraient vous surprendre !!!

Vaccins : les prochaines révélations de ce grand médecin

Dans la seconde partie de cette Ligne Directe, le Dr Michel de Lorgeril abordera un autre sujet sur lequel il est en train de travailler et qui nous concerne tous : les vaccins.

Il vous expliquera notamment le fruit de ses recherches, et avant même la parution de son prochain best-seller, il vous livrera ses premières découvertes !

Je ne vous en dis pas plus car cette Ligne Directe avec le docteur Michel de Lorgeril réserve bien d’autres surprises !

Pour y participer, il suffit de rejoindre le Cercle des membres de la Ligne directe de Santé Corps Esprit.

Réservez dès maintenant votre place et retrouvez-la mercredi soir à 20h30 !

Tout au long de la soirée, Le Dr de Lorgeril répondra aussi à TOUTES vos questions sur le cholestérol et les vaccins.

Cette possibilité de poser des questions en direct est assez inouïe, mais elle a toutefois un coût, et c’est pourquoi nous demandons aux participants de contribuer aux frais informatiques et d’organisation (voir plus bas).

Ah, et ne vous inquiétez surtout pas si vous n’êtes pas disponible le mercredi 23 août.

Cette webconférence fait partie de notre programme la Ligne Directe, qui vous donne accès à une rediffusion illimitée des vidéos de chacune des conférences, ainsi qu’à une retranscription écrite intégrale des conseils donnés par nos experts.

En direct ou en différé, vous profiterez donc pleinement de cette soirée avec le Dr Michel de Lorgeril…

Pour cela, il vous suffit d’adhérer aujourd’hui à la Ligne Directe, ce qui vous offrira beaucoup plus que ce simple rendez-vous :

Vous rencontrerez en direct, un par un, tous les grands thérapeutes de l’équipe de Santé Corps Esprit et pourrez leur poser VOS questions personnelles.

Rejoindre la Ligne Directe, c’est comme si vous invitiez chez vous, dans votre salon, tous les médecins et thérapeutes hors du commun de l’équipe de Santé Corps Esprit !

Vous pouvez enfin obtenir leurs réponses claires, directes sur les problèmes précis auxquels vous êtes confronté !

Vous pourrez par exemple :

Recevoir les précieux conseils d’un des médecins les plus accomplis que je connaisse, le Dr Ménat : homéopathe, nutritionniste, phytothérapeute, spécialiste du cancer et des infections – il domine toutes les approches naturelles innovantes, et saura répondre à vos questions les plus pointues.

Il faut dire qu’Eric Ménat collabore avec le Prix Nobel de médecine, le Pr Luc Montagnier, au sein de Chronimed, un groupe de recherche sur les maladies chroniques, dont la terrible maladie de Lyme.

C’est un puits de sciences, mais aussi un homme d’engagement, qui préside l’Association Santé Environnement Midi-Pyrénées… parce qu’il sait qu’il est impossible de protéger notre santé lorsqu’on est matraqué de polluants chimiques !

Plantes médicinales, thérapies nutritionnelles, remèdes homéopathiques, il vous dira précisément ce dont vous et vos proches avez vraiment besoin.

Interroger le Dr Veroli, co-auteur du Guide des compléments alimentaires, sur les vitamines et minéraux dont vous avez vraiment besoin, et ceux que vous devez éviter.

Je suis sûr que vous serez émerveillé, comme moi, par la profonde empathie et la bienveillance de Philippe Veroli, si rare chez les médecins de son niveau.

Il n’est pas seulement spécialiste de nutrithérapie. Diplômé d’acupuncture, il sait à quel point l’esprit est vital pour guérir. C’est pourquoi il pratique fréquemment l’hypnose en plus de la nutrithérapie.

Et comme si cela ne suffisait pas, le Dr Veroli est aussi médecin anesthésiste ! Si vous envisagez une opération chirurgicale, il vous donnera les secrets pour vous y préparer naturellement et éviter les mauvaises surprises.

Obtenir enfin de vraies solutions pour résoudre vos phases de déprime, votre anxiété ou fatigue chronique, grâce au plus grand spécialiste francophone de la médecine émotionnelle sans médicament : le Dr Lemoine.

Patrick Lemoine n’a de cesse de le répéter : « le cerveau est la plus incroyable pharmacie naturelle de notre corps ».

Personne n’est mieux placé que lui pour vous dire comment l’utiliser : après 30 ans de consultations, il est aujourd’hui à la tête d’une équipe de 14 médecins au sein de la Clinique Lyon Lumière, qui est l’établissement français le plus en pointe sur les remèdes « corps-esprit » :

Méditation en pleine conscience, EFT, EMDR, neurofeedback, thérapies cognitivo-comportementale, il vous dira ce que vous pouvez attendre de ces thérapies, et vous donnera les conseils pratiques indispensables pour vous y mettre.

Découvrir tout ce que vous toujours voulu savoir sur les secrets de la médecine chinoise pour guérir, avec Philippe Sionneau, l’un des seuls Français à être autorisé à pratiquer dans n’importe quel hôpital en Chine !

Il faut rencontrer Philippe Sionneau. Pour quelqu’un qui a réussi l’exploit d’être diplômé de médecine de l’Université de Pékin, il est d’une humilité à toute épreuve !

Simple, jovial, à l’écoute, il vous expliquera avec pédagogie les solutions peu connues mais redoutablement efficaces de la médecine chinoise contre l’arthrose, le diabète, l’hypertension et des dizaines d’autres maladies.

Vous saurez quelles plantes et quels aliments de la médecine chinoise sont de véritables « médicaments » dans votre propre situation.

Chaque mois, une soirée de chaleur humaine et de savoir fascinant

Ces experts n’ont pas seulement été sélectionnés sur leur savoir, mais sur leur capacité à vous le transmettre de façon accessible et passionnante.

Ils n’hésiteront pas à partager avec vous des anecdotes éclairantes… et amusantes. Et croyez-moi, sur les milliers de patients qui sont venus les consulter, ils ont des choses à raconter !

Avec eux, vous n’aurez pas seulement accès aux remèdes les plus efficaces. Vous découvrirez aussi le monde fascinant des plantes médicinales du Haut Moyen-Age, les secrets les mieux gardés de la médecine chinoise, ou encore les mystères du cerveau et de notre conscience.

Je suis certain que vous attendrez chaque mois cette soirée avec plus d’impatience que votre documentaire préféré.

Car je ne vous ai même pas tout dit :

1000 secrets sur les huiles essentielles, la beauté au naturel, les remèdes naturopathiques

En rejoignant maintenant notre Ligne Directe, vous pourrez en plus :

Entrer dans le monde magique et puissant des « huiles essentielles » avec le Dr Millet, pharmacienne – et lui demander (par exemple !) la recette qui pourrait vous débarrasser en quelques minutes de vos douleurs chroniques.

Les huiles essentielles sont des médicaments naturels puissants et faciles à utiliser… à condition de connaître les bonnes recettes… et les dangers à éviter ! Vous aurez la chance de voir Fabienne Millet vous montrer ses gestes précis pour manipuler les huiles, pour fabriquer ses propres mélanges…

Elle vous confiera aussi les formulations inédites qu’elle utilise quotidiennement, pour elle ou pour ses proches.

Prendre soin de votre beauté et décupler votre énergie avec Annie Casamayou, naturopathe, réflexologue et enseignante en Hatha Yoga.

Annie Casamayou a plus d’une corde à son arc. C’est elle qui a écrit avec Julien Kaibek LE livre « beauté » de référence : SOS Peau au Naturel. C’est elle, aussi, qui vient de publier le best-seller Mon cahier Yoga Détox.

Elle partagera avec vous toutes ses astuces thérapeutiques, et vous fera même découvrir le monde étonnant de la réflexologie (thérapie par le toucher).

Découvrir les remèdes traditionnels des naturopathes, avec Christian Brun, l’homme qui a accompagné des milliers de personnes dans son cabinet… et qui forme chaque année des dizaines d’étudiants souhaitant devenir naturopathes !

Bains dérivatifs, « ionisation » par des exercices respiratoires, chirologie (massages), techniques énergétiques, Christian Brun vous livrera les innombrables secrets de santé des naturopathes, transmis de génération en génération.

Tout cela, tranquillement assis dans votre salon !

Pour rencontrer chacun des membres de notre équipe médicale de pointe, je vous propose de vivre une expérience d’un nouveau type.

Cela s’appelle un « webinaire », ou séminaire web.

Le Professeur Joyeux l’a expérimenté pour la première fois en septembre 2015, et voici ce qu’il en a dit publiquement :

« J’avoue que je ne connaissais pas ce moyen de communication impressionnant : vous êtes devant l’écran de votre ordinateur, chez vous, tranquillement assis, et connecté aux participants en direct, en live.

Ils me voyaient sur leur écran d’ordinateur et pouvaient me poser des questions directement. C’est assez magique ! »

C’est pour permettre au plus grand nombre de personnes de vivre cette magie tous les mois que nous avons créé la Ligne Directe. Voici comment cela fonctionne :

Chaque mois, vous recevrez par email une invitation spéciale, réservée aux membres, avec une date et une heure de rendez-vous.

Le moment venu, vous allumez votre ordinateur, vous mettez le son (ou votre casque), vous cliquez sur le lien dans l’invitation que vous avez reçue…

… et vous voyez apparaître sur votre écran le spécialiste, qui s’adresse à vous et à tous les autres participants et à qui vous pouvez poser des questions par écrit, en direct.

Il commencera par vous confier ses secrets de santé les plus précieux, ceux dont il a observé qu’ils avaient le plus changé la vie de ses patients. Si vous avez besoin de précisions ou d’éclaircissement, il vous suffira de lui demander en un clic.

Puis il prendra le temps de répondre aux questions de santé personnelles des participants.

C’est une occasion unique pour vous d’être guidé par l’un des plus grands thérapeutes de sa discipline…

Rediffusion illimitée et retranscription écrite

Chacun de ces « webinaires » dure environ une heure trente. Bien entendu, vous pouvez commencer et arrêter quand vous voulez (personne ne vous oblige à participer).

Une fois le « direct » terminé, vous pourrez voir ou revoir ces conférences quand vous le souhaiterezautant de fois que vous le voudrez !

Et pour que vous puissiez profiter pleinement de cette expérience, sans le moindre stress, vous recevrez dans les jours qui suivent chaque webinaire la retranscription écrite complète de la conférence.

Inutile donc de prendre des notes, ou de craindre de « rater quelque chose ». Vous retrouverez toujours l’intégralité du contenu dans un livret électronique.

Si vous souhaitez l’imprimer, vous pourrez vous constituer une bibliothèque de remèdes et conseils introuvables ailleurs !

Inclus dans votre abonnement : une vidéo inédite + un livre électronique du Docteur Patrick Lemoine sur le sommeil

En plus de ces rencontres mensuelles en direct, vous recevrez immédiatement un cadeau de bienvenue d’une valeur inestimable.

Le Docteur Lemoine a réalisé pour les abonnés une vidéo spéciale de 2 heures avec tous ses trucs pour des nuits complètes, sereines et réparatrices :

Il vous y révèle notamment que :

  • De simples changements alimentaires peuvent vaincre les insomnies : manger des noix et du chocolat (noir) à 17h stimule la production de tryptophane, un précurseur de la sérotonine et de la mélatonine, qui accélèrent l’endormissement!
  • Des appareils technologiques simples et accessibles (comme le PSIO) sont redoutables d’efficacité pour votre sommeil : ils sont même utilisés par la NASA pour améliorer les nuits de ses astronautes !
  • Des carences en micro-nutriments pourraient causer vos nuits pénibles : saviez-vous que le magnésium est le minéral numéro un pour mieux dormir ?

Et bien sûr, le Dr Lemoine vous dira aussi comment profiter pleinement des solutions « corps-esprit » validées scientifiquement, comme la cohérence cardiaque, le tai chi ou l’autohypnose.

Et si vous préférez le format écrit, sachez que cette vidéo a été entièrement retranscrite dans un livre électronique inédit – que vous recevrez immédiatement après votre inscription !

Et j’insiste sur le fait que cette vidéo et ce livre viennent en plus des rencontres mensuelles en direct avec les thérapeutes de l’équipe Santé Corps Esprit (les Dr Ménat, Veroli, Millet, etc.)

Un pari un peu fou pour un service de ce niveau

Vous l’avez compris, la Ligne Directe est un service haut de gamme, avec une technologie de pointe qui vous permet d’interagir en direct avec les plus grands professionnels de la santé naturelle.

Je ne vous cache pas que nous avons dû réaliser un gros investissement financier pour être en mesure de vous proposer ce service. Rien que l’utilisation du logiciel pour faire fonctionner les webinaires nous coûte plusieurs milliers d’euros par an.

Si nous voulions être certains de couvrir nos coûts, nous devrions proposer ce service à un prix d’au moins 500 euros par personne et par an.

Mais devant l’enthousiasme incroyable qu’a suscité le projet Santé Corps Esprit, et vos milliers de contributions, nous avons décidé de faire un pari :

Nous vous proposons aujourd’hui la Ligne Directe à 27 euros par mois seulement.

C’est un peu fou, mais nous croyons aux petits miracles. Si jamais le nombre de ceux qui rejoignent la Ligne Directe dépasse nos espérances, ce prix spécial de lancement devrait suffire à couvrir nos dépenses.

Ce serait formidable, car cela permettrait de proposer ce tarif ultra-réduit pour tousdans la durée, et pas uniquement à ceux qui s’inscrivent aujourd’hui !

Mais comme dans tout pari, ce résultat n’est en rien assuré. Alors mieux vaut ne pas attendre une seconde pour en profiter.

Garantie satisfait ou remboursé – et vous arrêtez quand vous voulez !

Ne ratez pas cette opportunité ! Vous n’avez strictement rien à perdre, puisque vous bénéficiez dans tous les cas de notre garantie « satisfait ou remboursé » si jamais votre premier webinaire ne vous convenait pas.

Mieux encore, vous n’avez aucun engagement de durée : vous pourrez arrêter votre abonnement à tout moment, par simple email ou appel téléphonique, sans avoir à vous justifier de quoi que ce soit.

Si vous souhaitez uniquement assister au webinaire sur le cholestérol avec le Dr de Lorgeril, il vous suffit donc de nous envoyer un petit message juste après sa conférence pour arrêter votre abonnement.

Vous pourrez bien sûr conserver la vidéo exceptionnelle que vous a préparé le Dr Lemoine, ainsi que son livre électronique.

N’hésitez donc pas à faire l’essai, sans le moindre risque !

Rejoignez la Ligne Directe dès maintenant

Je vous rappelle qu’en rejoignant immédiatement la Ligne Directe, vous aurez, pour seulement 27 euros par mois :

  • L’accès aux conférences en direct ou en différé avec les plus grands spécialistes en nutrithérapie, phytothérapie, aromathérapie, naturopathie, gestion des émotions et homéopathie.
  • La possibilité de poser votre question à chacun de ces webinaires. Vous pourrez notamment interroger le Dr Ménat, homéopathe, nutritionniste et phytothérapeute, ET le Dr Lemoine, psychiatre, spécialiste du sommeil, de la dépression et de l’anxiété, ET Philippe Sionneau, diplômé de médecine chinoise de l’Université de Pékin, ET le Dr Véroli, médecin anesthésiste et nutrithérapeute ;
  • La faculté de voir et revoir indéfiniment les vidéos des conférences, et le droit d’en faire profiter vos enfants, petits-enfants ou vos amis ;
  • Les livrets électroniques associés à chaque vidéo, qui retranscriront l’intégralité de la conférence, et que vous pourrez archiver soigneusement dans votre bibliothèque santé ;
  • Ainsi que la vidéo + le livre électronique du Dr Lemoine sur le sommeil, avec tous ses secrets pour dormir enfin comme un bébé.

N’attendez pas une seconde pour en profiter !

Les thérapeutes de la plus belle équipe médicale jamais constituée se sont préparés pour vous.

Ils vous attendent.

Rejoignez-les maintenant, via le bouton ci-dessous « Continuer ».

continuer
Bien à vous,

 

Commentaires fermés

NEO NUTRITION – LE DANGER MORTEL PETIT DEJEUNER ?

Le danger mortel au petit-déjeuner dont personne ne parle

Boîte de réception
x

Neo-nutrition <emueller@mail.neo-nutrition.info>

17:47 (Il y a 16 heures) 

À moi
 

Chère lectrice,
Cher lecteur, 

Le petit-déjeuner officiel semble avoir été conçu pour nous empoisonner.

Le scandale est énorme. Mais personne ne bouge.

Enfin presque… Le Dr Curtay a entamé sa croisade contre la désinformation d’État sur le petit-déjeuner. Cliquez ici pour suivre sa progression.

Bien à vous,

Eric Müller


Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

Néo-nutrition est un service d’information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Pour toute question, rendez-vous ici.

Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal – France


Vous ne souhaitez plus recevoir ma lettre gratuite Néo-nutrition ? Rendez-vous ici pour vous désinscrire. Réussirez-vous ce puzzle Alzheimer ?

 

Commentaires fermés

Pure Santé : Les idées claires sur la santé naturelle Cholestérol : lettre à ceux qui n’y comprennent rien

Pure Santé : Les idées claires sur la santé naturelle


Cholestérol : lettre à ceux qui n’y comprennent rien

Chère lectrice, cher lecteur,

Sur le cholestérol, vous avez probablement entendu tout et son contraire.

On nous dit qu’il y a le bon et le mauvais cholestérol, et puis dans la même phrase on ajoute : « Mais attention, ce n’est pas aussi simple ».

– Ben oui, mais s’il est mauvais, ce cholestérol, on doit bien le faire baisser, non ?

– Oui, mais attention c’est plus compliqué que ça…

Le cholestérol, c’est le flou artistique.

Mais ce flou ne serait pas dû au hasard.

D’après le Dr Jean-Paul Curtay, président de la Société de médecine nutritionnelle et auteur d’un dossier de référence sur le cholestérol [1], il s’agit d’une « embrouille médicale » orchestrée au détriment de notre santé.

Selon lui, « l’affaire Cholestérol », aurait été fomentée par un petit groupe de conspirateurs.

Leur objectif : vendre un maximum de statines, les médicaments anticholestérol

Leur problème : ces médicaments sont inutiles et dangereux

Leur solution : brouiller les pistes, faire en sorte que plus personne n’y comprenne rien.

Plus c’est gros plus ça passe, dit-on. Là, vous allez voir, c’est é-nor-me !!!!

À l’origine du « hold-up »

C’est dans une petite ville américaine proche de Harvard, Framingham, qu’a été menée à partir de 1948 une étude de long terme (poursuivie de nos jours) sur les facteurs de risques cardiovasculaires.

Elle a mis en évidence entre 1957 et 1971 quelque chose qui n’est aujourd’hui ni contesté, ni contestable : l’importance de l’hypertension artérielle dans les risques d’infarctus et d’accident vasculaire cérébral (AVC).

En 1974, cette étude désigne le diabète comme facteur de risque. Et en 1977, le cholestérol. Mais l’étude souligne aussi l’effet protecteur d’un taux plus élevé de cholestérol HDL (High Density Lipoproteins), une nuance qui a été pendant longtemps passée à la trappe.

L’industrie pharmaceutique retient seulement que :

  • L’athérosclérose est due à une accumulation de cholestérol dans les parois artérielles
  • Il faut doser le cholestérol total
  • Le faire baisser s’il est élevé

Trois arguments fallacieux qui vont permettre de vendre un des médicaments les plus rentables de l’histoire : les anticholestérol appelés « statines ».

Un simple chiffre résume l’enjeu : l’anticholestérol Tahor a rapporté 130 milliards de dollars (cent trente milliards !!! je l’écris en lettres tellement c’est énorme) depuis son lancement en 1997… Cela méritait bien quelques arrangements avec la vérité !

Ce qui se passe quand on fait baisser le cholestérol

Le premier mensonge est d’avoir fait passer le cholestérol pour le diable en personne.

Comme si ce lipide, naturellement présent dans notre corps, n’avait aucune autre utilité que de nous boucher les artères.

Il nous faut ici une (petite) explication technique :

Nous sommes composés d’environ 100 000 milliards de cellules et chaque cellule est entourée d’une membrane composée de lipides. Or le cholestérol est un composant vital des membranes cellulaires qui joue un rôle fondamental :

  • Dans leur stabilité
  • Dans leur fluidité. Plus une membrane cellulaire est rigide, plus elle fige l’activité de toutes les protéines qui la hérissent comme des antennes : transporteurs, récepteurs… Ces derniers permettent de faire circuler les nutriments de l’extérieur à l’intérieur des cellules, et aux cellules et organes de communiquer entre eux.

Pour résumer, faire baisser le cholestérol peut altérer les capacités de la plupart des fonctions des membranes cellulaires, que ce soit le transport de nutriments ou la communication entre les organes.

Maintenant, voyons concrètement ce que ça veut dire :

  • Par exemple, si les récepteurs aux neurotransmetteurs du cerveau qui nous permettent d’être attentif, de mémoriser, sont moins actifs ? Les capacités de mémorisation déclinent. C’est exactement ce que l’on constate chez nombre de consommateurs de statines.
  • De même, la quantité de récepteurs à l’insuline capables de fonctionner chute, cela favorise l’intolérance au glucose, le pré-diabète, puis le diabète.

C’est pourquoi les études récentes montrent que les statines augmentent les risques de diabète, lui-même un facteur de risque cardiovasculaire mais aussi d’immunodépression, de vieillissement accéléré et même de cancers !

C’est l’arroseur arrosé… Très drôle dans les films, beaucoup moins quand il s’agit de sa santé.

Et ce n’est pas tout car le cholestérol a bien d’autres utilités. Il est :

  • Indispensable pour la vitamine D

C’est à partir du cholestérol que nous fabriquons le précurseur de la vitamine D qui va être activé par l’exposition au soleil.

Or aujourd’hui des milliers d’études montrent que le manque de vitamine D est un facteur de risque d’inflammation, d’infarctus, de diabète, de pathologies allergiques, de cancers (en particulier sein, prostate et côlon), de sclérose en plaques etc.

  • Indispensable pour la coenzyme Q10

C’est à partir du cholestérol que nous produisons la coenzyme Q10, une molécule vitale qui sert à transporter les électrons dans les mitochondries, les centrales énergétiques pour produire le moteur de toutes nos fonctions, l’ATP.

La coenzyme Q10 est par ailleurs un puissant antioxydant. Sa baisse est un facteur de raccourcissement de la longévité et il est largement démontré que les statines le font baisser de manière très significative.

  • Indispensable pour la DHEA, dont le le Pr Etienne-Emile Beaulieu a montré qu’elle était une hormone anti-âge.

Alors, vraiment, veut-on faire baisser le cholestérol à tout prix ?

Infarctus, AVC : le cholestérol a une bonne tête de coupable

Les vendeurs de statines ont un autre argument dont ils se servent dès qu’ils manquent d’idées. « Un cholestérol élevé est un facteur de risque cardiovasculaire » disent-ils.

Il est vrai que l’on retrouve du cholestérol dans les plaques d’athérome (dépôts sur la paroi interne de l’artère), mais celui-ci ne représente… que 10 % de leur contenu !

On y retrouve surtout une prolifération de fibres, des globules blancs, des cellules musculaires lisses, des plaquettes, de la fibrine, du calcium et du fer, un puissant pro-oxydant et pro-inflammatoire…

Ce qui fait dire au Dr Curtay que :

« Bien plus que la diminution du taux de cholestérol, c’est la maîtrise de l’hypertension et de l’hyperactivité plaquettaire qui est déterminante dans la prévention des infarctus et des AVC ».

Là-encore, une toute petite explication : les plaquettes sont au sang ce que les super équipes de la DDE (Direction Départementale de L’Equipement) sont à l’entretien du réseau routier.

Elles s’activent dès que le revêtement de nos parois artérielles est endommagé. Elles se collent sur la lésion, recrutent d’autres plaquettes et resserrent l’artère. Mission terminée !

Le problème est que l’activation des plaquettes est déclenchée par la moindre microlésion de la paroi artérielle. Or certains facteurs favorisent ces microlésions, et donc l’hyperactivité plaquettaire (elles doivent intervenir partout et tout le temps) :

  • Le tabac
  • La sédentarité
  • Le surpoids
  • Le déficit en oméga-3, antioxydants, magnésium, vitamine B
  • Les excès en oméga-6, fer, cuivre
  • Etc.

Vous avez compris : c’est donc sur ces facteurs-là qu’il faut agir en priorité pour limiter le risque cardiovasculaire. Et les statines ne vous seront pour cela d’aucune utilité.

Voici en revanche ce que vous pouvez faire pour prévenir les problèmes futurs :

  • Ne pas fumer : une seule cigarette par jour augmente les risques d’AVC, de coronaropathie et d’infarctus de 40 % !
  • Assainir son environnement pour limiter les effets de la pollution aérienne sur l’organisme, mais aussi déjouer l’influence des produits toxiques dans de nombreux produits de consommation courante.
  • Ne pas être en surpoids pour enrayer l’apparition des marqueurs sanguins de l’inflammation, comme la C réactive protéine (CRP), désormais reconnue comme un facteur de risque cardiovasculaire à part entière.
  • Eviter les montées excessives de glucose qui entraînent sur la durée une résistance à l’insuline, ce qui provoque une baisse des HDL.
  • Se protéger des autres causes d’inflammation en s’inspirant de deux régimes alimentaires et modes de vie qui ont fait leurs preuves dans la prévention de pathologies cardiovasculaires : le modèle méditerranéen [2] [3] et le modèle Okinawa.

Maintenant je vous demande de bien vous accrocher à votre fauteuil, parce que la question suivante risque de vous « secouer les certitudes » (si j’ose dire)…

Et si le cholestérol préservait du cancer ?

De nombreuses études ont observé une diminution du risque de cancers lorsque les sujets affichent un taux de cholestérol total plus élevé [4].

Cela est d’autant plus frappant qu’une équipe de l’Inserm à Toulouse vient de mettre en évidence une molécule dérivée du cholestérol, appelée dendrogénine A (DDA) qui possède des propriétés anticancéreuses [5].

Si elle se confirmait, cette découverte signerait pour de bon l’acte d’innocence du cholestérol.

Mais vous allez voir qu’il en faut plus pour faire renoncer les vendeurs de l’industrie pharmaceutique.

La nouvelle cochonnerie qui débarque

Ceux-ci sont pourtant confrontés à un double problème : non seulement le cholestérol n’est pas le grand méchant loup qu’ils ont décrit, mais en plus les brevets de la plupart des statines ont aujourd’hui expiré.

Alors les stratèges des grands laboratoires vont tenter de rejouer le casse du siècle avec une nouvelle arme.

Il s’agit de la nouvelle génération de médicaments anticholestérol. On les appelle les anti-PCSK9, ce sont des anticorps monoclonaux capables de faire chuter… de moitié le cholestérol.

Boum !

Côté prix, ces anti-PCSK9 ne font pas non plus dans la dentelle : ils sont… 100 fois plus chers que les statines.

Re-boum !

Hélas, ils ont aussi toutes les chances d’être encore plus dangereux. Les premiers anticorps monoclonaux mis en circulation comme les anti-TNFalpha, le trastuzumab ou Herceptine, peuvent provoquer de sévères effets secondaires. L’efalizumab ou Raptiva, utilisé dans le traitement des psoriasis, a favorisé des infections mortelles dont des encéphalopathies : il a été retiré du marché.

Mais il faut croire que cela n’effraie personne.

Les autorités américaines viennent ces derniers mois d’autoriser la mise sur le marché du premier anti-PCSK9 de chez Sanofi et les autorités européennes ont donné un premier avis… positif. À la clé, plus de 4,5 milliards d’euros par an pour le laboratoire…

Mon avis : vous risquez d’entendre à nouveau la petite ritournelle sur la nécessité de faire baisser votre cholestérol.

Et nous aurons certainement l’occasion d’en reparler.

Pour d’ores et déjà aller plus loin, je vous envoie en cadeau les deux numéros des Dossiers de Santé & Nutrition « La vérité sur le Cholestérol et les statines » du Dr Curtay. Pour recevoir ce dossier complet sur le cholestérol, inscrivez-vous à l’aide du lien ici (lien cliquable).

Santé !

Gabriel Combris


Publicités :

Contre la désinformation : L’action conjointe de l’Union Européenne et des lobbys de l’industrie pharmaceutique menace les médecines naturelles. Bientôt, non seulement les traitements alternatifs risquent d’être interdits, mais les sources d’information sur les médecines naturelles disparaîtront elles aussi.

Prenez dès aujourd’hui les devants ! Abonnez-vous aux Dossiers de Santé & Nutrition et restez en permanence au courant des dernières découvertes en pointe de la médecine naturelle.

Découvrez les nouveaux traitements que Bruxelles n’a pas encore eu le temps d’interdire en regardant la présentation ici.

NOUVEAU ! Redécouvrez les vertus oubliées des plantes médicinales. Infusions, teintures-mères, décoctions, cataplasmes et onguents, apprenez les secrets de la médecine par les plantes en vous rendant ici.

Secrets de jeunesse pour une vieillesse heureuse : La médecine anti-âge fait actuellement des progrès étonnants. Vous pouvez en bénéficier en suivant les conseils du Docteur Hertoghe, président de l’Association Mondiale de Médecine Anti-âge. Rendez-vous ici.

Pour être sûr de bien recevoir la lettre PureSanté sans qu’elle se perde dans votre boîte de messagerie électronique,visitez la page suivante.


Cette lettre vous a plu ? Pour recevoir nos prochaines lettres PureSanté directement dans votre boite électronique,rendez-vous ici – inscription gratuite.


Si vous souhaitez commenter cet article, je vous invite à le faire ici

Si vous pensez que ce message pourrait intéresser un ami ou un proche, n’hésitez pas à le lui transférer par email (utilisez la fonction « transférer ce message » dans votre boîte de messagerie électronique). Pour partager cet article, vous pouvez utiliser l’un des réseaux sociaux suivants :

 

Commentaires fermés

PRURE SNTE – DORMEZ MIEUX GRACE AU MAGNESIUM -

PureSanté <news@pure-sante.info> Se désabonner

07:36 (Il y a 1 heure)

À moi

Pure Santé : Les idées claires sur la santé naturelle


Dormez mieux grâce au magnésium


Et aussi : Tu connais Super Courgette ? Une belle légende, et Rions un peu

Chère lectrice, cher lecteur,

Nous sommes dans le cabinet d’un médecin. Le vôtre. À qui, ayant pris votre courage à deux mains, vous osez soumettre une suggestion :

« Docteur, je n’arrive pas à dormir et j’ai lu quelque part que le magnésium était… »

En face de vous, le médecin relève le nez de son ordinateur et vous regarde d’un air navré.

Même s’il ne dit rien, vous avez compris.

Ce n’est pas la peine de finir votre phrase. Si vous vous taisez, vous pouvez encore vous en sortir à bon compte (je veux dire sans le couplet sur les dangers de l’automédication et les risques des méthodes de soin naturelles).

Il remplira son ordonnance, puis vous la tendra en disant : « Tenez. Je vous ai mis des somnifères pour dix jours. Avec ça (il insiste lourdement sur le « ça ») vous allez voir, vous allez dormir. »

Et vous quitterez son cabinet un peu honteux, la feuille dans la main. Quant à votre médecin, il est probable qu’il soufflera tout haut en pensant :

« Mieux dormir avec du magnésium ???? Mais que les gens sont naïfs…Et dire que nous sommes au XXIe siècle »…

Ça vous énerve ?

Bon, alors détendez-vous parce que j’ai quelque chose pour vous. Du lourd.

Des études scientifiques, qui prouvent les effets positifs du magnésium sur le sommeil :

  • Une étude menée chez 14 nourrissons pour lesquels on a réalisé des enregistrements polygraphiques du sommeil a montré une corrélation entre l’allongement de la durée du sommeil lent avec les taux les plus élevés de magnésium circulant.

Lorsqu’on leur injecte du magnésium, ce double effet est encore accentué. De plus, le magnésium réduit la fréquence des mouvements oculaires rapides et la tonicité musculaire pendant le sommeil.

  • Une étude en double-aveugle menée chez 46 personnes âgées recevant soit un placebo, soit 500 mg de magnésium-élément par jour, entraîne une réduction du temps d’endormissement, de la portion de temps de sommeil par rapport au temps passé au lit (« sleep efficiency »), autrement dit ils bénéficient d’un sommeil plus réparateur.
  • Une étude en double-aveugle menée chez des personnes de 60 à 80 ans, puis en « cross-over » (interversion des groupes placebo et supplémentés après 20 jours d’intervalle), met en évidence que l’administration de magnésium réduit le cortisol, l’hormone du stress, et augmente la phase de sommeil lent.
  • Une étude en double-aveugle menée chez 43 insomniaques d’un âge moyen de 78 ans, recevant soit un placebo soit 225 mg de magnésium-élément, 11,25 mg de zinc-élément et 5 mg de mélatonine, a abouti à une amélioration de tous les scores de sommeil et de qualité de vie évalués par le Pittsburgh Sleep Quality Index : latence d’endormissement, durée du sommeil, qualité du sommeil, vigilance et vitalité pendant la journée.
  • Une étude menée par le Centre de recherche en nutrition du ministère de l’Agriculture aux Etats Unis chez 100 personnes de plus de 51 ans montre que la prise de 320 mg de magnésium par jour permet une amélioration de la qualité du sommeil.

Bon, c’est toujours un peu fastidieux d’enchaîner comme ça « les études qui montrent que… », mais quand même : à force de confirmer une hypothèse par des preuves, il faut bien admettre qu’elle est intéressante, cette hypothèse, non ?

Je pense que cela peut vous être utile la prochaine fois que vous allez voir un médecin qui vous prend pour un gros naïf. Et s’il vous regarde avec l’air méchant, du genre à penser « mais pour qui il se prend, celui-là ??? », vous pouvez aussi lui dire où trouver du magnésium.

Où trouver du magnésium

  • Dans l’alimentation :
    • La noix du Brésil : c’est un des aliments les plus riches qui soient en magnésium, comme la bonne vieille amande de chez nous : 250 mg pour 100 g.
    • Juste derrière cette noix, il y a un autre aliment très intéressant : c’est le sarrasin, une plante qui se consomme comme une céréale (mais sans gluten) et qui contient un taux record en magnésium : 230 mg pour 100 g, tout en étant nettement moins calorique que le chocolat ou les noix.
    • Le chocolat noir n’est pas aussi riche en magnésium qu’on veut le faire croire : 100 g (une tablette entière) de chocolat noir à 70 % de cacao ne contiennent que 170 mg de magnésium. C’est le cacao pur dégraissé qui est une bonne source de magnésium (410 mg aux 100 g).
    • Cent grammes de spiruline contiennent 400 mg de magnésium, soit la dose quotidienne recommandée. Problème, à cette dose, cela revient beaucoup plus cher qu’un complément alimentaire classique.
    • De façon générale, un régime riche en fruits et légumes frais est riche en magnésium. En particulier les légumes verts car la chlorophylle dont ils tirent leur couleur concentre un atome de magnésium en son centre.
  • Des eaux minérales sont connues pour leur richesse en magnésium : Hépar, Courmayeur et Contrex. Evitez-les ! Le magnésium y est toujours présent sous forme de sulfate, un des sels de magnésium les moins bien absorbés (encore moins que le chlorure), ce qui provoque flatulences, ballonnements voire diarrhées, tout en améliorant peu ou pas votre statut en magnésium.
  • Compléments alimentaires de magnésium : les trois meilleures formes de magnésium sont le malate, le citrate et le glycérophosphate. À noter que le malate est idéal pour les personnes fragiles ou touchées par l’ostéoporose. De plus, il ne perturbe pas le fonctionnement du système digestif comme peuvent parfois le faire d’autres formes de magnésium.

En France, la carence en magnésium touche près de 90 % de la population. Alors si vous avez des problèmes de sommeil, je dirais qu’il s’agit d’une piste à explorer sérieusement. Même si votre médecin vous regarde de travers.

Tu connais Super Courgette ?

Je connais pas mal de jeunes mères de famille qui essaient discrètement de glisser quelques épinards et autres courgettes dans l’assiette de leurs enfants, comme ça, l’air de rien, en espérant que ça passe… À propos des haricots verts, il y en a même qui tentent le tout pour le tout : « oui oui, c’est comme les frites de la cantine, mais en vert ».

Résultat ? Bof. Les enfants et les légumes, ça reste une histoire… compliquée.

On peut aussi leur acheter des T-shirt « j’aime les légumes » taille 3 ans, ou coller des magnets « Super Courgette » sur le frigo, il ne faut pas rêver. Mais il y a quand même de bonnes idées à étudier.

Une école de New-York, aux Etats-Unis, a mis en place un potager géré par les élèves [1], les récoltes étant ensuite utilisées pour approvisionner la cantine.

Le résultat est surprenant : bien que la portion de légumes proposée par le self-service soit restée la même, les élèves choisissaient naturellement les produits qu’ils avaient cultivés, multipliant ainsi par 4 leur consommation de légumes.

Ça tombe bien, 2016 a été élue « année du légume » par l’Organisation mondiale de la santé.

Bon, en France, le ministère de l’Education nationale continue de faire intervenir l’industrie du sucre pour faire l’éducation nutritionnelle des élèves, mais rien n’empêche les parents de leur dire de se boucher les oreilles, et pour ceux qui le peuvent, de les initier au jardinage…

Aimez-vous les légendes ?

Il y a près de 3000 ans, le mythique empereur chinois Shen Nong, dont le nom signifie « le laboureur divin », aurait cueilli, goûté et classifié lui-même des centaines de plantes. Il les testait pour connaître leurs propriétés médicinales.

Et même s’il s’intoxiquait souvent au hasard de ses essais, son pouvoir divin lui aurait donné la possibilité de mourir et de revivre plusieurs fois.

Bien sûr, il s’agit d’une légende. Mais vous allez voir qu’il y a tout de même quelque chose de très troublant.

L’empereur a consigné ses précieuses découvertes dans un livre, le Shennong Bencao Jing, considéré comme le premier traité de phytothérapie.

Bencao signifie « herbier » et l’ouvrage rassemble un volumineux ensemble de 360 remèdes animaux et minéraux, et 252 végétaux qui suffisent à prévenir et soigner les maux tout au long de l’année.

Entre autres, il y décrit le ginseng, à la saveur « douce et légèrement amère », qui renforce les cinq « viscères », apaise l’Esprit, ouvre le Cœur (calme les palpitations), chasse les énergies perverses (renforce le système immunitaire), et prolonge la vie. »

Il parle aussi du pavot qui rend le sommeil, ou du Dang Gui, l’angélique chinoise indiquée pour les troubles féminins.

Tous ces remèdes sont détaillés, accompagnés de posologies précises.

Mais le plus impressionnant est que 3000 ans après leur découverte, la recherche médicale de pointe reconnaît aujourd’hui la parfaite validité scientifique de ces remèdes.

Rions un peu

Un rapport interne des Hôpitaux de Paris sur le thème « Les conflits d’intérêt, mieux les connaître, mieux les prévenir », a été remis au directeur de l’Assistance Publique, avec le sérieux protocolaire de ce genre d’événement. Photo officielle, petits fours bio, « du beau travail cher ami, quel plaisir de vous revoir estimé confrère etc. »

Le truc amusant, si l’on peut dire, c’est que parmi les 11 personnalités ayant rédigé le rapport, l’une est membre du comité scientifique de l’Institut Servier (célèbre laboratoire pharmaceutique ayant produit le Médiator), et deux autres sont liées aux labos Roche, Sanofi, Novartis et Abbot.

Il est vrai qu’en matière de conflits d’intérêts, ces personnalités-là savent de quoi elles parlent…

Santé !

Gabriel Combris


Publicités :

Beauté naturelle : Quand vous prenez soin de votre santé, vous prenez soin de votre corps. Il existe des moyens naturels et efficaces, des habitudes simples qui jour après jour magnifient votre beauté naturellement. Rendez-vous ici pour en savoir plus.

Les pieds sur terre : Les pages santé des magazines féminins vous agacent ? Regardez-donc cette vidéo. Elle ne fait pas rêver comme les images de mannequins sur papier glacé mais je peux vous dire que les conseils que vous découvrirez sont efficaces. Rendez-vous ici pour en savoir plus.

Diabète : L’assurance maladie rembourse 1,2 Mds € pour des antidiabétiques chaque année en France. Alors que ces médicaments sont potentiellement dangereux et ne traitent pas la vraie raison du diabète de type 2, la médecine naturelle a fait des progrès considérables pour soigner et guérir le diabète par l’alimentation. Découvrez comment dans cette vidéo (lien cliquable).

Pour être sûr de bien recevoir la lettre PureSanté sans qu’elle se perde dans votre boîte de messagerie électronique,visitez la page suivante.


Cette lettre vous a plu ? Pour recevoir nos prochaines lettres PureSanté directement dans votre boite électronique,rendez-vous ici – inscription gratuite.


Si vous souhaitez commenter cet article, je vous invite à le faire ici

Si vous pensez que ce message pourrait intéresser un ami ou un proche, n’hésitez pas à le lui transférer par email (utilisez la fonction « transférer ce message » dans votre boîte de messagerie électronique). Pour partager cet article, vous pouvez utiliser l’un des réseaux sociaux suivants :

 

Commentaires fermés

La Lettre Santé Nature Innovation par Jean-Marc Dupuis est un service d’information gratuit sur la santé, la nutrition et le bien-être. Pour vous inscrire, rendez-vous ici. Pour ne plus recevoir nos messages, rendez-vous ici. Sex symbol à 80 ans

Sex symbol à 80 ans
SI
Sante Nature Innovation
|
mar. 06/12, 09:04
Vous

Boîte de réception
La Lettre Santé Nature Innovation par Jean-Marc Dupuis
est un service d’information gratuit sur la santé, la nutrition et le bien-être.
Pour vous inscrire, rendez-vous ici.

Pour ne plus recevoir nos messages, rendez-vous ici.

Sex symbol à 80 ans

Chère lectrice, cher lecteur,

Wang Deshun, célèbre DJ de techno en Chine, est la nouvelle star asiatique des défilés de haute couture.

Il est vrai que sa silhouette nerveuse, ses pectoraux bien dessinés, ses épaules larges et son regard perçant le rendent très attirant, surtout lorsqu’il défile top less pour Hugo Boss ou Dolce & Gabbana, sur fond sonore endiablé.

Sa particularité : Wang Deshun a… 80 ans.

Cette photo de Wang Deshun, DJ de techno devenu mannequin, a été publiée le 3 novembre 2016 dans le New-York Times, sous le titre « Le top model de 80 ans qui re-définit la vision du vieillissement en Chine ». [1]

« Le grand-père le plus sexy de Chine »

Wang Deshun a été désigné comme le « grand-père le plus sexy » de Chine.

Né en 1936 dans une famille traditionnelle de neuf enfants, Wang Deshun aurait pu, aujourd’hui, « être un vénérable vieillard à barbe blanche et à longue robe », comme il l’explique en riant.

Seulement, il a décidé de refuser la stagnation physique et mentale.

« Un des moyens de savoir si vous êtes vieux ou pas est de vous demander : est-ce que jose faire une chose que je nai jamais faite avant ? », explique-t-il dans une récente interview donnée dans un grand hôtel de Pékin.

« La nature détermine votre âge, mais cest vous qui déterminez votre état desprit. »

Et en effet, c’est une question de choix.

Wang Deshun a fait le choix d’utiliser les moyens innombrables de vivre mieux et de rester jeune, plus longtemps, qui sont aujourd’hui à notre disposition, grâce à la science et aux progrès de la médecine.

L’artiste chinoise Xiao Lu, 54 ans, témoigne : « Je ladmire énormément. Il a le corps et lesprit sculptés de façon admirable. » [2]

« Je n’y arriverai jamais ! »

Vous pouvez vous dire : « Ce nest pas pour moi, je ny arriverai jamais ! »

Mais vous pouvez aussi vous donner une chance.

Wang Deshun n’est pas un adepte du bistouri, des piqûres ou des implants.

On le sait, ces méthodes « dures » ne seraient pas aussi efficaces. Elles ne lui donneraient pas l’énergie vibrante, l’optimisme et la force qui rayonnent de lui et qui font son succès.

Il utilise les plantes, les suppléments nutritionnels, les produits naturels et les techniques de méditation pour conserver – et améliorer – sa forme olympique.

Car il existe aujourd’hui des moyens naturels pour préserver :

  • la souplesse des articulations, et la vigueur des muscles pour les activités de plein air, le sport, les voyages ;
  • la mémoire et la rapidité desprit pour les loisirs, les activités culturelles, les nouvelles rencontres ;
  • un cœur et des artères jeunes, pour être moins vite essoufflé et réduire la menace de crise cardiaque ;
  • des yeux et des oreilles qui fonctionnent bien, pour suivre sans peine les conversations, y compris au milieu du brouhaha, et remarquer, même de loin, les détails du paysage ;
  • une peau ferme, y compris sous les bras, pour être fier de son reflet dans le miroir ;
  • le sommeil, le calme intérieur, la confiance en soi et l’énergie pour entreprendre de nouveaux projets.

Pourquoi votre médecin ne vous en parle-t-il pas ?

La principale cause est la manière dont les médecins sont formés en Occident.

Ils apprennent à traiter les maladies, à coups de vaccins, de médicaments étrangers au corps, d’opérations. Vous avez une jambe cassée ? On vous la répare. Le cancer ? On vous l’enlève (enfin on essaie). Le cœur ? On vous le change.

Cette médecine peut être très efficace, surtout en cas d’urgence. Mais la contrepartie est qu’elle n’aide pas les malades à rester en bonne santé. Lorsque vous vieillissez, la médecine conventionnelle attend souvent que vos problèmes de santé s’aggravent pour vous proposer un traitement.

En Chine, c’est le contraire : le médecin se préoccupe avant tout de maintenir son patient en bonne santé.

Une légende raconte même que le médecin n’est payé que tant que son patient va bien. S’il tombe malade, il le soigne gratuitement.

Votre corps a la capacité de bien vivre 90 ans

Les recherches scientifiques montrent que nos corps – le vôtre, le mien – ont la capacité de bien fonctionner pendant environ 90 ans (un petit peu plus pour les femmes).

Le corps humain n’est pas une machine qui s’use avec le temps. Et nous ne sommes pas du tout aussi « vieux » que nous l’imaginons.

L’expression « avoir l’âge de ses artères » n’a, médicalement, aucun sens :

La plupart des cellules d’un corps humain ont moins de 2 ans.

Votre intestin se renouvelle intégralement tous les 3 jours. Les cellules de la rétine se renouvellent tous les 10 jours. Votre foie, votre pancréas, votre rate et vos poumons sont intégralement renouvelés en 300 à 500 jours. Même votre squelette est intégralement régénéré tous les dix ans.

Le vieillissement n’est donc pas lié à « l’usure » de votre corps. Si vous vieillissez, c’est parce que des déséquilibres ou des carences empêchent vos organes de se régénérer correctement.

Et ces déséquilibres et carences peuvent être partiellement corrigés.

Certaines maladies liées à l’âge (arthrose, maladies cardiovasculaires, démences, cancer, problème de vue et d’ouïe…) peuvent être ralenties ou stoppées en activant vos processus naturels de régénération.

L’espérance de vie en bonne santé en France n’est que de 63 ans

L’espérance de vie en bonne santé, sans maladie ni handicap majeur, n’est en France que de… 63 ans pour les hommes, 64 ans pour les femmes (l’espérance de vie totale est de 81 ans). [3]

Ce qui signifie que nous avons 26 ou 27 ans de vie actuellement sacrifiés, bêtement gaspillés.

Ce sont des années de vie qui pourraient être actives, productives, épanouissantes, que nous pourrions vivre sans maladies chroniques (cancer, maladies cardiaques, diabète, arthrose).

Alors où est le problème ?

Vos gènes ne déterminent que 10 % de votre longévité

Selon l’étude Danish Twin Study, nos gènes ne déterminent que 10 % de notre longévité.

Les 90 % restant sont déterminés par notre mode de vie.

Le problème est que lorsque vous posez la question aux gens, la confusion la plus totale règne sur ce qui est bon pour leur longévité.

Ils ont entendu dire que les graisses, la viande rouge, les charcuteries, sont mauvaises. Qu’il faut manger cinq fruits et légumes par jour, mais aussi un produit laitier et un féculent à chaque repas.

Je suis au regret de vous dire que tout cela est au mieux inexact, au pire illusoire et dangereux.

Et ce nest que le début des idées fausses qui circulent sur la longévité.

Pour vivre mieux et plus longtemps :

  • Devez-vous courir le marathon… ou faire du yoga ?
  • Manger de la viande bio… ou du tofu ?
  • Faut-il prendre des compléments alimentaires, ou les fuir ?
  • Le bicarbonate de soude, le vinaigre de cidre, le citron, le miel de manuka, l’huile de coco sont-ils vraiment les produits miracles que certains racontent ?
  • Et ces histoires d’hormones, de resvératrol, de DHEA ? Ça marche ou ça ne marche pas ?

L’impact catastrophique de la presse grand public et de la télévision

Les grands groupes de médias se sont aperçus il y a quelques années que la santé était un sujet porteur pour faire de l’audimat.

L’audimat est pour eux un facteur essentiel qui leur permet de vendre plus cher leurs espaces publicitaires.

Ils se sont donc jetés sur le sujet de la santé comme une horde de loups affamés sur un vieil os.

Des journalistes qui n’ont pas la moindre culture médicale publient des articles sur le cancer, l’Alzheimer, le diabète, sans se soucier de la fiabilité de leurs conseils.

Leur point fort : des photos éblouissantes et des titres accrocheurs qui vous laissent espérer qu’ils ont des choses incroyables à vous révéler.

Mais à l’intérieur, méfiance ! Ce ne sont souvent que de simples « copier-coller » de la propagande médico-pharmaceutique !

Les informations santé dans les grands médias sont encore plus orientées, biaisées, manipulées, que les informations politiques (c’est dire !).

Où trouver des informations fiables, vérifiées et objectives

Le fait est que vous n’avez pas le choix. Vous êtes obligé de remonter à la source, aller vérifier vous-même les résultats de la recherche.

En ce qui concerne la longévité, une équipe de scientifiques s’est penchée très sérieusement sur la question.

Cette équipe était constituée du Dr Thomas Perls, qui avait dirigé l’étude de Nouvelle-Angleterre sur les centenaires, de la Dre Margaret Artz, professeure de pharmacologie clinique à l’université du Minnesota, du Dr Luigi Ferrucci, directeur de l’étude sur le vieillissement de Baltimore, du Dr Jack Guralnick de l’Institut national sur le vieillissement, du Dr S. Jay Olshansky, chercheur associé au centre sur le vieillissement de l’université de Chicago, et du Dr Robert L. Kane, directeur des études sur le vieillissement et les soins de long terme à l’université du Minnesota.

Ils sont allés sur le terrain étudier quatre zones géographiques dans lesquelles les gens vivent nettement mieux et plus longtemps. Leur travail visait à déterminer rigoureusement les points communs entre ces peuples.

Ce sont des zones où :

  • les gens ont 10 fois plus de chances que nous d’atteindre 100 ans;
  • l’espérance de vie est de plus de 12 ans plus élevée que chez nous ;
  • la mortalité précoce (entre 50 et 70 ans) ne représente qu’une infime fraction de celle observée chez nous.

Elles se trouvent sur la péninsule de Nicoya, au Costa-Rica, dans les montagnes à l’ouest de la Sardaigne (province de l’Ogliastra), en Italie, dans l’archipel d’Okinawa, au Japon, dans la ville de Loma Linda, en Californie, sur l’île d’Ikaria, en Grèce et dans l’Öland, en Suède.

Les zones bleues où l’on vit sans cancer, sans arthrose, sans hypertension et sans dépression

Ces zones ont été baptisées « zones bleues » par le scientifique américain Dan Buettner, célèbre par ses études sur ces populations.

Dans ces zones bleues où l’on vit plus longtemps, les maladies graves comme le cancer, l’arthrose, l’hypertension et la dépression sont rares.

  • Sur l’île d’Ikaria, aussi baptisée « lîle où les gens oublient de mourir », l’accent est mis sur le lait de chèvre, les cornilles (ou pois à vache, une sorte de haricot), les légumes sauvages, le miel, la féta, le citron, la sauge, la marjolaine, utilisée dans le thé quotidien.
  • En Sardaigne, c’est le lait de brebis, le fenouil, les fèves, les amandes, les tomates, l’orge, le thé au chardon et le vin de grenache, très riche en polyphénols.
  • À Okinawa, au Japon, on a « lhabitude de manger un aliment venu de la terre et un aliment venu de la mer chaque jour ». Les centenaires se nourrissent de margose (une sorte de courge), de tofu, d’ail, de riz complet, de thé vert, de champignons shiitake et de poisson sauvage. Par ailleurs, ils consomment beaucoup d’infusions aux plantes médicinales.
  • À Loma Linda, en Californie, une communauté de protestants fondamentalistes a révélé une longévité exceptionnelle. Ils suivent un régime « biblique », à base d’avocat, de saumon, de noix, de haricots, de pain complet et de lait de soja. Et seulement de l’eau. Jamais un gramme de sucre raffiné ni de soda. Certains mangent également un peu de viande.

Et c’est en étudiant les points communs entre ces populations, leur régime alimentaire, leur mode de vie, que l’on peut déterminer comment vivre mieux et plus longtemps, selon Dan Buettner.

Une révolution est en cours dans la Silicon Valley, aux États-Unis

Mais ces zones traditionnelles ne sont pas notre seule source d’information sur les moyens d’augmenter la longévité.

Dans la Silicon Valley, en Californie, la plupart des fondateurs de start-up sont impliqués aujourd’hui dans des recherches accélérées pour découvrir le secret de la longévité.

Selon eux, c’est un mélange de biotechnologie, d’intelligence artificielle, d’ingénierie génétique et d’informatique qui va permettre d’allonger radicalement la durée de vie de l’homme.

Et de fait, les recherches en génétique progressent rapidement.

Mais les généticiens tiennent aujourd’hui plusieurs pistes pour lutter contre ce phénomène.

Retrouver des cellules aussi jeunes qu’au jour de votre naissance !

On est aujourdhui capable de fabriquer des cellules jeunes, aussi jeunes qu’au jour de votre naissance.

C’est la révolution des cellules souches. Les cellules souches sont les « mères » de toutes les autres cellules dans votre corps.

Elles sont semblables à la toute première cellule qui a été formée lors de votre conception, dans le ventre de votre mère, et qui est à l’origine de toutes les autres.

En cultivant les cellules souches en laboratoire, et en les réimplantant dans l’organisme, il pourrait être bientôt possible de rajeunir radicalement nos artères, nos organes, notre peau, nos yeux et notre cerveau.

C’est ce qui s’appelle la « médecine régénératrice [4] », dont vous et moi pourrons peut-être profiter de notre vivant.

Tous les animaux ne vieillissent pas

Les progrès de la biologie permettent aujourd’hui de considérer d’un œil entièrement nouveau le problème du vieillissement.

Alors qu’on estimait il y a peu que vieillir était un phénomène universel, qui concernait tous les êtres vivants, les biologistes se sont aperçus que ce n’était pas vraiment le cas pour tous les animaux.

Il existe en fait dans la nature de nombreux animaux qui ne vieillissent pas.

Les scientifiques comprennent aujourdhui les mécanismes qui permettent au requin blanc du Groenland de vivre 400 ans, à la tortue des Seychelles 256 ans, au homard 140 ans.

Leur taille, leur force et leurs capacités de reproduction augmentent avec lâge.

Plus les années passent, plus ils gagnent en taille et en vigueur. Un jour, ils meurent soudainement, mais ce nest pas à la suite dun long et pénible déclin.

Leur secret : ils secrètent de grandes quantités de télomérase, l’enzyme qui protège les chromosomes et évite que vos cellules ne s’usent et vieillissent à chaque division cellulaire.

La révolution des télomères

Les scientifiques ont observé le lien entre vieillissement cellulaire et télomères. Les télomères sont des capuchons de protection, qui se trouvent au bout de nos chromosomes.

À chaque division cellulaire, ces capuchons rétrécissent, ce qui fait vieillir nos cellules plus vite.

À l’âge de 20 ans, les télomères comprennent environ 10 000 paires de base (les paires de base sont les « briques » qui constituent nos chromosomes).

On en perd ensuite entre 15 et 60 paires par an, provoquant :

  • Une réduction de l’espérance de vie ;
  • Un risque plus élevé de surpoids et de diabète ;
  • Un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires ;
  • Un risque plus élevé de cancer, de maladies auto-immunes, d’Alzheimer, de démence, d’arthrose/ostéoporose et de mortalité par infection !

Mais de tout nouveaux produits ont été développés pour ralentir ou inverser ce phénomène. Inspirés de la biologie de ces animaux qui « ne vieillissent pas », on les appelle les inhibiteurs de la télomérase, et on peut déjà s’en procurer auprès de certains fabricants.

Je vous en dis plus dans un instant.

Mais avant, voici un phénomène biologique encore plus extraordinaire.

Des animaux capables de ressusciter

Il existe dans la nature des animaux encore plus incroyables que les homards, les alligators, les tortues ou le requin du Groenland.

Ce sont les tardigrades.

Les tardigrades sont des organismes capables darrêter de vivre lorsqu’ils sont soumis à des stress extrêmes : radiation, glaciation, sécheresse, vide de l’espace.

Les scientifiques appellent cela la cryptobiose : ces organismes sont en état de mort clinique.

Ils peuvent rester dans cet état de non-vie pendant des centaines d’années… avant de ressusciter si les conditions sont à nouveau propices.

Ils peuvent résister au froid absolu (– 272,8 °C) et à une température de 150 °C.

Les études sur les animaux ultrarésistants et vivant très longtemps ont également fait beaucoup de progrès – des progrès que l’on peut désormais envisager d’appliquer à l’être humain.

Car des êtres vivants simples comme les bactéries ou les archées, ont une capacité de survie encore plus forte que les tardigrades.

Des organismes tels que Deinoccoccus radiodurans ou Kineococcus radiotolerans résistent aux radiations ionisantes de la bombe atomique, aux substances chimiques toxiques, à l’acide, au peroxyde d’hydrogène, aux plus extrêmes conditions de froid, de chaud, de dessèchement.

Cette capacité de résistance est due à leur système très perfectionné de réparation de l’ADN, qui leur permet de « ressusciter » eux aussi des millions d’années après leur mort !

C’est l’expérience qui a été menée par Russel Wreeland et ses collègues de l’université de Chester, qui ont ressuscité une bactérie emprisonnée dans des cristaux depuis 240 millions d’années.

Ces découvertes pourraient avoir une signification extraordinaire pour l’être humain.

Selon le Dr Jean-Paul Curtay :

« Nous sommes constitués de cellules, anciennes bactéries, ce qui permet de ne pas exclure que nous puissions acquérir un jour une partie de telles capacités de résistance à de nombreux type dagression. »[5]

Réparer les erreurs de votre ADN

D’incroyables percées sont faites actuellement pour corriger les erreurs qui pourraient exister dans votre code génétique, et vous prédisposer à des maladies graves (cancer).

La nouvelle technologie CRISPR, en particulier, est déjà en usage dans certains hôpitaux très avancés en Chine.

C’est un dossier à suivre absolument, dont très peu de cancérologues en Europe parlent à leurs patients (nous restons, ici, totalement soumis à l’industrie archaïque de la chimiothérapie).

La première expérience vient dêtre menée dans la lutte contre le cancer du poumon (incurable avec les thérapies classiques) et a été publiée le 15 novembre 2016 dans la revue scientifique Nature [6].

  • Les recherches progressent aussi dans le domaine des super-antioxydants, des substances qui protègent mieux les cellules contre les agressions (pollution, oxydation, radiation) ;
  • Une nouvelle étude publiée dans le journal Nature vient de mettre au jour un nouveau nutriment naturel qui augmente la longévité et protège le système cardiovasculaire : le polyamine spermidine ; [7]

Derrière de nombreuses « maladies » du vieillissement, un déséquilibre hormonal que l’on peut corriger

D’autres avancées s’opèrent actuellement dans le domaine de l’endocrinologie.

L’endocrinologie est l’étude des glandes endocrines, qui fabriquent les substances qui régulent nos réactions physiologiques : cortisol, hormones thyroïdiennes, adrénaline, testostérone, aldostérone, œstradiol, etc.

Notre environnement est de plus en plus chargé en perturbateurs endocriniens, des substances qui miment l’effet de nos hormones naturelles, et peuvent provoquer de graves déséquilibres (dans certains lacs et rivières, on observe même des poissons qui changent de sexe). [8]

C’est un phénomène nouveau qu’on ne peut plus ignorer. D’autant plus que le phénomène se cumule avec les années, et quil va en saggravant. Il peut provoquer de nombreuses maladies, mais aussi des changements d’humeur, la perturbation du sommeil, la dépression et même des troubles de la personnalité.

En revanche, des médecins compétents peuvent aujourd’hui vous conseiller précisément sur la façon de protéger vos glandes endocrines, votre équilibre hormonal, et ainsi d’éviter de vous fracasser, 15 ou 20 ans trop tôt, contre le mur du vieillissement prématuré :

  • Si vous souffrez par exemple de fatigue chronique, de dépression, de difficulté à perdre du poids ou de crampes, il est capital de vérifier le fonctionnement de votre thyroïde. Les maladies graves de la thyroïde sont rares, mais il est fréquent de souffrir de dysfonctionnements thyroïdiens mineurs, notamment sous l’effet d’un stress prolongé.
  • Si vous peinez à vous endormir le soir, ou si votre sommeil n’est pas réparateur, vous souffrez peut-être tout simplement d’un déficit en mélatonine, l’hormone du sommeil. La mélatonine est un des traitements naturels les plus efficaces et les plus sûrs qui soient : aucune dose dangereuse n’a été constatée pour cette hormone, qui a de plus un effet antivieillissement sur les cellules ;
  • Si vous souffrez dobésité, de diabète, de problèmes cardiaques, ne vous lancez pas tête baissée dans des régimes restrictifs, des programmes de sport, ou des traitements médicamenteux qui pourraient vous faire plus de mal que de bien. Vos problèmes pourraient tout simplement être dus à une déficience en œstrogènes et en progestérone chez la femme ou en testostérone chez l’homme ou dans les deux sexes en hormone de croissance, une hormone produite par votre glande hypophyse dans le cerveau. Là aussi, le stress et les agressions sociales et environnementales peuvent être la cause ou les facteurs aggravants de la déficience. Et il existe des moyens simples et naturels de faire augmenter le taux de ces hormones, sans risques pour votre santé ;
  • Si vous avez limpression de vieillir de façon accélérée ; si votre peau devient sèche et peine à cicatriser ; si vos os deviennent fragiles et si vous avez facilement des fractures ; si vous perdez la mémoire ou si votre désir et votre plaisir sexuels diminuent, préoccupez-vous de votre taux de DHEA ou de celui de l’hormone de croissance.

Et, bien sûr, votre vie amoureuse peut être impactée, bouleversée, ou même détruite à cause de problèmes hormonaux : manque de testostérone, de progestérone, d’œstradiol…

Dans tous ces cas (et des centaines dautres), retrouver un taux normal de ces hormones naturelles contribuera à fortement diminuer et même à éliminer vos symptômes sans prendre de médicaments chimiques.

Mais des informations précises sont difficiles à trouver à ce sujet, à moins de s’informer sur les progrès dans le domaine de la longévité.

Comment s’informer sur la révolution de la longévité

Pour ne pas rater le train de la révolution de la longévité, vous devez bien sûr vous informer.

Si vous lisez l’anglais, consultez les travaux de la Life Extension Foundation, une fondation américaine qui soutient, depuis des décennies, les travaux des pionniers dans le domaine de la médecine anti-âge.

Vous pouvez lire le livre de Sonia Arrison, désormais un classique qui explique comment vivre 150 ou même 500 ans devient théoriquement possible grâce au progrès médical et scientifique. [9] Ce livre est déjà un peu vieux (2011) et en anglais, mais c’est grâce à lui que le grand public a compris que ce qui paraissait un rêve serait peut-être un jour possible.

Vous pouvez participer à des séminaires en Californie : les dirigeants des grandes sociétés Internet (Google, Facebook, Paypal, Amazon, Apple…) sont pratiquement tous impliqués dans des projets de recherche concernant la longévité. La plupart des découvertes sont recensées sur le site de Ray Kurzweil : http://www.kurzweilai.net/

Vous pouvez vous inscrire aux conférences de l’Académie américaine de médecine anti-âge, dont vous trouvez le programme ici : http://www.a4m.com/

En France, vous pouvez consulter certains médecins spécialisés. Assurez-vous qu’ils ont bien été formés aux États-Unis, le plus récemment possible.

Vous pouvez enfin lire Le Journal de la Médecine Anti-Âge, publication francophone de référence, destinée au grand public éclairé, qui informe chaque mois la communauté des passionnés de médecine anti-âge des nouvelles découvertes dans le domaine de la longévité.

C’est la seule publication en français où vous retrouvez les informations de la Life Extension Foundation (citée plus haut), les comptes rendus des séminaires sur la longévité en Californie, les informations de Ray Kurzweil, des conférences de l’Académie américaine de médecine anti-âge, les découvertes publiées dans les revues médicales spécialisée dans ce domaine (en langues étrangères), les travaux de Dan Buettner sur les « zones bleues », etc.

Les plus grands spécialistes au service de votre longévité

Le Journal de la Médecine Anti-Âge rassemble les contributions des médecins pionniers dans le domaine de la nutrition anti-âge, de la médecine orthomoléculaire, et de la phytothérapie.

Mais vous y retrouvez les grands noms de la médecine innovante en France comme le Dr Thierry Hertoghe, président de la société mondiale de médecine anti-âge (World Anti-Aging Society), le Dr Éric Lorrain, président de l’IESV (Institut européen des substances végétales), la neurophysiologiste Monique Le Poncin-Séac’h.

Chaque numéro contient en outre un dossier condensé écrit par un spécialiste sur un sujet de santé de première importance. Par exemple, en deux pages, le Dr Thierry Hertoghe, président de la société mondiale de médecine anti-âge (World Anti-Aging Society), vous résume les méthodes, produits, nutriments et vitamines, qui permettent de lutter contre une maladie liée à l’âge.

Le Dr Thierry Hertoghe est l’un des meilleurs spécialistes mondiaux de la médecine anti-âge. Il a été coordinateur scientifique et chargé d’enseignement au cycle post-universitaire de thérapie médicale anti-âge, au département de prévention de la sénescence du centre universitaire de Charleroi, et chargé de cours de programme post-universitaire de médecine anti-âge pour médecins, en Allemagne.

Il est également l’auteur de nombreux ouvrages médicaux de référence dont Comment rester jeune plus longtemps, aux éditions Albin Michel, le guide de l’hormonothérapie pratique, qui a instruit des milliers de médecins, ainsi que des traités de médecine anti-âge.

Le secret anti-âge qui marche en 3 minutes chrono

La plupart des personnes imaginent qu’augmenter sa longévité est forcément compliqué, coûteux, et consommateur de temps.

C’est vrai pour certaines choses, mais la recherche progresse à grande vitesse.

Des approches qui nécessitaient des mois d’investissement et des milliers de francs il y a trente ans ne coûtent plus, aujourd’hui, que quelques euros et ne prennent que quelques minutes.

L’exemple le plus emblématique est le décodage du génome : vous pouvez faire décoder tout votre code génétique pour 70 euros actuellement, et en moins d’une semaine, alors que cela vous aurait coûté des millions d’euros et plusieurs années d’attente il y a encore 10 ans.

De même, les scientifiques ont identifié aujourd’hui une substance qui regonfle les réserves dénergie de vos cellules. Une cellule vieillissante peine à produire de l’énergie, et donc à faire son travail : si c’est une cellule musculaire, vous avez moins de force ; si c’est une cellule du cerveau, vous avez moins de mémoire ou de rapidité d’esprit ; si c’est une cellule nerveuse, vous perdez vos réflexes.

Cette substance qui dope l’énergie cellulaire, c’est le nicotinamide mononucléotide (NMN). C’est une substance sans danger que vous pouvez simplement ajouter dans l’eau que vous buvez (elle est extraite du brocoli, du chou, du concombre et de l’avocat).

Des chercheurs ont fait l’expérience sur des souris, auxquelles ils ont donné de l’eau avec une forte dose de NMN, avec une faible dose, ou sans NMN. Après une année, les souris ayant reçu du NMN avaient de meilleurs muscles, des os plus solides, des défenses naturelles plus fortes, un poids plus faible, plus d’énergie et moins de glycémie (sucre dans le sang).

Ils ont constaté que l’effet était d’autant plus fort que les souris étaient plus vieilles. Et ils se sont aperçus que le niveau de NMN dans le sang augmente au bout de 3 minutes seulement après la prise !!

4 choses que les Suisses peuvent nous enseigner pour vivre plus longtemps en bonne santé

Selon le rapport 2014 de l’Organisation mondiale de la santé, la Suisse fait partie des pays qui ont la plus grande longévité dans le monde (n° 2 pour les hommes et n° 3 pour les femmes).

L’explication est incroyablement simple :

  • Les Suisses vivent dans de petites villes, villages ou vallées, où existent de forts liens entre les personnes. Très peu de Suisses souffrent de solitude ou d’isolement ; 96 % affirment avoir quelqu’un sur qui ils peuvent compter à tout moment en cas de besoin, selon une étude de l’OCDE [10] ;
  • Ils ont un excellent équilibre entre leur vie et leur travail : seuls 7 % des Suisses disent travailler énormément. Ils ont moins de vacances, ce qui leur permet d’avoir des horaires plus réguliers pendant l’année. La plupart s’arrêtent longuement dès midi pour manger tranquillement, et quittent le travail à 17 heures. Les magasins ferment le samedi soir à 18 heures au plus tard, sont fermés le dimanche, les obligeant à faire une vraie pause dominicale ;
  • Partout, ils marchent ou font du vélo : la plupart des villes de Suisse sont entièrement étudiées pour faciliter les déplacements à pied ou à vélo. Des chemins relient toutes les villes de Suisse, et la randonnée en montagne, à ski l’hiver, est le sport national ;
  • Ils mangent du chocolat : les Suisses ont la plus grosse consommation du monde de chocolat. Le chocolat noir (plus de 70 % de cacao) contient de la théobromine euphorisante, de la phényléthylamine (précurseur de la sérotonine, molécule du bonheur) et des flavonoïdes qui protègent la peau des coups de soleil et du vieillissement.

« Incroyablement simples », notez toutefois que les trois premiers points sont difficiles à mettre en œuvre dans la vie si vous n’êtes pas organisé pour ça : un rythme de travail sain, des relations sociales intenses, beaucoup de marche à pied et de vélo, la plupart d’entre nous ont l’impression que c’est impossible ou difficile pour eux.

Cest pourquoi le Journal de la Médecine Anti-Âge aborde également de façon très pratique comment changer de vie, dans le bon sens.

Il ne vous dit pas seulement ce qu’il faudrait faire dans un monde idéal.

Il vous donne des solutions concrètes pour progresser vers un mode de vie plus sain. Ce sont des témoignages personnels, des petits trucs simples, des partages d’expérience avec les autres lecteurs, des conseils de professionnels qui vous aident à réellement passer à l’action.

La carte au trésor pour arrêter le vieillissement

Le Journal de la Médecine Anti-Âge est donc votre carte au trésor qui vous dévoile le chemin pour vivre mieux et plus longtemps.

Comme toutes les cartes au trésor, cependant, il n’est pas facile de se la procurer. Elle n’est pas en vente dans les kiosques à journaux, dans les gares, à la Fnac !

Seul un cercle très restreint en bénéficie aujourd’hui.

Ce sont des personnes qui ont suivi Santé Nature Innovation depuis déjà longtemps qui ont eu accès à La Lettre du Dr Thierry Hertoghe, qui ont fait la preuve de leur sérieux et de leur détermination malgré les difficultés du chemin…

Vous ne pouvez intégrer ce groupe qu’en de rares occasions, lorsque, durant quelques heures ou quelques jours, un nouveau contingent d’inscriptions est ouvert.

Dans tous les cas, il faut réagir immédiatement. Lorsque les places sont prises, il peut s’écouler des mois ou des années avant qu’une nouvelle occasion se présente.

La médecine anti-âge n’est plus réservée aux stars…

Oui, me direz-vous, mais le prix doit être exorbitant, n’est-ce pas ?

Après tout, la médecine anti-âge est le domaine réservé des stars, des femmes de sportifs et de PDG, qui ont les moyens de mettre des fortunes dans leur santé !

Eh bien oui, c’est le cas : rassembler les informations du Journal de la Médecine Anti-Âge coûte des fortunes.

Il faut suivre l’actualité scientifique dans le monde entier, faire travailler des experts mondialement connus, participer à de coûteuses formations…

Mais c’est justement l’intérêt d’avoir une publication : vous divisez le coût entre tous les abonnés.

Ce que vous recevez

En tant qu’abonné au Journal de la Médecine Anti-Âge, vous recevez les dernières informations sur les nouvelles thérapies antivieillissement.

Lors de votre adhésion, vous recevez un livre électronique de 193 pages qui vous présente les connaissances scientifiques actuelles les plus poussées sur l’allongement de l’espérance de vie.

Ce livre électronique, intitulé Longévité : ce que la science permet vraiment d’espérer, est une mini-encyclopédie dans laquelle vous retrouvez toutes les explications, les définitions, les mécanismes pour comprendre pourquoi et comment vous pouvez accroître votre longévité.


par le Dr Jean-Paul Curtay

Vous y découvrez des ressorts biologiques dont l’immense majorité des gens n’ont pas même idée, et cela peut être aussi simple que de modifier le contenu de votre assiette.

Vous y trouverez :

  • Page 139 et suivantes : une revue détaillée des nutriments qui ont une influence sur la longévité de l’homme ;
  • Page 142 et suivantes : les complémentations nutritionnelles particulières, adaptées aux personnes stressées, malades, vivant en environnement pollué (grandes villes), souffrant de début de maladies dégénératives ;
  • Page 11 et suivantes : des témoignages de « supercentenaires » : Jiroemon Kimura (116 ans), Jeanne Calment (122 ans), Luigi Cornaro (102 ans), qui expliquent les choix de vie et les choix alimentaires qui leur ont permis de vivre si longtemps ;
  • Page 22 et suivantes : les conclusions des études sur les animaux qui vivent très longtemps, notamment ceux qui ont cette étonnante capacité à ressusciter, dont je vous ai parlé plus haut ;
  • Page 32 : comment utiliser des substances naturelles, le resvératrol, la quercétine et la curcumine, pour déclencher un processus d’autophagie (autodigestion) de nos protéines endommagées. Il s’agit d’un mécanisme de défense essentiel que l’on retrouve dans les processus de rajeunissement ou d’allongement de la durée de vie chez de nombreux organismes ;
  • Page 33 et suivantes : tout sur les réparations d’ADN et les télomères ;
  • Page 37 : lutter contre les maladies dégénératives des artères, du cœur, des articulations, des nerfs et du cerveau ;
  • Page 53 et suivantes : les moyens dont on dispose aujourd’hui pour ralentir le vieillissement : détoxification, restriction calorique, multiplication des mitochondries par activation SIRT 1/resvératrol, arginine, les supplémentations en magnésium, coenzyme Q10 et phyto-œstrogènes ;
  • Page 65 : les aliments et nutriments qui réparent l’ADN ;
  • Page 68 : les effets de l’astragaloside pour stimuler la télomérase ;
  • Page 75 : les nutriments de la longévité (NAD, vitamine PP, glutathion, sirtuines, tryptophane, méthionine, glutamine…) ;
  • Page 88 : la vitamine E contre les maladies dégénératives ;
  • Page 98 : intérêt de la supplémentation en zinc pour l’activation des gènes, la transcription de l’ADN et ARN, la stabilité de l’ADN et l’épigénétique ;
  • Page 105 : le lycopène, la lutéine, les polyphénols, la N-acétyl-carnitine, l’acide alpha-lipoïque, la chondroïtine sulfate contre les maladies inflammatoires (dont l’arthrose, le psoriasis et la maladie d’Alzheimer) ;
  • Page 126 : découverte du « village des centenaires » d’Acciaroli, au sud de Naples ;
  • Page 129 : l’alimentation anti-inflammatoire qui permet d’avancer plus loin en âge et avec le sourire ;
  • Page 131 : les « bonnes drogues » à consommer sans modération quand on vieillit, et qui permettent de se passer du sucre, de l’alcool et du tabac ;
  • Page 138 : comment pratiquer la « cohérence cardiaque » et méditer pour mieux gérer son stress et optimiser son sommeil ;
  • Page 147 : comment connaître l’intensité de votre vieillissement moléculaire ;
  • Page 160 : l’intérêt de la chélation pour vous purifier des métaux lourds et polluants qui s’accumulent dans les tissus (surtout les tissus adipeux ou graisseux) avec l’âge ;
  • etc.

Bref, ce guide sera votre compagnon pour retrouver en un clin d’œil toutes les informations les plus importantes pour vivre plus longtemps.

Toutes les études scientifiques importantes sur la longévité sont répertoriées, et vous disposez d’un glossaire vous indiquant la définition de tous les mots techniques et compliqués liés à la médecine anti-âge.

Vous avez à l’intérieur des années d’expériences à mener, une prodigieuse diversité d’approches, de pistes, de produits, substances, nutriments, pour favoriser votre longévité.

Et vous recevez ce guide en cadeau avec votre abonnement au Journal de la Médecine Anti-Âge.

Recevez immédiatement votre premier numéro du Journal de la Médecine Anti-Âge

Afin de ne pas perdre une minute, vous recevez immédiatement aussi votre premier numéro du Journal de la Médecine Anti-Âge.

Vous y trouverez des applications pratiques des dernières découvertes :

  • un dossier médical complet pour agir contre les rides sans chirurgie esthétique : rides du front, pattes d’oie, petites rides verticales au-dessus des lèvres, paupières tombantes, il existe des traitements naturels efficaces. Toutes les informations vous sont indiquées avec le nom des produits, les dosages, les précautions ;
  • découvrez les prouesses de la mésothérapie pour réduire les rides : une séance tous les 9 mois suffit !
  • le massage à l’huile solarisée de lys blanc, qui régénère la peau, contre les peaux flasques ;
  • les exercices de gymnastique faciale : trois gestes quotidiens tout simple qui permettent d’empêcher l’apparition des rides au coin des yeux et de la bouche ;
  • la vitamine révélée par la revue scientifique Nature, en mars 2016, pour rester jeune (page 8) ;
  • comment gagner 7 ans despérance de vie en 25 minutes, grâce à une étude anglaise ;
  • la bactérie anti-âge du Pr Anatoli Brouchkov, présentée à l’Académie russe des sciences ;
  • le nouvel extrait de plante chinoise, qui arrive enfin en Europe début 2017 et qui est efficace en cas de défaillance du système immunitaire, de surmenage, de burn-out, de convalescence après une grippe ou en cas de cancer ;
  • le potage aux haricots noirs et à la carotte qui vous refait le plein dantioxydants ;
  • calmez vos douleurs lombaires en quelques minutes par jour, grâce à un simple exercice de posture et de respiration (page 13) ;
  • arthrose du pouce de la main : la cold cream, les suppléments nutritionnels et l’importance de faire vérifier votre taux d’hormones thyroïdiennes et d’hormones sexuelles ;
  • immortalité : le point sur l’avancée réelle des recherches avec un focus sur la cryogénisation.

Et ce numéro n’a rien d’exceptionnel : il est représentatif de ce que les adhérents reçoivent chaque mois chez eux.

Vous pouvez bien sûr bénéficier personnellement des découvertes, et en faire profiter votre entourage.

Mais vous pouvez aussi participer au mouvement, en signalant aux experts les points précis qui vous paraissent les plus urgents. En fait, ils attendent de la communauté des lecteurs que vous leur adressiez vos remarques, questions, et problèmes particuliers. Lorsque le sujet est susceptible d’intéresser les autres abonnés, ils répondent de façon détaillée à votre question dans le numéro suivant (de façon anonyme bien sûr).

Continuez l’aventure

En lisant Le Journal de la Médecine Anti-Âge, vous découvrirez :

  • comment dormir comme un bébé, malgré les années ;
  • le peuples des Hounzas, dans une haute vallée de l’Himalaya, à la longévité et à la force exceptionnelles ;
  • les 7 signes qui montrent que vous êtes beaucoup trop fatigué(e) et comment y remédier ;
  • des textes qui vous aident à vous réjouir de voir les années passer, l’expérience s’accumuler, la sagesse grandir…
  • comment maintenir votre force musculaire à un âge avancé ;
  • les produits naturels qui mettent de l’huile dans vos articulations ;
  • les nutriments du cerveau, pour gagner des neurones en vieillissant ;
  • comment ramoner vos artères avec cette cure de détox ;
  • purifiez votre foie, éliminez vos toxines avec la sève de bouleau ;
  • les « élixirs de jouvence » à travers les âges, des Grecs aux Arabes, jusqu’à l’eau de jouvence de l’abbé Soury, l’élixir du Suédois et les découvertes scientifiques russes ;
  • soignez vos yeux pour voir sans lunettes : les nutriments, le yoga des yeux, la gymnastique oculaire ;
  • lhormone de la sociabilité et de laffection, qui donne une nouvelle intensité à vos relations intimes ;
  • ainsi que des centaines et des centaines d’autres sujets passionnants qui vous ouvriront les portes de la longévité.

Toutes ces approches sont naturelles. Le but est d’activer l’alimentation, le mode de vie, les nutriments naturels, les avancées scientifiques sans brutaliser le corps.

C’est une approche globale, holistique, qui vous permet de vous sentir mieux dans votre peau, votre tête et votre corps.

Vous pouvez avoir l’impression de revenir des années en arrière, votre entourage peut s’étonner que vous paraissiez moins âgé, mais vous n’aurez pas obtenu cet effet en trichant.

Votre ligne directe avec les meilleurs experts mondiaux

Recevoir Le Journal de la Médecine Anti-Âge, c’est entrer dans un cercle de personnes qui ont accès à des traitements dont la plupart des médecins et étudiants en médecine n’ont pas encore entendu parler. Et ne parlons pas des autres patients, même parmi ceux qui ont l’esprit ouvert et qui se renseignent sur les médecines alternatives.

Vous recevez, chaque mois, des informations qui ne peuvent être trouvées nulle part ailleurs, car ces experts sont à l’avant-garde de la recherche.

Dans chaque numéro, retrouvez également des articles de fond sur :

  • la nutrition et la diététique, accompagnés de recettes commentées par un diététicien ;
  • des activités physiques et des exercices expliqués et illustrés par un professeur de pilates ;
  • la gymnastique cérébrale pour stimuler le cerveau. Mémoire, acuité intellectuelle et cognitive, créativité, logique, sens de l’orientation, toutes vos capacités cérébrales seront musclées.

Ce journal, disponible à la fois au format électronique ET au format papier, est rédigé pour être lu par tous, mais plus encore par ceux qui veulent participer activement à améliorer leur santé avec les moyens les plus avancés.

Le Journal de la Médecine Anti-Âge existe aussi en format papier

La version électronique est l’option la moins chère que nous puissions vous offrir mais, moyennant un supplément, vous pouvez aussi recevoir chaque mois Le Journal de la Médecine Anti-Âge chez vous en format papier, imprimé, par la Poste.

Chaque numéro fait 16 pages. Cela peut donc être long et fatiguant à lire sur écran. L’imprimer peut coûter cher, à la longue, et il n’est pas toujours facile d’archiver des feuilles volantes.

Nous vous envoyons donc, si vous le souhaitez, vos numéros du Journal de la Médecine Anti-Âge en format papier, reliés, bien exécutés. Ce sera pour vous plus agréable à consulter et plus facile à conserver.
Toutefois, l’imprimer, le mettre dans une enveloppe adressée à votre nom, et payer le timbre pour la France nous coûte 1,50 euros par numéro, ce qui nous oblige à vous demander une participation supplémentaire de 15 euros par an (douze numéros). L’abonnement papier coûte donc 29 euros (offre spéciale -50% en format électronique), plus 15 euros, soit en tout 44 euros par an pour la France métropolitaine.

Nous vous proposons aussi de recevoir Le Journal de la Médecine Anti-Âge au format papier en Europe et dans le monde entier. Il faut alors compter un coût supplémentaire d’acheminement selon le pays dans lequel vous vous trouvez.

Votre double garantie « satisfait ou remboursé »

Toutes ces promesses ne sont pas des paroles en l’air.

Lorsque vous aurez reçu votre premier numéro du Journal de la Médecine Anti-Âge, prenez bien le temps de l’examiner et d’appliquer les conseils qui s’y trouvent.

Assurez-vous que vous comprenez tout, que cela marche pour vous.

Si, pour quelque raison que ce soit, vous décidez de ne pas continuer, vous serez remboursé intégralement de votre abonnement.

Vous pourrez néanmoins garder tout ce que vous aurez reçu, que ce soient vos numéros ou votre livre électronique offerts que vous allez recevoir instantanément (par voie électronique).

Je vous rappelle que vous bénéficiez également des garanties spéciales de satisfaction de Santé Nature Innovation :

  • Pendant les trois premiers mois à compter de la date de votre inscription, vous profitez de plein droit du Journal de la Médecine Anti-Âge et vous pourrez vous faire rembourser intégralement sur simple demande. Aucune justification ne vous sera demandée.
  • Par la suite, vous pourrez toujours interrompre à tout moment, sans payer un centime de plus.

Vous bénéficiez donc d’une double sécuritéune transaction hypersécurisée et notre garantie d’annulation et de remboursement sans condition. Autant de garanties sont exceptionnelles.

C’est pourquoi je vous encourage vivement à faire lessai aujourdhui.

Cela pourrait être une décision très importante pour votre vie future.

50% de réduction sur votre abonnement!

Enfin, j’ai une bonne nouvelle, réservée aux fidèles lecteurs de Santé Nature Innovation.

L’abonnement annuel (12 numéros) au Journal de la Médecine Anti-Âge coûte 59 euros en tarif normal.

Mais, afin de permettre au plus grand nombre d’accéder au Journal de la Médecine Anti-Âge, je vous propose pour une durée limitée un tarif « découverte » : vous bénéficiez d’une réduction exceptionnelle de 50 %, valable la première année. Vous ne payez donc que 29 euros pour 12 numéros.

C’est un prix extraordinairement bas pour recevoir les dernières découvertes scientifiques dans le domaine de l’anti-âge commentées et expliquées par les meilleurs spécialistes.

De plus, en vous inscrivant aujourdhui, vous recevez immédiatement dans votre boîte aux lettres électronique, inclus dans votre abonnement :

  • Votre livre électronique de 193 pages, qui vous présente les connaissances scientifiques actuelles les plus poussées sur l’allongement de l’espérance de vie ;
  • Le 1er numéro du Journal de la Médecine Anti-Âge, intitulé « Rajeunir n’est plus de la science-fiction », qui est un trésor pour votre santé.

Ces cadeaux, vous pourrez les garder pour vous, sans aucune contrepartie, si vous deviez décider par la suite d’annuler votre adhésion (rappelez-vous que vous avez la garantie satisfait ou remboursé intégralement).

Cette offre est tellement avantageuse qu’elle est évidemment limitée. Elle expirera le 15 décembre 2016à minuit. Je vous encourage à en profiter tout de suite.

Pour cela, il suffit de suivre le lien ci-dessous. Le formulaire d’inscription se remplit en quelques instants et il est entièrement sécurisé.

Rendez-vous ici pour vous inscrire au Journal de la Médecine Anti-Âge et recevoir immédiatement vos cadeaux

 

Commentaires fermés

SANTE NATURE iNNOVATION – L’AMOUR MEDECIN -

L’amour médecin
SI
Sante Nature Innovation
|
Aujourd’hui, 07:59
WILLIAM ELBEZ (williamelbez@hotmail.fr)

Boîte de réception
La Lettre Santé Nature Innovation par Jean-Marc Dupuis
est un service d’information gratuit sur la santé, la nutrition et le bien-être.
Pour vous inscrire, rendez-vous ici.

Pour ne plus recevoir nos messages, rendez-vous ici.

L’amour médecin

Chers amis,

Souvent je rencontre des personnes accablées de maladies compliquées, insensibles aux médicaments.

Je m’efforce alors de ne pas minimiser leur douleur, et surtout de ne pas « relativiser ».

Rien de plus facile, en effet, que d’évoquer la guerre, la pauvreté dans le monde, les famines, les souffrances des autres : « Tu vois, tu n’es pas si malheureux ! »

Sous une apparence d’évidence, cette réponse est ridicule et même un peu méchante.

En effet, qui sommes-nous pour juger de la souffrance des autres ? Même une personne en bonne santé et qui a, en apparence, « tout pour être heureuse » peut ressentir chaque nuit d’horribles angoisses, être envahie de désespoir le matin au point de ne pas réussir à sortir de son lit, souffrir d’un manque d’amour, de solitude ou, plus profondément encore, d’un abîme dans son âme dont elle ne voit pas le fond. Sans savoir pourquoi, ni les causes profondes de son mal, elle est rongée par la souffrance et c’est une cruauté d’aller lui dire que sa vie n’est pas si dure.

La première chose que j’essaye de faire est vraiment de montrer avec des mots, des gestes, que non seulement je comprends cette douleur, mais que même je la ressens moi aussi, au moins en partie.

Ce sentiment vient naturellement, car c’est ainsi que nous sommes faits. Même devant la souffrance d’inconnus à la télévision, même dans des films où nous savons pourtant que ce ne sont que des acteurs… notre gorge se noue, nos tripes se tordent, nous avons envie de faire quelque chose face à la douleur.

L’amour qui soigne

Et le miracle, c’est que cette envie procure déjà un soulagement à ceux qui souffrent. Un soulagement, et même parfois une joie et un début de guérison. Oui, je n’hésite pas à parler de miracle, car cette chose est incroyable quand on y réfléchit, et pourtant elle nous est tellement familière.

Combien de fois ai-je vu mes enfants se faire mal et réellement souffrir, crier dans un torrent de pleurs ! Leur maman accourt, ou bien c’est moi-même. Nous faisons la grimace, nous poussons des « oh » et des « ah » devant ce genou écorché, l’enfant nous regarde à travers ses larmes, voit que nous souffrons pour lui… Et déjà ses cris se changent en sanglots, ses larmes se tarissent… La douleur n’est plus aussi forte, la convalescence va bientôt commencer.

Il serait bien naïf, ou plutôt pessimiste, d’imaginer que la chose ne vaut pas aussi pour les adultes.

Ce n’est pas pour rien que, dès qu’il nous arrive malheur, nous appelons les personnes que nous aimons. Inconsciemment, nous savons que raconter notre malheur permet de partager notre douleur, au sens propre du mot « partager ». Nous « donnons » un petit peu de douleur à chaque personne autour de nous, si bien que la nôtre s’atténue et devient plus supportable.

Je vous ai parlé récemment du beau livre de Julien Venesson, Vaincre la sclérose en plaques. C’est un exemple magnifique de l’amour médecin. Julien raconte son aventure avec sa compagne Émilie, qui était gravement malade quand il l’a rencontrée. Elle découvre à ses côtés le désir, l’énergie et des approches thérapeutiques nouvelles pour vaincre la sclérose en plaques, réputée incurable. Et le miracle s’accomplit. Au bout de trois ans, tous les symptômes ont disparu, alors que les médecins lui promettaient tous une irrémédiable aggravation.

Grâce aux autres, le soulagement peut aller très loin : les personnes qui ont connu de grandes épreuves et qui ont eu la chance d’avoir pu en faire un livre, un documentaire ou un film à succès, faisant ainsi connaître au monde entier leur souffrance, peuvent déclencher tant de compassion qu’elles-mêmes finissent par se « réjouir », d’une certaine façon, du malheur qui les a affligées mais qui leur a apporté tant de chaleur humaine.

C’est la force incroyable de la compassion.

D’où l’importance cruciale de veiller à exprimer autant que nous le pouvons notre compassion auprès des personnes souffrantes. Nous avons là en nous, souvent sans le savoir, un bien inestimable, un trésor que nous pouvons distribuer à pleines mains, sans que cela nous retire quoi que ce soit, bien au contraire.

Ne pas se laisser impressionner par l’indifférence apparente

Bien sûr, nous sommes aussi capables de faire comme si la souffrance des autres n’existait pas.

Ainsi, par exemple, des infirmiers transportant un grand brûlé peuvent-ils parler tout haut de leurs vacances, du dernier film, et même rire aux éclats.

Même si cela peut paraître choquant, il faut comprendre que cette indifférence apparente n’est possible que parce qu’ils font semblant d’ignorer la personne souffrante. S’ils devaient s’arrêter de parler et regarder « l’homme de douleur » droit dans les yeux, voir ses blessures, lui parler, alors il leur serait impossible de ne pas ressentir dans leur propre chair une partie de ses souffrances.

Les personnes qui travaillent dans les hôpitaux, les centres de soins palliatifs, les pompiers qui gèrent les accidents de la route et les soldats développent tous cette capacité de faire semblant, de « s’abs-traire » (se tirer hors) de la réalité, dans une certaine mesure.

Sans doute est-ce un « mal nécessaire » pour faire leur travail.

Sadiques et psychopathes

On parle beaucoup des « sadiques » qui prétendument tirent plaisir de la douleur des autres.

En réalité, ce « plaisir » n’a rien à voir avec le plaisir vrai que vous éprouvez, par exemple, blotti(e) dans les bras d’un être aimé devant un beau soleil couchant.

Le plaisir du sadique est un plaisir paradoxal, issu de la douleur qu’il inflige aux autres.

Reste enfin le cas à part des « psychopathes », qui font les serial killers. Ce sont des cas très particuliers de malades mentaux, bien identifiés par les psychiatres, à qui il manque une fonction cérébrale naturelle, exactement de la même façon qu’il peut manquer à quelqu’un la vision, la parole ou la mémoire.

Cette fonction qui leur manque est justement celle de la compassion, c’est-à-dire, étymologiquement, la capacité de souffrir avec les autres. Le psychopathe est capable, comme on le voit dans certains films horribles, de se faire un bon repas et de s’amuser franchement alors qu’il a juste à côté de lui une victime torturée. Mais ce n’est pas normal. C’est parce qu’il est malade.

Il faut se rassurer : le fait qu’existent des psychopathes ne prouve rien quant à ce que sont les autres êtres. La psychopathie est une anomalie mentale. Elle ne touche que moins de 1 % des personnes.

Conserver notre humanité

La vie moderne nous pose de terribles défis. Au volant de notre voiture, dans les transports en commun, la foule des grandes villes, nous croisons chaque jour des masses de personnes que nous ne reverrons jamais.

Il est normal et inévitable, dans ces conditions, de se « blinder », en restant dans le monde intérieur de ses pensées, sans s’intéresser à chaque personne qu’on croise.

Mais l’indifférence peut devenir effrayante.

Vous avez peut-être vu cette vidéo d’un garçon sur le quai du métro à Londres, tandis qu’un landau vient de tomber du quai juste à côté de lui. Les écouteurs enfoncés dans les oreilles, il laisse la maman se jeter sur la voie et essayer d’en retirer le landau. Il ne lui tend même pas la main pour l’aider alors qu’une rame de métro arrive [1] !

Un lecteur me racontait récemment :

« J’allais prendre le métro à Paris avec une amie et nous avions en face de nous sur le quai opposé une personne apparemment allant vraiment mal, qui était prête à se jeter sur les rails. Personne ne réagissait. Mon amie est allée très vite faire arrêter le passage du métro, en face… Comment est-il possible d’être indifférent à ce point pour laisser un homme se tuer sans “prendre le risque” de réagir [2] ? »

Nous avons ce trésor de la compassion dans notre cœur. Mais nous sommes aussi capables d’enfouir ce trésor, tel un pirate sur une île déserte, au point qu’il n’apparaisse plus du tout à la surface de nos vies !

Faisons tout ce que nous pouvons pour ne pas « pirater » notre compassion, et la laisser agir au moins avec les personnes que nous connaissons, que nous avons connues et que nous pourrions connaître.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

P.-S. : Puisque nous parlons de poussettes et de miracles, je vous invite à voir cette stupéfiante vidéo sur Youtube, d’une poussette qui tombe sur la voie. Le train passe et l’enfant… est sain et sauf : cliquez icipour visionner cette vidéo.


La fin des antibiotiques ?

Des décennies de prescription abusive d’antibiotiques nous mènent droit à une véritable catastrophe sanitaire : des superbactéries, résistantes aux antibiotiques, ont fait leur apparition. Elles sont devenues la bête noire du corps médical.

Devons-nous pour autant céder à la peur ? Non. Alors que les laboratoires pharmaceutiques sont dépassés par la situation, la phytothérapie et de l’aromathérapie apportent des solutions puissantes et naturelles.

Découvrez lesquelles dans cette vidéo gratuite.

>> Cliquez ici maintenant <<


Les Français accros aux statines

Huit millions de Français prennent aujourd’hui des médicaments contre le cholestérol.

Il est pourtant démontré que ces médicaments ne diminuent pas le risque de décès par accident cardiaque.

Au contraire, les statines sont accusées de :

  • Augmenter le risque d’hémorragie cérébrale ;
  • Augmenter le risque de cancers ;
  • Augmenter le risque de déclin cognitif lié à l’âge, notamment la maladie d’Alzheimer ;
  • Augmenter le risque de diabète ;
  • Augmenter le risque de devenir aveugle ;
  • Augmenter le risque de troubles de la sexualité dans les deux sexes, et notamment plus d’impuissance chez les hommes ;
  • Augmenter le risque de problèmes rénaux ;
  • Augmenter les risques de problèmes musculaires, tendineux et ligamentaires ;
  • Augmenter le risque de pathologies articulaires inflammatoires ;

Et pourtant, il existe des méthodes naturelles et efficaces pour diminuer réellement le risque d’infarctus et d’AVC.

Pour les connaître, cliquez ici.


Si vous n’êtes pas encore abonné à La Lettre Santé Nature Innovation et que vous souhaitez vous aussi la recevoir gratuitement, inscrivez-vous ici.

******************************

Pour être sûr de bien recevoir La Lettre Santé Nature Innovation sans qu’elle se perde dans votre boîte de messagerie électronique, visitez la page suivante.

******************************

Si vous souhaitez commenter cet article, je vous invite à le faire ici.

******************************

Si vous pensez que ce message pourrait intéresser un ami ou un proche, n’hésitez pas à le lui transférer par email (utilisez la fonction « transférer ce message » dans votre boîte de messagerie électronique). Pour partager cet article, vous pouvez utiliser l’un des réseaux sociaux suivants :

Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Pinterest Partagez sur Google + Partagez sur LinkedIn

******************************

Sources :

[1] Terrifying moment a toddler in a pushchair is sucked on to a live Tube track as a train heads into the station – and is rescued by its mother with just seconds to spare

[2] L’amour médecin

******************************

Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre Santé Nature Innovation est un service d’information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Pour toute question, rendez-vous ici.

Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal – France

******************************

Vous recevez ce message à l’adresse williamelbez@hotmail.fr car vous avez souscrit à La Lettre Santé Nature Innovation. Si vous ne souhaitez plus recevoir cette lettre d’information gratuite sur la santé naturelle, rendez-vous sur notre page de désinscription.

 

Commentaires fermés

WP Login