Archive for mars, 2013

UNE IDEE A VOUS FAIRE – TOUTE LA PRESSE SANTE !!!

Accueil > Presse Magazine > Magazine Santé – Presse Santé

Magazine Santé – Presse Santé

Follow guide_presse on Twitter

Vous trouverez ci dessous les principaux titres de Presse Magazine consacrés à la Santé et au Bien Etre. Cousins germains de la Presse Magazine Féminine, ces titres se veulent avant tout « pratiques » et abordent les mêmes thématiques à savoir : Beauté/Bien-Etre, Psycho, Sexualité, Enfant, Maison et Santé.

——————————-
Implant dentaire, couronne ou bridge, lequel choisir ? Trouvez toutes
les réponses à vos questions avec le Guide de l’implant dentaire.
——————————-

Magazine Top Santé
Notre sélection
ALTERNATIVE SANTE http://www.alternative-sante.fr
BELLE SANTE http://www.belle-sante.com
BONHEUR(S) http://www.bonheursmagazine.com
CERVEAU & PSYCHO http://www.cerveauetpsycho.fr
DOCTISSIMO http://www.doctissimo.fr
L’ESSENTIEL DU BIEN ÊTRE http://www.editions-montefiori.fr
FRUITS ET LEGUMES http://www.reussirfl.com/fl-mag
MEILLEUR SANTE http://www.meilleuresante.com
NEUF MOIS http://www.neufmois.fr
OXYGENE http://www.oxygenesante.fr
PAUSE SANTE http://www.pausesante.fr
PLANTES ET SANTE http://www.plantes-et-sante.fr
PLEINE VIE http://www.pleinevie.fr
PSYCHOLOGIE http://www.psychologies.com
PSYCHO & SEXO http://www.psycho-sexo.com
QUELLE SANTE http://www.quelle-sante.com
SANTE BIO http://www.santebiomagazine.fr
SANTE MAGAZINE http://www.santemagazine.fr
SANTE SPORT MAG http://www.santesportmag.com
SANTE ZEN http://www.editions-montefiori.fr
SPORT ET VIE http://www.sport-et-vie.com
TOP SANTE http://www.topsante.fr
VIVRE http://www.magazinevivre.com
VOTRE SANTE http://www.votresante.org
> Voir aussi Presse Professionnelle Santé
> Voir aussi Magazine Bien Etre
Nous suivre :
Newsletters Mensuelle
Flux RSS
Suivez nous sur Twitter
Notre Boutique

Nos autres sites :
Presse Marocaine
Journal Algérien
Adaptateur CPL

Les pages Magazines les + consultées :
1- Magazines féminins
2- Magazines de charme
3- Magazines voyages
4- Magazines actualités
5- Magazines maison décoration
6- Magazine Hommes
7- Magazine Horoscope Voyance
8- Magazine Arts et Design
9- Magazine Culture et Tendance
10- Magazine Musique
European Press :
French Newspaper

A propos :
Mentions Légales
Contact
Plan

© Guide Presse 2012

Commentaires fermés

HISTOIRE D’ANTIDEPRESSEURS

Histoires d’antidépresseurs

Cher lecteur,

Avant toute chose, une mise en garde : cesser brutalement un traitement antidépresseur peut souvent être plus dangereux que de le poursuivre. Il est important de ne diminuer le traitement que très progressivement, et sous la surveillance d’un médecin qualifié. Cesser ce type de traitements peut causer des problèmes plus graves encore que le symptôme qui avait causé la prise du traitement.

Le but de cet article n’est donc surtout pas de vous inciter à arrêter votre traitement de votre propre chef, si vous êtes actuellement sous antidépresseur.

Mais voici les faits.

Un nombre impressionnant de tueries ont eu lieu ces dernières années dans des établissements scolaires.

Une page Wikipedia (en langue anglaise) en recense soixante-quatre depuis la fin du 19e siècle et le développement des écoles à grande échelle.

Parmi eux 50 se sont produits entre 1989 et aujourd’hui, soit 78 % des cas, avec une accélération depuis les années 2000.

En fait, tous sauf trois ont été commis depuis 1964.

Parmi les 3 massacres scolaires commis avant 1964, un a été commis en Allemagne en 1913 par un homme de 27 ans, et un aux Etats-Unis en 1927 par un homme de 55 ans, diagnostiqué fou.

Le troisième cas avant 1964, et le seul impliquant des mineurs, a eu lieu à Vilnius (actuelle Lituanie) en 1925 où deux lycéens militant communistes ont attaqué le jury d’un examen, tuant un professeur et plusieurs élèves, pour des raisons probablement politiques.

Voici où je veux en venir : lorsque vous apprenez à la télévision qu’un nouveau massacre a eu lieu dans une école, n’écoutez plus les commentateurs qui expliquent que « ce type de violence a toujours existé », ou qui laissent entendre que ce sont les moyens de communication modernes qui font qu’on parle de ce type de cas, que l’on n’était tout simplement pas au courant avant, mais qu’ils se produisaient quand même.

C’est faux, archi-faux. La vérité, c’est que c’est une totale nouveauté que des enfants se mettent ainsi à perpétrer des crimes de masse.

Le cas du serial-killer de 14 ans assoiffé de sang, assassinant un à un des petits camarades selon une mise en scène macabre, et dans l’espoir de paraître à la télé comme le plus épouvantable meurtrier de l’histoire de l’humanité, est une nouveauté extrêmement inquiétante, qui peut être datée historiquement, à partir des années 60.

Les armes sont-elles seules responsables ?

A chaque fois, la réaction des médias est la même : il faut interdire les armes à feu !

Il est vrai que, si les armes à feu n’existaient pas, il serait difficile à quelqu’un de tuer autant de monde à la fois.

Toutefois, cela fait des siècles que les Américains sont en majorité équipés d’armes à feu. En France aussi, d’ailleurs, tous les paysans ou presque avaient traditionnellement une carabine suspendue au-dessus de leur cheminée. Quand l’essentiel de la France était rurale, cela représentait des millions d’armes à feu en circulation dans le pays, aisément accessibles aux écoliers.

Et pourtant, à l’époque de Jules Ferry, on ne répertorie aucun cas d’élève fou ayant sorti de son cartable une carabine bourrée de chevrotine et ayant commis un carnage sur son professeur, ses camarades, etc.

Au 19e siècle, on recense des affrontements entre lycéens, dont plusieurs célèbres révoltes organisées par les élèves de Louis-Le-Grand, qui nécessitèrent l’intervention de la police. Mais il s’agissait de violences dans le but de protester contre une situation ou un enseignement considérés collectivement comme insupportable, à tort ou à raison.< br>
On a connu, bien sûr, des règlements de compte. Mais il s’agissait alors d’assassinat visant une personne en particulier, pour une raison précise (ce qui ne veut pas dire qu’elle était bonne…). Et encore cela n’était-il pas courant du tout.

En France, le premier rapport sur la violence des jeunes à l’école, confidentiel, est rédigé par l’inspecteur général Georges Tallon en 1979.

Comment expliquer les crimes de masse ?

Les assassinats de masses commis par des jeunes, voire des enfants, contre des innocents, sont apparus en même temps que des bouleversements majeurs du mode de vie, comme l’éclatement des familles, la télévision à haute dose dès la petite enfance, la violence au cinéma et dans les jeux vidéos, la pornographie « hard » accessible aux enfants, les drogues, le déracinement géographique des populations, le phénomène des bandes et le succès de la « culture gothique » et des musiques sataniques dans nos sociétés, mais également avec la hausse des toxines, métaux lourds, malbouffe et autres facteurs environnementaux (environnement urbain dégradé, bruit, stress, traumatismes), qui ont favorisé l’apparition des maladies mentales telles que schizophrénie et dépressions, favorisant le passage à l’acte…

Qui peut dire avec certitude, parmi toutes ces causes, celle qui a joué le rôle principal ?

C’est une question qui ne sera pas résolue avant longtemps. Tout au plus peut-on dire que l’explication est sans doute multifactorielle.

La piste des antidépresseurs

Néanmoins, de nombreux psychiatres, dont l’américain Peter Breggin, mettent aujourd’hui en cause les antidépresseurs « inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine » (ISRS, type Prozac) comme potentiellement responsables de plusieurs tueries récentes. Les effets secondaires de ces antidépresseurs incluent en effet une hausse de l’agressivité, une baisse des remords et une altération de la personnalité susceptible d’avoir pu jouer un rôle, d’autant que de nombreux serial-killers et autres auteurs de meurtres particulièrement barbares et « inexplicables » prenaient ces médicaments.

De plus, la brutale hausse des cas de violence extrême chez les jeunes fut concomitante avec l’apparition des antidépresseurs ISRS, en 1987, et leur prise de plus en plus massive par les jeunes.

Plusieurs experts ont alors cherché à recenser les cas où ces serial-killers prenaient ces médicaments ISRS qu’ils soupçonnent d’avoir un effet « désinhibant », c’est-à-dire supprimant les barrières psychologiques naturelles qui empêchent de commettre de telles cruautés.

Un site Internet a été créé, « Histoires d’ISRS » (SSRI Stories) (1) où sont répertoriés tous les crimes barbares récents qui ont fait l’objet d’une couverture médiatique où le criminel était officiellement sous ISRS, ainsi que des témoignages individuels. La liste est, en effet, édifiante, et comporte notamment :

- la tuerie de Columbine, aux Etats-Unis : le 20 avril 1999, deux lycéens de 17 et 18 ans tuent 12 camarades et un professeur avant de se suicider chacun d’une balle dans la tête. Il se trouve que l’un des deux meurtriers, Eric Harris, était suivi par un psychiatre qui lui avait prescrit du Zoloft, un antidépresseur de la classe des inhibiteurs sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS). Eric s’étant plaint d’effets secondaires, son médecin lui avait donné un nouvel antidépresseur, du Luvox, peu de temps avant le crime. Le dossier médical du second, Dylan Klebold, n’a pas encore été rendu public.

- Jeff Weise, 16 ans, qui prenait 60 mg de Prozac par jour (trois fois la dose de départ moyenne pour les adultes) lorsqu’il tua son grand-père, l’amie de celui-ci et de nombreux camarades de son école de Red Lake, dans le Minnesota. Puis il se tira une balle dans la tête. 10 morts, 12 blessés.

- Cory Baadsgaard, 16 ans, au lycée de Wahluke dans l’état de Washington était sous Paxil (qui lui donnait des hallucinations) lorsqu’il prit un revolver et prit 23 élèves de sa classe en otages. Il n’a aucun souvenir de l’événement.

- Eric Harris, 17 ans, était sous Zoloft puis Luvox ; Dylan Klebold, 18 ans, dossier médical scellé. École de Columbine à Littleton, Colorado. 13 morts, 23 blessés.

- Chris Fetters, 13 ans, Prozac : 1 mort

- Christopher Pittman, 12 ans, Zoloft : 2 morts

- Mathew Miller, 13 ans, Zoloft : suicide

- Jarred Viktor, 15 ans, Paxil : a poignardé 61 fois sa grand-mère

- Kip Kinkel, 15 ans, Prozac et Ritaline : 4 morts : ses parents, puis 2 élèves + 22 blessés

- Luke Woodham, 16 ans, Prozac : 3 morts : sa mère et 2 élèves + 6 blessés

- Un jeune garçon anonyme (moins de 12 ans) sous Zoloft : suicide

- Pocatello, Idaho : s’est retranché en salle de classe avec une arme pendant des heures.

- Michael Carneal, 14 ans, Ritaline, au lycée de West Paducah, Kentucky : 3 morts, 5 blessés

- Un jeune homme sous Ritaline à Huntsville, Alabama : a massacré ses parents et deux autres proches à la hache

- Andrew Golden, 11 ans, Ritaline, et Mitchell Johnson, 14 ans, Ritaline. Au collège : 5 morts, 10 blessés

- TJ Solomon, 15 ans, Ritaline au Lycée de Conyers, Géorgie : 6 blessés

- Rod Mathews, 14 ans, Ritaline : 1 autre élève battu à mort

- James Wilson, 19 ans, plusieurs médicaments, à l’École primaire de Breenwood, Caroline du Sud : 2 morts, 9 blessés

- Mitchell Johnson, 13 ans, antipsychotiques à Jonesboro, Arkansas : 5 morts, nombreux blessés

- Elizabeth Bush, 13 ans, Paxil : Tirs au collège en Pennsylvania

- Jason Hoffman, Effexor et Celexa. Tirs à l’école à El Cajon, Californie

- Chris Shanahan, 15 ans, Paxil à Rigby, Idaho : 1 mort

- Jeff Franklin, Prozac et Ritaline à Huntsville, Alabama : tue ses parents avec des outils, puis blesse ses frère et sœur

- Neal Furrow, Prozac et autres médicaments prescrits par décision judiciaire. Tirs à l’école juive de Los Angeles

- Kevin Rider, 14 ans, Prozac. Suicide présumé, puis suspecté d’avoir été abattu par un autre élève de 14 ans sous Zoloft et d’autres antidépresseurs

- Alex Kim, 13 ans, Lexapro. Suicide

- Diane Routhier, Welbutrin. Suicide

- Billy Willkomm, Prozac. Suicide

- Kara Jaye Anne Fuller-Otter, 12 ans, Paxil
Suicide après le refus de son médecin de stopper son traitement

- Gareth Christian, 18 ans, Paxil
Vancouver : suicide

- Julie Woodward, 17 ans, Zoloft
Suicide

- Matthew Miller, 13 ans, Zoloft
Suicide

- Kurt Danysh, 18 ans, Prozac
1 mort

- Woody ***, 37 ans, Zoloft
Suicide

- Garçon de 10 ans anonyme, Prozac
A abattu son père

- Hammad Memon, 15 ans, Zoloft
A abattu un autre élève

- Matti Saari, 22 ans, antidépresseur et benzodiazépine
10 morts et un blessé à son université

- Steven Kazmierczak, 27 ans, Prozac, Xanax et Ambien
Northern Illinois University : 5 morts, 21 blessés

- Pekka-Eric Auvinen, 18 ans, antidépresseurs
Jokela High School, Finlande : 8 morts, 12 blessés

- Asa Coon, 14 ans, Trazodone
Cleveland : 1 mort

- Jon Romano, 16 ans, antidépresseurs
New York high school : tir sur un enseignant

- Seung-Hui Cho, antidépresseurs. Virginia Tech : 23 morts, 19 blessés

- Robert Hawkins, 19 ans, Valium et autres antidépresseurs. Centre commercial à Omaha : 8 morts, 5 blessés

Bien entendu, cette liste « ne prouve rien ». Beaucoup de psychiatres expliqueront que, si ces personnes ont commis de tels actes, c’est précisément parce qu’elles avaient un problème psychique à la base que leurs médicaments cherchaient à traiter (sans y parvenir, manifestement). Et que si ces personnes n’avaient pas été sous antidépresseur, elles auraient sans doute fait encore pire.

Mais le fait est que, avant les antidépresseurs, il n’était pas si courant que de jeunes enfants assassinent leurs grands-parents à la hache ou massacrent leurs petits camarades d’école à l’arme à feu. Or, encore une fois, les armes à feu (et les enfants), existent depuis bien avant les années 70 et la mise massive sous antidépresseurs des jeunes.

Les autorités américaines s’alarment

Le 22 mars 2004, l’autorité de santé américaine (FDA) a publié à nouveau une mise en garde au sujet des effets secondaires de ces médicaments, citant « anxiété, agitation, attaques de panique, insomnie, irritabilité, hostilité, impulsivité, akathisie (agitation sévère), hypomanie, et manie chez l’adulte et les enfants traités aux antidépresseurs pour des troubles dépressifs majeurs. (2)

Le 14 septembre 2004, la FDA a fait imposer une mise en garde sur les antidépresseurs et le risque de suicide chez les moins de 18 ans. Cette mise en garde a été étendue aux personnes de moins de 25 ans le 13 décembre 2006.

La revue scientifique « Journal of American Physicians and Surgeons », Volume 14, Number 1, du printemps 2009, a publié un article du Dr Joel M. Kauffman, Ph.D., intitulé « Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine : plus de risques que d’avantages ? ». Concernant les affaires citées ci-dessus, le Dr. Kaufmann explique :  « Dans la mesure où aucune étude clinique impliquant des homicides multiples ne pourra jamais être menée, aucune preuve supplémentaire ne risque d’être trouvée. ».

Et en effet, la réalité est que ce ne sont pas les médecins ou les chercheurs en médecine qui sont susceptibles de découvrir un lien entre les antidépresseurs et les crimes de masse, mais les journalistes d’investigation et les avocats cherchant à obtenir justice pour leurs clients, qui se lancent dans des recherches pour réunir de telles preuves.

N’attendez pas que la nouvelle soit publiée dans le « Quotidien du médecin »

Histoires d’antidépresseurs

Cher lecteur,

Avant toute chose, une mise en garde : cesser brutalement un traitement antidépresseur peut souvent être plus dangereux que de le poursuivre. Il est important de ne diminuer le traitement que très progressivement, et sous la surveillance d’un médecin qualifié. Cesser ce type de traitements peut causer des problèmes plus graves encore que le symptôme qui avait causé la prise du traitement.

Le but de cet article n’est donc surtout pas de vous inciter à arrêter votre traitement de votre propre chef, si vous êtes actuellement sous antidépresseur.

Mais voici les faits.

Un nombre impressionnant de tueries ont eu lieu ces dernières années dans des établissements scolaires.

Une page Wikipedia (en langue anglaise) en recense soixante-quatre depuis la fin du 19e siècle et le développement des écoles à grande échelle.

Parmi eux 50 se sont produits entre 1989 et aujourd’hui, soit 78 % des cas, avec une accélération depuis les années 2000.

En fait, tous sauf trois ont été commis depuis 1964.

Parmi les 3 massacres scolaires commis avant 1964, un a été commis en Allemagne en 1913 par un homme de 27 ans, et un aux Etats-Unis en 1927 par un homme de 55 ans, diagnostiqué fou.

Le troisième cas avant 1964, et le seul impliquant des mineurs, a eu lieu à Vilnius (actuelle Lituanie) en 1925 où deux lycéens militant communistes ont attaqué le jury d’un examen, tuant un professeur et plusieurs élèves, pour des raisons probablement politiques.

Voici où je veux en venir : lorsque vous apprenez à la télévision qu’un nouveau massacre a eu lieu dans une école, n’écoutez plus les commentateurs qui expliquent que « ce type de violence a toujours existé », ou qui laissent entendre que ce sont les moyens de communication modernes qui font qu’on parle de ce type de cas, que l’on n’était tout simplement pas au courant avant, mais qu’ils se produisaient quand même.

C’est faux, archi-faux. La vérité, c’est que c’est une totale nouveauté que des enfants se mettent ainsi à perpétrer des crimes de masse.

Le cas du serial-killer de 14 ans assoiffé de sang, assassinant un à un des petits camarades selon une mise en scène macabre, et dans l’espoir de paraître à la télé comme le plus épouvantable meurtrier de l’histoire de l’humanité, est une nouveauté extrêmement inquiétante, qui peut être datée historiquement, à partir des années 60.

Les armes sont-elles seules responsables ?

A chaque fois, la réaction des médias est la même : il faut interdire les armes à feu !

Il est vrai que, si les armes à feu n’existaient pas, il serait difficile à quelqu’un de tuer autant de monde à la fois.

Toutefois, cela fait des siècles que les Américains sont en majorité équipés d’armes à feu. En France aussi, d’ailleurs, tous les paysans ou presque avaient traditionnellement une carabine suspendue au-dessus de leur cheminée. Quand l’essentiel de la France était rurale, cela représentait des millions d’armes à feu en circulation dans le pays, aisément accessibles aux écoliers.

Et pourtant, à l’époque de Jules Ferry, on ne répertorie aucun cas d’élève fou ayant sorti de son cartable une carabine bourrée de chevrotine et ayant commis un carnage sur son professeur, ses camarades, etc.

Au 19e siècle, on recense des affrontements entre lycéens, dont plusieurs célèbres révoltes organisées par les élèves de Louis-Le-Grand, qui nécessitèrent l’intervention de la police. Mais il s’agissait de violences dans le but de protester contre une situation ou un enseignement considérés collectivement comme insupportable, à tort ou à raison.< br>
On a connu, bien sûr, des règlements de compte. Mais il s’agissait alors d’assassinat visant une personne en particulier, pour une raison précise (ce qui ne veut pas dire qu’elle était bonne…). Et encore cela n’était-il pas courant du tout.

En France, le premier rapport sur la violence des jeunes à l’école, confidentiel, est rédigé par l’inspecteur général Georges Tallon en 1979.

Comment expliquer les crimes de masse ?

Les assassinats de masses commis par des jeunes, voire des enfants, contre des innocents, sont apparus en même temps que des bouleversements majeurs du mode de vie, comme l’éclatement des familles, la télévision à haute dose dès la petite enfance, la violence au cinéma et dans les jeux vidéos, la pornographie « hard » accessible aux enfants, les drogues, le déracinement géographique des populations, le phénomène des bandes et le succès de la « culture gothique » et des musiques sataniques dans nos sociétés, mais également avec la hausse des toxines, métaux lourds, malbouffe et autres facteurs environnementaux (environnement urbain dégradé, bruit, stress, traumatismes), qui ont favorisé l’apparition des maladies mentales telles que schizophrénie et dépressions, favorisant le passage à l’acte…

Qui peut dire avec certitude, parmi toutes ces causes, celle qui a joué le rôle principal ?

C’est une question qui ne sera pas résolue avant longtemps. Tout au plus peut-on dire que l’explication est sans doute multifactorielle.

La piste des antidépresseurs

Néanmoins, de nombreux psychiatres, dont l’américain Peter Breggin, mettent aujourd’hui en cause les antidépresseurs « inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine » (ISRS, type Prozac) comme potentiellement responsables de plusieurs tueries récentes. Les effets secondaires de ces antidépresseurs incluent en effet une hausse de l’agressivité, une baisse des remords et une altération de la personnalité susceptible d’avoir pu jouer un rôle, d’autant que de nombreux serial-killers et autres auteurs de meurtres particulièrement barbares et « inexplicables » prenaient ces médicaments.

De plus, la brutale hausse des cas de violence extrême chez les jeunes fut concomitante avec l’apparition des antidépresseurs ISRS, en 1987, et leur prise de plus en plus massive par les jeunes.

Plusieurs experts ont alors cherché à recenser les cas où ces serial-killers prenaient ces médicaments ISRS qu’ils soupçonnent d’avoir un effet « désinhibant », c’est-à-dire supprimant les barrières psychologiques naturelles qui empêchent de commettre de telles cruautés.

Un site Internet a été créé, « Histoires d’ISRS » (SSRI Stories) (1) où sont répertoriés tous les crimes barbares récents qui ont fait l’objet d’une couverture médiatique où le criminel était officiellement sous ISRS, ainsi que des témoignages individuels. La liste est, en effet, édifiante, et comporte notamment :

- la tuerie de Columbine, aux Etats-Unis : le 20 avril 1999, deux lycéens de 17 et 18 ans tuent 12 camarades et un professeur avant de se suicider chacun d’une balle dans la tête. Il se trouve que l’un des deux meurtriers, Eric Harris, était suivi par un psychiatre qui lui avait prescrit du Zoloft, un antidépresseur de la classe des inhibiteurs sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS). Eric s’étant plaint d’effets secondaires, son médecin lui avait donné un nouvel antidépresseur, du Luvox, peu de temps avant le crime. Le dossier médical du second, Dylan Klebold, n’a pas encore été rendu public.

- Jeff Weise, 16 ans, qui prenait 60 mg de Prozac par jour (trois fois la dose de départ moyenne pour les adultes) lorsqu’il tua son grand-père, l’amie de celui-ci et de nombreux camarades de son école de Red Lake, dans le Minnesota. Puis il se tira une balle dans la tête. 10 morts, 12 blessés.

- Cory Baadsgaard, 16 ans, au lycée de Wahluke dans l’état de Washington était sous Paxil (qui lui donnait des hallucinations) lorsqu’il prit un revolver et prit 23 élèves de sa classe en otages. Il n’a aucun souvenir de l’événement.

- Eric Harris, 17 ans, était sous Zoloft puis Luvox ; Dylan Klebold, 18 ans, dossier médical scellé. École de Columbine à Littleton, Colorado. 13 morts, 23 blessés.

- Chris Fetters, 13 ans, Prozac : 1 mort

- Christopher Pittman, 12 ans, Zoloft : 2 morts

- Mathew Miller, 13 ans, Zoloft : suicide

- Jarred Viktor, 15 ans, Paxil : a poignardé 61 fois sa grand-mère

- Kip Kinkel, 15 ans, Prozac et Ritaline : 4 morts : ses parents, puis 2 élèves + 22 blessés

- Luke Woodham, 16 ans, Prozac : 3 morts : sa mère et 2 élèves + 6 blessés

- Un jeune garçon anonyme (moins de 12 ans) sous Zoloft : suicide

- Pocatello, Idaho : s’est retranché en salle de classe avec une arme pendant des heures.

- Michael Carneal, 14 ans, Ritaline, au lycée de West Paducah, Kentucky : 3 morts, 5 blessés

- Un jeune homme sous Ritaline à Huntsville, Alabama : a massacré ses parents et deux autres proches à la hache

- Andrew Golden, 11 ans, Ritaline, et Mitchell Johnson, 14 ans, Ritaline. Au collège : 5 morts, 10 blessés

- TJ Solomon, 15 ans, Ritaline au Lycée de Conyers, Géorgie : 6 blessés

- Rod Mathews, 14 ans, Ritaline : 1 autre élève battu à mort

- James Wilson, 19 ans, plusieurs médicaments, à l’École primaire de Breenwood, Caroline du Sud : 2 morts, 9 blessés

- Mitchell Johnson, 13 ans, antipsychotiques à Jonesboro, Arkansas : 5 morts, nombreux blessés

- Elizabeth Bush, 13 ans, Paxil : Tirs au collège en Pennsylvania

- Jason Hoffman, Effexor et Celexa. Tirs à l’école à El Cajon, Californie

- Chris Shanahan, 15 ans, Paxil à Rigby, Idaho : 1 mort

- Jeff Franklin, Prozac et Ritaline à Huntsville, Alabama : tue ses parents avec des outils, puis blesse ses frère et sœur

- Neal Furrow, Prozac et autres médicaments prescrits par décision judiciaire. Tirs à l’école juive de Los Angeles

- Kevin Rider, 14 ans, Prozac. Suicide présumé, puis suspecté d’avoir été abattu par un autre élève de 14 ans sous Zoloft et d’autres antidépresseurs

- Alex Kim, 13 ans, Lexapro. Suicide

- Diane Routhier, Welbutrin. Suicide

- Billy Willkomm, Prozac. Suicide

- Kara Jaye Anne Fuller-Otter, 12 ans, Paxil
Suicide après le refus de son médecin de stopper son traitement

- Gareth Christian, 18 ans, Paxil
Vancouver : suicide

- Julie Woodward, 17 ans, Zoloft
Suicide

- Matthew Miller, 13 ans, Zoloft
Suicide

- Kurt Danysh, 18 ans, Prozac
1 mort

- Woody ***, 37 ans, Zoloft
Suicide

- Garçon de 10 ans anonyme, Prozac
A abattu son père

- Hammad Memon, 15 ans, Zoloft
A abattu un autre élève

- Matti Saari, 22 ans, antidépresseur et benzodiazépine
10 morts et un blessé à son université

- Steven Kazmierczak, 27 ans, Prozac, Xanax et Ambien
Northern Illinois University : 5 morts, 21 blessés

- Pekka-Eric Auvinen, 18 ans, antidépresseurs
Jokela High School, Finlande : 8 morts, 12 blessés

- Asa Coon, 14 ans, Trazodone
Cleveland : 1 mort

- Jon Romano, 16 ans, antidépresseurs
New York high school : tir sur un enseignant

- Seung-Hui Cho, antidépresseurs. Virginia Tech : 23 morts, 19 blessés

- Robert Hawkins, 19 ans, Valium et autres antidépresseurs. Centre commercial à Omaha : 8 morts, 5 blessés

Bien entendu, cette liste « ne prouve rien ». Beaucoup de psychiatres expliqueront que, si ces personnes ont commis de tels actes, c’est précisément parce qu’elles avaient un problème psychique à la base que leurs médicaments cherchaient à traiter (sans y parvenir, manifestement). Et que si ces personnes n’avaient pas été sous antidépresseur, elles auraient sans doute fait encore pire.

Mais le fait est que, avant les antidépresseurs, il n’était pas si courant que de jeunes enfants assassinent leurs grands-parents à la hache ou massacrent leurs petits camarades d’école à l’arme à feu. Or, encore une fois, les armes à feu (et les enfants), existent depuis bien avant les années 70 et la mise massive sous antidépresseurs des jeunes.

Les autorités américaines s’alarment

Le 22 mars 2004, l’autorité de santé américaine (FDA) a publié à nouveau une mise en garde au sujet des effets secondaires de ces médicaments, citant « anxiété, agitation, attaques de panique, insomnie, irritabilité, hostilité, impulsivité, akathisie (agitation sévère), hypomanie, et manie chez l’adulte et les enfants traités aux antidépresseurs pour des troubles dépressifs majeurs. (2)

Le 14 septembre 2004, la FDA a fait imposer une mise en garde sur les antidépresseurs et le risque de suicide chez les moins de 18 ans. Cette mise en garde a été étendue aux personnes de moins de 25 ans le 13 décembre 2006.

La revue scientifique « Journal of American Physicians and Surgeons », Volume 14, Number 1, du printemps 2009, a publié un article du Dr Joel M. Kauffman, Ph.D., intitulé « Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine : plus de risques que d’avantages ? ». Concernant les affaires citées ci-dessus, le Dr. Kaufmann explique :  « Dans la mesure où aucune étude clinique impliquant des homicides multiples ne pourra jamais être menée, aucune preuve supplémentaire ne risque d’être trouvée. ».

Et en effet, la réalité est que ce ne sont pas les médecins ou les chercheurs en médecine qui sont susceptibles de découvrir un lien entre les antidépresseurs et les crimes de masse, mais les journalistes d’investigation et les avocats cherchant à obtenir justice pour leurs clients, qui se lancent dans des recherches pour réunir de telles preuves.

N’attendez pas que la nouvelle soit publiée dans le « Quotidien du médecin »

Pour débusquer la relation de cause à conséquence, il faut en effet éplucher la presse, locale, nationale, et internationale, à la recherche de faits probants, sachant que la plupart des cas de violence ne sont pas rapportés dans les journaux, et que le fait que l’agresseur soit ou non sous anti-dépresseur au moment des faits n’est que rarement porté à la connaissance du public, ou même des journalistes eux-mêmes, pour cause de « secret médical ».

Nous pourrons donc attendre longtemps encore, avant que la nouvelle d’un lien entre antidépresseurs et actes d’ultraviolence soit établie et publiée dans Le Quotidien du Médecin (la revue qui informe les praticiens au coin de la rue des nouveautés de la médecine officielle).

Il n’empêche que ces faits doivent inciter à la plus grande prudence concernant cette classe de médicaments que sont les ISRS, toute médication devant être prise extrêmement au sérieux par les patients, et plus encore par les parents du patient lorsqu’il s’agit d’un mineur.

Bien à vous,

Jean-Marc Dupuis

Pour débusquer la relation de cause à conséquence, il faut en effet éplucher la presse, locale, nationale, et internationale, à la recherche de faits probants, sachant que la plupart des cas de violence ne sont pas rapportés dans les journaux, et que le fait que l’agresseur soit ou non sous anti-dépresseur au moment des faits n’est que rarement porté à la connaissance du public, ou même des journalistes eux-mêmes, pour cause de « secret médical ».

Nous pourrons donc attendre longtemps encore, avant que la nouvelle d’un lien entre antidépresseurs et actes d’ultraviolence soit établie et publiée dans Le Quotidien du Médecin (la revue qui informe les praticiens au coin de la rue des nouveautés de la médecine officielle).

Il n’empêche que ces faits doivent inciter à la plus grande prudence concernant cette classe de médicaments que sont les ISRS, toute médication devant être prise extrêmement au sérieux par les patients, et plus encore par les parents du patient lorsqu’il s’agit d’un mineur.

Bien à vous,

Jean-Marc Dupuis

Commentaires fermés

L’INFORMATIQUE ET LES JEUX AVEC NOTRE TEMPS ! POUR LES ZENIORS !

Personnaliser le fond d’écran de son ordinateur

Par Nicolas Six le 20 avril 2012
Personnaliser le fond d&#039;écran de son ordinateur
Envie de personnaliser le fond d’écran de votre bureau? Rien de plus simple, commencez par trouver l’image qui vous convient et installez-la…
Ouvrez www.google.fr/images. Recherchez, par exemple, « Chat Santorin ». À gauche de l’écran, juste en dessous de « Toutes les tailles », cliquez sur « Grandes », puis sur une photo, puis sur « Image taille réelle ». Cliquez sur le bouton droit, choisissez « Enregistrer l’image sous ». Enregistrez-la sur le bureau de l’ordinateur.

Fermez le navigateur. L’image est stockée sur le bureau. Cliquez dessus avec le bouton droit, puis sur « Définir en tant que papier peint ».

0.0/3 Note (0 votes)

Commentaires (1)

  • François Dagobert

    15 juillet 2012 à 12:27 | #
    Windows 7 permet également de choisir en fond d’écran un diaporama (quelques photos sélectionnées dans un répertoire… ou TOUTES les photos de ce répertoire !). En lui demandant de les changer chaque heure, vous matérialisez ainsi le passage du temps, sans ralentir vraiment votre machine :-)

    Dommage que le système ne permette pas – pour le moment – d’afficher chaque photo à l’heure où elle a été prise (qui se trouve dans les informations de la photo), ce qui serait grandiose !

Poster un commentaire

Connectez-vous afin de laisser un commentaire.
à lire aussi

Personnaliser le fond d’écran de son ordinateur

Par Nicolas Six le 20 avril 2012
Personnaliser le fond d&#039;écran de son ordinateur
Envie de personnaliser le fond d’écran de votre bureau? Rien de plus simple, commencez par trouver l’image qui vous convient et installez-la…
Ouvrez www.google.fr/images. Recherchez, par exemple, « Chat Santorin ». À gauche de l’écran, juste en dessous de « Toutes les tailles », cliquez sur « Grandes », puis sur une photo, puis sur « Image taille réelle ». Cliquez sur le bouton droit, choisissez « Enregistrer l’image sous ». Enregistrez-la sur le bureau de l’ordinateur.

Fermez le navigateur. L’image est stockée sur le bureau. Cliquez dessus avec le bouton droit, puis sur « Définir en tant que papier peint ».

0.0/3 Note (0 votes)

Commentaires (1)

  • François Dagobert

    15 juillet 2012 à 12:27 | #
    Windows 7 permet également de choisir en fond d’écran un diaporama (quelques photos sélectionnées dans un répertoire… ou TOUTES les photos de ce répertoire !). En lui demandant de les changer chaque heure, vous matérialisez ainsi le passage du temps, sans ralentir vraiment votre machine :-)

    Dommage que le système ne permette pas – pour le moment – d’afficher chaque photo à l’heure où elle a été prise (qui se trouve dans les informations de la photo), ce qui serait grandiose !

Poster un commentaire

Connectez-vous afin de laisser un commentaire.
Forum Entraide Informatique
Inscription Newsletters
Jeux, retraite, santé, internet, loisirs… toute l’actualité de notretemps.com.
Sondage
Les blagues du 1er avril, c’est:

Voir les autres sondages

Publicités
Boite à outils
La Boutique
boutique
Le Guide « L’ordinateur et vous »

9,95 €
Commander

Emploi seniors et retraités

Créez votre blog

Forum Entraide Informatique
Inscription Newsletters
Jeux, retraite, santé, internet, loisirs… toute l’actualité de notretemps.com.
Sondage
Les blagues du 1er avril, c’est:

Voir les autres sondages

Publicités
Boite à outils
La Boutique
boutique
Le Guide « L’ordinateur et vous »

9,95 €
Commander

Emploi seniors et retraités

Créez votre blog

Commentaires fermés

SE SOIGNER AVEC NOTRE TEMPS !!!

Se soigner par les plantes

Nous vous proposons un certain nombre de plantes choisis pour leurs valeurs nutritives intéressantes, ayant des vertus et des actions spécifiques sur certaines problématiques, dans le but de vous aider à devenir un consommateur averti et en mesure de préserver ou d’améliorer son bien-être. (Source : Alpen Editions) Et aussi : se soigner par les oligo-éléments

Acérola, la vitamine C naturelle

Acérola, la vitamine C naturelle
Extrêmement riche en vitamines et oligo-éléments, l’acérola saura se rendre indispensable pour prévenir les infections hivernales. Ses composants stimulent les défenses immunitaires. De quoi parer également aux périodes de fatigue passagère.

La vitamine C naturelle

Alfalfa, la minéralisation essentielle

Alfalfa, la minéralisation essentielle
Voici une plante qui intéressera de nombreuses femmes. L’alfalfa permet de lutter contre la fatigue, mais aussi contre les troubles de la ménopause et l’ostéoporose. Idéale également, mesdames, pour remédier aux ongles fragiles et cheveux cassants.

La minéralisation essentielle

Ananas, l’anti-cellulite

Ananas, l&#039;anti-cellulite
Se débarrasser de la cellulite, des amas de graisse localisés et des oedèmes ? C’est possible grâce à l’action de l’ananas, qui agit directement sur les graisses.

L’anti-cellulite

Angélique, le confort intestinal

Angélique, le confort intestinal
Vos intestins lui diront merci. Favorisant la digestion, l’angélique évitera de multiples tracas : aérophagie, colites, ballonnements, douleurs et spasmes…

Le confort intestinal

Argile Verte, la protection gastrique

Argile Verte, la protection gastrique
Vos troubles digestifs vont enfin pouvoir être soulagés. L’argile verte possède des propriétés à la fois détoxifiante, absorbante, cicatrisante et reminéralisante. De quoi lutter contre les ballonnements, les maux et brûlures d’estomac, les diarhées, les infections intestinales ou les reflux gastro-oesophagien.

La protection gastrique

Page 1 sur 25

à lire aussi

Voir tous les articles Santé

Se soigner par les plantes

Nous vous proposons un certain nombre de plantes choisis pour leurs valeurs nutritives intéressantes, ayant des vertus et des actions spécifiques sur certaines problématiques, dans le but de vous aider à devenir un consommateur averti et en mesure de préserver ou d’améliorer son bien-être. (Source : Alpen Editions) Et aussi : se soigner par les oligo-éléments

Acérola, la vitamine C naturelle

Acérola, la vitamine C naturelle
Extrêmement riche en vitamines et oligo-éléments, l’acérola saura se rendre indispensable pour prévenir les infections hivernales. Ses composants stimulent les défenses immunitaires. De quoi parer également aux périodes de fatigue passagère.

La vitamine C naturelle

Alfalfa, la minéralisation essentielle

Alfalfa, la minéralisation essentielle
Voici une plante qui intéressera de nombreuses femmes. L’alfalfa permet de lutter contre la fatigue, mais aussi contre les troubles de la ménopause et l’ostéoporose. Idéale également, mesdames, pour remédier aux ongles fragiles et cheveux cassants.

La minéralisation essentielle

Ananas, l’anti-cellulite

Ananas, l&#039;anti-cellulite
Se débarrasser de la cellulite, des amas de graisse localisés et des oedèmes ? C’est possible grâce à l’action de l’ananas, qui agit directement sur les graisses.

L’anti-cellulite

Angélique, le confort intestinal

Angélique, le confort intestinal
Vos intestins lui diront merci. Favorisant la digestion, l’angélique évitera de multiples tracas : aérophagie, colites, ballonnements, douleurs et spasmes…

Le confort intestinal

Argile Verte, la protection gastrique

Argile Verte, la protection gastrique
Vos troubles digestifs vont enfin pouvoir être soulagés. L’argile verte possède des propriétés à la fois détoxifiante, absorbante, cicatrisante et reminéralisante. De quoi lutter contre les ballonnements, les maux et brûlures d’estomac, les diarhées, les infections intestinales ou les reflux gastro-oesophagien.

La protection gastrique

Page 1 sur 25

à lire aussi

Voir tous les articles Santé

Se soigner par les plantes

Nous vous proposons un certain nombre de plantes choisis pour leurs valeurs nutritives intéressantes, ayant des vertus et des actions spécifiques sur certaines problématiques, dans le but de vous aider à devenir un consommateur averti et en mesure de préserver ou d’améliorer son bien-être. (Source : Alpen Editions) Et aussi : se soigner par les oligo-éléments

Acérola, la vitamine C naturelle

Acérola, la vitamine C naturelle
Extrêmement riche en vitamines et oligo-éléments, l’acérola saura se rendre indispensable pour prévenir les infections hivernales. Ses composants stimulent les défenses immunitaires. De quoi parer également aux périodes de fatigue passagère.

La vitamine C naturelle

Alfalfa, la minéralisation essentielle

Alfalfa, la minéralisation essentielle
Voici une plante qui intéressera de nombreuses femmes. L’alfalfa permet de lutter contre la fatigue, mais aussi contre les troubles de la ménopause et l’ostéoporose. Idéale également, mesdames, pour remédier aux ongles fragiles et cheveux cassants.

La minéralisation essentielle

Ananas, l’anti-cellulite

Ananas, l&#039;anti-cellulite
Se débarrasser de la cellulite, des amas de graisse localisés et des oedèmes ? C’est possible grâce à l’action de l’ananas, qui agit directement sur les graisses.

L’anti-cellulite

Angélique, le confort intestinal

Angélique, le confort intestinal
Vos intestins lui diront merci. Favorisant la digestion, l’angélique évitera de multiples tracas : aérophagie, colites, ballonnements, douleurs et spasmes…

Le confort intestinal

Argile Verte, la protection gastrique

Argile Verte, la protection gastrique
Vos troubles digestifs vont enfin pouvoir être soulagés. L’argile verte possède des propriétés à la fois détoxifiante, absorbante, cicatrisante et reminéralisante. De quoi lutter contre les ballonnements, les maux et brûlures d’estomac, les diarhées, les infections intestinales ou les reflux gastro-oesophagien.

La protection gastrique

Page 1 sur 25

Commentaires fermés

UN PEU D’INFORMARTIQUE AVEC NOTRE TEMPS

Qu’est-ce qu’un flashcode?

Par Nicolas Gavet le 13 février 2013

• Comment flasher un code?

Une fois téléchargée, lancez l’application. Placez l’appareil photo de votre téléphone mobile à une distance comprise entre 5 et 15cm du code à photographier ou « flasher ».

Dès que le code est reconnu, vous accédez directement à du contenu: vidéo, musique, article ou site Internet.

Par exemple, dans le numéro 519 de Notre Temps, si vous flashez le code situé en bas à droite de la page 65, vous accédez au site Internet de l’annonceur publicitaire, en l’occurrence, la Chaine Thermale du Soleil.

Page 2 sur 3

3.0/3 Note (5 votes)

Commentaires (6)

  • jbel

    10 mars 2013 à 10:23 | #
    Encore des dépenses en vue, et si on n’a pas l’appareil adecquat peut t’on tout de même lire sur la borne; Avez vous pensé aux personnes âgées qu’on oblige à posséder ces engins avec quoi va-t-on payer? Le progrès est en train de nous détruire, on ne pourra plus penser par nous même!!!!
  • alain morato

    25 février 2013 à 17:33 | #
    Création d’un flahcode : gratuit, vous pouvez en fabriquer un pour avoir un lien direct. Intéressant pour les artisans qui ont un site sur internet ou votre blog
  • membre_1931645725

    20 février 2013 à 10:12 | #
    Le cerveau humain aurait-il perdu quelques-unes de ses capacités pour que l’on ait recours à tous ces gadgets onéreux (en période de récession)?
  • kahin07

    20 février 2013 à 09:00 | #
    L’aliénation mentale aura-t’elle des limites avec ces gadgets encombrants et inutiles ?
  • mimi130246

    19 février 2013 à 14:28 | #
    Quel est le coût d’un flashcode en définitif ?
  • membre_294123192

    18 février 2013 à 17:38 | #
    Encore et toujours plus de publicité sur tous les supports possibles ! À quand un branchement direct sur notre cerveau ?

Poster un commentaire

Connectez-vous afin de laisser un commentaire.
Forum Entraide Informatique
Inscription Newsletters
Jeux, retraite, santé, internet, loisirs… toute l’actualité de notretemps.com.
Sondage
Les blagues du 1er avril, c’est:

Voir les autres sondages

Publicités
Boite à outils
La Boutique
boutique
Le Guide « L’ordinateur et vous »

9,95 €
Commander

Emploi seniors et retraités
Rencontreavec Parship
Cours anglaisavec Gymglish

Qu’est-ce qu’un flashcode?

Par Nicolas Gavet le 13 février 2013

• Comment flasher un code?

Une fois téléchargée, lancez l’application. Placez l’appareil photo de votre téléphone mobile à une distance comprise entre 5 et 15cm du code à photographier ou « flasher ».

Dès que le code est reconnu, vous accédez directement à du contenu: vidéo, musique, article ou site Internet.

Par exemple, dans le numéro 519 de Notre Temps, si vous flashez le code situé en bas à droite de la page 65, vous accédez au site Internet de l’annonceur publicitaire, en l’occurrence, la Chaine Thermale du Soleil.

Page 2 sur 3

3.0/3 Note (5 votes)

Commentaires (6)

  • jbel

    10 mars 2013 à 10:23 | #
    Encore des dépenses en vue, et si on n’a pas l’appareil adecquat peut t’on tout de même lire sur la borne; Avez vous pensé aux personnes âgées qu’on oblige à posséder ces engins avec quoi va-t-on payer? Le progrès est en train de nous détruire, on ne pourra plus penser par nous même!!!!
  • alain morato

    25 février 2013 à 17:33 | #
    Création d’un flahcode : gratuit, vous pouvez en fabriquer un pour avoir un lien direct. Intéressant pour les artisans qui ont un site sur internet ou votre blog
  • membre_1931645725

    20 février 2013 à 10:12 | #
    Le cerveau humain aurait-il perdu quelques-unes de ses capacités pour que l’on ait recours à tous ces gadgets onéreux (en période de récession)?
  • kahin07

    20 février 2013 à 09:00 | #
    L’aliénation mentale aura-t’elle des limites avec ces gadgets encombrants et inutiles ?
  • mimi130246

    19 février 2013 à 14:28 | #
    Quel est le coût d’un flashcode en définitif ?
  • membre_294123192

    18 février 2013 à 17:38 | #
    Encore et toujours plus de publicité sur tous les supports possibles ! À quand un branchement direct sur notre cerveau ?

Poster un commentaire

Connectez-vous afin de laisser un commentaire.
Forum Entraide Informatique
Inscription Newsletters
Jeux, retraite, santé, internet, loisirs… toute l’actualité de notretemps.com.
Sondage
Les blagues du 1er avril, c’est:

Voir les autres sondages

Publicités
Boite à outils
La Boutique
boutique
Le Guide « L’ordinateur et vous »

9,95 €
Commander

Emploi seniors et retraités
Rencontreavec Parship
Cours anglaisavec Gymglish
Commentaires fermés

LA NEWSLETTER DE NOTRE TEMPS

Pour continuer à recevoir nos lettres d’information et qu’elles ne soient pas considérées comme du SPAM, veuillez ajouter à votre carnet d’adresses l’email suivant : base@actualites.notretemps.com.
bandeau editoriale
Chocolat: profitez pleinement des douceurs de Pâques
Chocolat : profitez pleinement des douceurs de P&acirc;ques Vous allez très certainement offrir ou recevoir des chocolats pour Pâques. Comment les choisir et les conserver? Avec quelle boisson les savourer? Nos conseils pour une bonne dégustation.
Régalez-vous!
separateur
Partagez vos photos sur le web
Partager ses photos sur internet grâce au logiciel gratuit Picasa 3 est d’une grande simplicité. Pour vous aider, suivez notre pas à pas.
Profitez de vos photos numériques
Partagez vos photos sur le web
separateur
separateur
Les régimes anti-cholestérol
Les r&eacute;gimes anti-cholest&eacute;rol Pour diminuer son taux de cholestérol Ldl (et prévenir l’athérosclérose), il faut modifier son hygiène de vie. Les mesures varient selon que le patient présente un excès de poids ou non.
Les mesures diététiques conseillées
separateur
bandeau
Repas de Pâques, vous êtes plutôt:
Agneau et haricots. Desserts, oeufs, poules et cloches au chocolat. C’est selon l’humeur!
Répondez à notre sondage
separateur
Fritures de Pâques en chocolat
Une recette simple pour réaliser des fritures colorées et traditionnelles pour les fêtes de Pâques (ou pour le 1er avril!).
Les conseils du chef en vidéo
Friture de P&acirc;ques en chocolat
separateur
Hu&icirc;tres chaudes en coquille, sabayon au pineau des Charentes Huîtres chaudes en coquille, sabayon au pineau des Charentes
La recette d’un chef cuisinier de La Rochelle
separateur
bandeau
Relations familiales: où en êtes-vous?
Enfants, petits-enfants, ex-conjoint(e)… Quelles relations entretenez-vous avec les membres de votre famille?
Rejoignez la discussion
separateur
Envoyez une e-card de Pâques
Pour Pâques, envoyez une e-card à vos proches.
Notre sélection de cartes virtuelles
separateur
bandeau
Pour ou contre les « zâgés »?
Comment nommer les plus de 60 ans? Senior, aîné, sexa… Aucun mot ne semble vraiment juste! La ministre déléguée Michèle Delaunay tente d’imposer un nouveau terme.
Un jour, un mot, le blog de Florence Monteil
separateur
Le sablier de Jean-Marc Roberts
Il y a peu, affaibli par la maladie, il confiait: « Mes livres semblent tellement léger que je finirai par m’envoler avec eux. »
Le temps de lire, le blog de Jean-Michel Ulmann
separateur
separateur
lireaussi
puce Insuffisance rénale: êtes-vous un sujet à risques?fleche
puce Personnaliser le fond d’écran de son ordinateurfleche
puce Assurance de protection juridique: les modalités fleche
puce Un magnolia chez vous: nos conseilsfleche
puce Téléassistance: rester chez soi en toute sécurité fleche
separateur
Pour continuer à recevoir nos lettres d’information et qu’elles ne soient pas considérées comme du SPAM, veuillez ajouter à votre carnet d’adresses l’email suivant : base@actualites.notretemps.com.
bandeau editoriale
Chocolat: profitez pleinement des douceurs de Pâques
Chocolat : profitez pleinement des douceurs de P&acirc;ques Vous allez très certainement offrir ou recevoir des chocolats pour Pâques. Comment les choisir et les conserver? Avec quelle boisson les savourer? Nos conseils pour une bonne dégustation.
Régalez-vous!
separateur
Partagez vos photos sur le web
Partager ses photos sur internet grâce au logiciel gratuit Picasa 3 est d’une grande simplicité. Pour vous aider, suivez notre pas à pas.
Profitez de vos photos numériques
Partagez vos photos sur le web
separateur
separateur
Les régimes anti-cholestérol
Les r&eacute;gimes anti-cholest&eacute;rol Pour diminuer son taux de cholestérol Ldl (et prévenir l’athérosclérose), il faut modifier son hygiène de vie. Les mesures varient selon que le patient présente un excès de poids ou non.
Les mesures diététiques conseillées
separateur
bandeau
Repas de Pâques, vous êtes plutôt:
Agneau et haricots. Desserts, oeufs, poules et cloches au chocolat. C’est selon l’humeur!
Répondez à notre sondage
separateur
Fritures de Pâques en chocolat
Une recette simple pour réaliser des fritures colorées et traditionnelles pour les fêtes de Pâques (ou pour le 1er avril!).
Les conseils du chef en vidéo
Friture de P&acirc;ques en chocolat
separateur
Hu&icirc;tres chaudes en coquille, sabayon au pineau des Charentes Huîtres chaudes en coquille, sabayon au pineau des Charentes
La recette d’un chef cuisinier de La Rochelle
separateur
bandeau
Relations familiales: où en êtes-vous?
Enfants, petits-enfants, ex-conjoint(e)… Quelles relations entretenez-vous avec les membres de votre famille?
Rejoignez la discussion
separateur
Envoyez une e-card de Pâques
Pour Pâques, envoyez une e-card à vos proches.
Notre sélection de cartes virtuelles
separateur
bandeau
Pour ou contre les « zâgés »?
Comment nommer les plus de 60 ans? Senior, aîné, sexa… Aucun mot ne semble vraiment juste! La ministre déléguée Michèle Delaunay tente d’imposer un nouveau terme.
Un jour, un mot, le blog de Florence Monteil
separateur
Le sablier de Jean-Marc Roberts
Il y a peu, affaibli par la maladie, il confiait: « Mes livres semblent tellement léger que je finirai par m’envoler avec eux. »
Le temps de lire, le blog de Jean-Michel Ulmann
separateur
separateur
lireaussi
puce Insuffisance rénale: êtes-vous un sujet à risques?fleche
puce Personnaliser le fond d’écran de son ordinateurfleche
puce Assurance de protection juridique: les modalités fleche
puce Un magnolia chez vous: nos conseilsfleche
puce Téléassistance: rester chez soi en toute sécurité fleche
separateur
Commentaires fermés

SANTE REGIME DU DOCTEUR CHETRIT

Créé 27-03-2013 21:51 | Mis à jour 28-03-2013 09:34
Regime

Si le régime conduit à modifier plus de 20 % des habitudes alimentaires, les chances de succès diminuent. Photo : Marja Aryo/SIPA

La bonne recette pour maigrir

SANTE – Le docteur Benchetrit est médecin, directeur de la Clinique du poids à Paris et fondateur de la méthode de régime en ligne Le DietMed. Dans son dernier livre intitulé « Je maigris autrement », il explique comment perdre du poids tout en restant proche de ses habitudes alimentaires.

« Fini la dictature des régimes ! » telle est la conclusion du nouveau livre de David Benchetrit, directeur de la Clinique du poids à Paris et fondateur de la méthode de régime en ligne Le DietMed. Dans Je maigris autrement, le médecin-chercheur explique comment maigrir en toute santé et de manière équilibrée. Metro s’est procuré son livre et vous en livre les clés en exclusivité.

L’empreinte nutritionnelle
« Manger est un acte pluriquotidien, différent pour chaque individu », estime David Benchetrit. De la même manière qu’une empreinte digitale, nous possédons ainsi une empreinte nutritionnelle unique qui définit notre rapport à l’alimentation. Pour une perte de poids stable, il est donc nécessaire d’identifier cette empreinte pour y adapter un plan alimentaire adéquat. C’est d’ailleurs quand on change nos habitudes au-delà de 20 % que les chances de succès s’amenuisent.

Déculpabiliser
Un petit écart dans nos bonnes résolutions et c’est la fin du monde. Or, « la première clé du succès c’est de se faire plaisir : lorsqu’il y a écart c’est bien souvent le début d’une perte de contrôle et d’une vengeance sur toutes les restrictions précédemment infligées. » Si certains aliments vous tiennent à cœur, ne vous les interdisez pas. A condition d’en remplacer d’autres par des équivalents moins caloriques : une viande grasse en sauce par une viande grasse grillée, par exemple.

A bas les régimes !
Diète protéinée, régime dissocié, chrononutrition… Chaque année, des régimes miraculeux font leur apparition, avec toujours un code alimentaire à respecter. Or qui dit régime dit souvent effet yoyo. Pourquoi ? Parce qu’ils sont à l’opposé des habitudes alimentaires des Français, rendant l’alimentation monotone et contraignante, et habituant l’organisme à recevoir peu de calories. « Il ne faut pas se dire qu’il faut perdre 4 kilos en une semaine. Le meilleur réflexe est d’identifier ses erreurs et de les corriger dans le cadre de son alimentation quotidienne », conseille à Metro David Benchetrit.

Se méfier des idées reçues
Si la malbouffe, la sédentarité et les petits excès sont reconnus pour être à l’origine du surpoids, d’autres idées reçues ne présentent aucune légitimité. Ainsi, les biscuits diététiques ne sont pas moins caloriques que les autres ; un poisson gras l’est autant qu’une viande grasse et les féculents ne sont pas forcément à bannir. « Le pain et les féculents ne sont pas à l’origine du surpoids, en revanche tout ce que l’on peut mettre dessus [beurre, pâte à tartiner], oui. Ce sont des aliments riches en glucose, importants pour le tonus et peu caloriques comparés aux graisses. »

Le rôle du cerveau est essentiel
Lorsque l’on entre dans un processus d’amaigrissement, deux zones du cerveau s’opposent : « Celle liée aux émotions, qui prend la décision, et l’autre qui la contre au nom de l’instinct de survie », explique David Benchetrit. Dans Je maigris autrement, sa méthode intitulée Le DietMed, consiste à manger de manière à tromper la vigilance de cette seconde zone. Pour cela, un questionnaire alimentaire permet d’analyser les apports caloriques de départ afin de prescrire la réduction la plus faible possible pour passer au travers des systèmes d’alerte du cerveau.

Alexandra Bresson
Metrofrance.com

Commentaires fermés

AU FIL DE L’INFO AVEC DOCTISSIMO

Doctissimo PLAY Doctissimo PLAY
Suivez-nous
Facebook Google+ Twitter
Doctissimo
Doctissimo
Doctissimo
Doctissimo
Muscler ses jambes
Doctissimo
Muscler ses jambes Muscler ses jambes
Doctissimo
Muscler ses jambes en 15 minutes à la maison, c’est l’objectif de cette séance Fitness !
Doctissimo
Doctissimo
Comment pratiquer une sodomie ?
Video
Parlons peu, parlons sexe
Video
Comment pratiquer une sodomie ? Comment pratiquer une sodomie ?
Doctissimo
La recette du Tiramisu
Video
100% Recettes
Video
La recette du Tiramisu La recette du Tiramisu
Doctissimo
Apprenez à vous détendre
Video
Zen Attitude
Video
Apprenez à vous détendre Apprenez à vous détendre
Doctissimo
Doctissimo
Doctissimo
Ma grossesse semaine par semaine
Doctissimo
Les troubles du sommeil
Doctissimo
Les troubles du sommeil Les troubles du sommeil
Doctissimo
Doctissimo
Ça vous change la vie !
Doctissimo
Comment faire une micro-sieste ?
Doctissimo
Comment faire une micro-sieste ? Comment faire une micro-sieste ?
Doctissimo
Doctissimo
Test forme
Doctissimo
Le Crossfit
Doctissimo
Le Crossfit Le Crossfit
Doctissimo
Doctissimo
Doctissimo
Grandir
Doctissimo
Comment réagir ?
Doctissimo
Comment réagir ? Comment réagir ?
Doctissimo
Doctissimo
100% Recettes
Doctissimo
Découvrez la recette !
Doctissimo
Découvrez la recette ! Découvrez la recette !
Doctissimo
Doctissimo
Zen Attitude
Doctissimo
Atteindre la perfection
Doctissimo
Atteindre la perfection Atteindre la perfection
Doctissimo PLAY Doctissimo PLAY
Suivez-nous
Facebook Google+ Twitter
Doctissimo
Doctissimo
Doctissimo
Doctissimo
Muscler ses jambes
Doctissimo
Muscler ses jambes Muscler ses jambes
Doctissimo
Muscler ses jambes en 15 minutes à la maison, c’est l’objectif de cette séance Fitness !
Doctissimo
Doctissimo
Comment pratiquer une sodomie ?
Video
Parlons peu, parlons sexe
Video
Comment pratiquer une sodomie ? Comment pratiquer une sodomie ?
Doctissimo
La recette du Tiramisu
Video
100% Recettes
Video
La recette du Tiramisu La recette du Tiramisu
Doctissimo
Apprenez à vous détendre
Video
Zen Attitude
Video
Apprenez à vous détendre Apprenez à vous détendre
Doctissimo
Doctissimo
Doctissimo
Ma grossesse semaine par semaine
Doctissimo
Les troubles du sommeil
Doctissimo
Les troubles du sommeil Les troubles du sommeil
Doctissimo
Doctissimo
Ça vous change la vie !
Doctissimo
Comment faire une micro-sieste ?
Doctissimo
Comment faire une micro-sieste ? Comment faire une micro-sieste ?
Doctissimo
Doctissimo
Test forme
Doctissimo
Le Crossfit
Doctissimo
Le Crossfit Le Crossfit
Doctissimo
Doctissimo
Doctissimo
Grandir
Doctissimo
Comment réagir ?
Doctissimo
Comment réagir ? Comment réagir ?
Doctissimo
Doctissimo
100% Recettes
Doctissimo
Découvrez la recette !
Doctissimo
Découvrez la recette ! Découvrez la recette !
Doctissimo
Doctissimo
Zen Attitude
Doctissimo
Atteindre la perfection
Doctissimo
Atteindre la perfection Atteindre la perfection
Doctissimo PLAY Doctissimo PLAY
Suivez-nous
Facebook Google+ Twitter
Doctissimo
Doctissimo
Doctissimo
Doctissimo
Muscler ses jambes
Doctissimo
Muscler ses jambes Muscler ses jambes
Doctissimo
Muscler ses jambes en 15 minutes à la maison, c’est l’objectif de cette séance Fitness !
Doctissimo
Doctissimo
Comment pratiquer une sodomie ?
Video
Parlons peu, parlons sexe
Video
Comment pratiquer une sodomie ? Comment pratiquer une sodomie ?
Doctissimo
La recette du Tiramisu
Video
100% Recettes
Video
La recette du Tiramisu La recette du Tiramisu
Doctissimo
Apprenez à vous détendre
Video
Zen Attitude
Video
Apprenez à vous détendre Apprenez à vous détendre
Doctissimo
Doctissimo
Doctissimo
Ma grossesse semaine par semaine
Doctissimo
Les troubles du sommeil
Doctissimo
Les troubles du sommeil Les troubles du sommeil
Doctissimo
Doctissimo
Ça vous change la vie !
Doctissimo
Comment faire une micro-sieste ?
Doctissimo
Comment faire une micro-sieste ? Comment faire une micro-sieste ?
Doctissimo
Doctissimo
Test forme
Doctissimo
Le Crossfit
Doctissimo
Le Crossfit Le Crossfit
Doctissimo
Doctissimo
Doctissimo
Grandir
Doctissimo
Comment réagir ?
Doctissimo
Comment réagir ? Comment réagir ?
Doctissimo
Doctissimo
100% Recettes
Doctissimo
Découvrez la recette !
Doctissimo
Découvrez la recette ! Découvrez la recette !
Doctissimo
Doctissimo
Zen Attitude
Doctissimo
Atteindre la perfection
Doctissimo
Atteindre la perfection Atteindre la perfection
Commentaires fermés

DES PIRATES DANS VOTRE CERVEAU !

Des pirates dans votre cerveau

Je suis sûr que ça vous est arrivé. Vous êtes en réunion. L’atmosphère est électrique. Vous devez défendre votre projet et vous sentez que vous perdez du terrain. Vous parlez plus fort. Vous coupez la parole d’un collègue avec un rictus de plus en plus crispé. Il monte d’un ton à son tour et vous faites un geste en sa direction, prenant tout le monde à témoin que c’est vous qui avez raison.

A ce moment-là, ce n’est plus vraiment vous qui parlez. Votre corps et votre bouche ont pris leur indépendance. Vous êtes littéralement « en dehors » de vous-même. En termes de neurochimie (la chimie du cerveau), vous êtes victime d’un détournement. Votre cerveau est au main de pirates de l’air !

Dans les situations de stress important, de peur et de défi, une hormone, qui est aussi un neurotransmetteur (qui active la communication entre les neurones et les cellules nerveuses) inonde le cerveau : c’est le cortisol. Les fonctions de notre cerveau liées à la raison, à la réflexion, à la prudence, à la compassion, au long terme, sont provisoirement bloquées. Et l’amygdale, notre cerveau instinctif, prend le contrôle. Le corps produit des substances chimiques pour se protéger de la honte et la perte de crédibilité et, en conséquent, devient incapable de réguler ses émotions ou de gérer la différence entre ses attentes et la réalité. Pris de panique, il n’a que quatre actions réflexes parmi lesquelles choisir : le combat (continuer la dispute), la fuite (s’en remettre à la décision du groupe), le silence (abandonner la partie et se taire), ou l’apaisement (se réconcilier avec l’adversaire en se soumettant entièrement à lui).

Chacune de ces options est mauvaise car elle exclut que les informations et les opinions de chacun soient partagées et prises en compte de façon honnête et utile à tous. Mais, ayant travaillé depuis 18 ans dans des entreprises de toutes tailles, je peux vous dire que le réflexe du combat est, de loin, le plus nuisible à votre carrière et à vos relations avec vos collègues. C’est aussi, malheureusement, le plus répandu.

Cela est dû un autre phénomène neurochimique : lorsque vous discutez et « gagnez », votre cerveau est envahi d’adrénaline et de dopamine, des hormones qui vous donnent une sensation de bien-être, de force, et même de domination. Vous vous sentez invincible. C’est cette sensation que chacun de nous cherche à se provoquer, une nouvelle fois. Lorsque se présente une nouvelle occasion de discuter (en vieux français, « disputer » était synonyme de discuter), nous cherchons à nouveau à combattre. Nous devenons « accrocs » au fait d’avoir raison.

Un très grand nombre d’hommes politiques et de dirigeants d’institutions souffrent de cette addiction. Ils deviennent extrêmement forts à ce jeu de défendre leur point de vue et de triompher de leurs adversaires en manipulant les arguments. Chaque fois, ils ressentent d’intenses bouffées de plaisir mais ne mesurent pas l’impact de leur comportement sur les personnes qui les entourent. En fait, ils finissent par se nuire à eux-mêmes en écrasant leurs collaborateurs, qu’ils poussent à choisir eux aussi entre ces réactions de combat, fuite, silence ou apaisement qui, ainsi que je l’ai expliqué plus haut, diminuent les effets bénéfiques de la collaboration.

Heureusement, il existe une autre hormone qui nous procure le même plaisir que l’adrénaline : l’ocytocine. Sa production est déclenchée par la proximité avec d’autres êtres humains, et nous fait éprouver le bonheur d’être ensemble. Elle active les zones de décision dans notre cerveau rationnel, ou cortex préfrontal, augmentant encore notre capacité à faire confiance et à nous ouvrir aux opinions des autres. Votre but, dans vos fonctions de leader (dans votre famille, vos activités, votre métier…), est des stimuler votre production d’ocytocine, et celle des personnes qui vous entourent, tout en évitant les pics de cortisol et d’adrénaline.

Voici quelques exercices à faire au travail pour vous libérer (et libérer les autres) de l’« addiction » à vouloir toujours avoir raison :

  • Enoncez les règles en début de réunion : au moment de commencer une réunion qui risque d’être tendue, commencez par édicter clairement des règles de communication entre les participants. Demandez à chacun de suggérer des moyens de rendre les échanges productifs et respectueux, et écrivez ces règles sur un tableau pour que tout le monde les voie. Par exemple, vous pouvez prévoir des séquences plus longues pour permettre à chacun d’exprimer ses idées et être écouté sans être jugé ni interrompu. Prenez soin de prévenir les participants de la possibilité qu’une dispute commence, et donnez la procédure à mettre en route pour la stopper avant que les choses ne s’enveniment. A la fin de la réunion, revenez sur les moments de la réunion qui ont été « chauds ». Le fait d’en parler ouvertement permettra de réconcilier (au moins partiellement) les personnes qui se seront, malgré tout, impliquées de façon trop passionnée.
  • Ecoutez avec empathie : dans les échanges en face à face, faites un effort délibéré pour parler moins, et écouter plus. « La parole est d’argent, mais le silence est d’or ». Plus vous en apprendrez sur votre interlocuteur et sur son point de vue, plus vous aurez de chance de sentir de l’empathie pour lui. Et si vous faites cela avec les autres, ils auront envie de le faire pour vous, créant un cercle vertueux.
  • Distribuez la parole : dans les cas où vous savez quelle est la personne qui va probablement dominer le groupe, prévoyez un temps de parole pour que chacun puisse s’exprimer. Demandez à chacun d’indiquer qui, dans la salle, a des informations et des idées importantes à partager. Faites en une liste au tableau, et inscrivez-y les contributions de chacun.
  • Parlez le plus tard possible : lors d’une réunion, comme d’un débat à la télévision, la personne qui assiste calmement aux échanges, sans rien dire, imposera facilement le silence, et sera bien écoutée par tous, au moment où elle finira par prendre la parole. Plus les autres auront parlé longtemps, plus son avis sera écouté. C’est un avantage tactique considérable, car c’est souvent le dernier point de vue exprimé qui marque le plus les esprits, et aura le plus de chances d’être retenu.

Des pirates dans votre cerveau

Je suis sûr que ça vous est arrivé. Vous êtes en réunion. L’atmosphère est électrique. Vous devez défendre votre projet et vous sentez que vous perdez du terrain. Vous parlez plus fort. Vous coupez la parole d’un collègue avec un rictus de plus en plus crispé. Il monte d’un ton à son tour et vous faites un geste en sa direction, prenant tout le monde à témoin que c’est vous qui avez raison.

A ce moment-là, ce n’est plus vraiment vous qui parlez. Votre corps et votre bouche ont pris leur indépendance. Vous êtes littéralement « en dehors » de vous-même. En termes de neurochimie (la chimie du cerveau), vous êtes victime d’un détournement. Votre cerveau est au main de pirates de l’air !

Dans les situations de stress important, de peur et de défi, une hormone, qui est aussi un neurotransmetteur (qui active la communication entre les neurones et les cellules nerveuses) inonde le cerveau : c’est le cortisol. Les fonctions de notre cerveau liées à la raison, à la réflexion, à la prudence, à la compassion, au long terme, sont provisoirement bloquées. Et l’amygdale, notre cerveau instinctif, prend le contrôle. Le corps produit des substances chimiques pour se protéger de la honte et la perte de crédibilité et, en conséquent, devient incapable de réguler ses émotions ou de gérer la différence entre ses attentes et la réalité. Pris de panique, il n’a que quatre actions réflexes parmi lesquelles choisir : le combat (continuer la dispute), la fuite (s’en remettre à la décision du groupe), le silence (abandonner la partie et se taire), ou l’apaisement (se réconcilier avec l’adversaire en se soumettant entièrement à lui).

Chacune de ces options est mauvaise car elle exclut que les informations et les opinions de chacun soient partagées et prises en compte de façon honnête et utile à tous. Mais, ayant travaillé depuis 18 ans dans des entreprises de toutes tailles, je peux vous dire que le réflexe du combat est, de loin, le plus nuisible à votre carrière et à vos relations avec vos collègues. C’est aussi, malheureusement, le plus répandu.

Cela est dû un autre phénomène neurochimique : lorsque vous discutez et « gagnez », votre cerveau est envahi d’adrénaline et de dopamine, des hormones qui vous donnent une sensation de bien-être, de force, et même de domination. Vous vous sentez invincible. C’est cette sensation que chacun de nous cherche à se provoquer, une nouvelle fois. Lorsque se présente une nouvelle occasion de discuter (en vieux français, « disputer » était synonyme de discuter), nous cherchons à nouveau à combattre. Nous devenons « accrocs » au fait d’avoir raison.

Un très grand nombre d’hommes politiques et de dirigeants d’institutions souffrent de cette addiction. Ils deviennent extrêmement forts à ce jeu de défendre leur point de vue et de triompher de leurs adversaires en manipulant les arguments. Chaque fois, ils ressentent d’intenses bouffées de plaisir mais ne mesurent pas l’impact de leur comportement sur les personnes qui les entourent. En fait, ils finissent par se nuire à eux-mêmes en écrasant leurs collaborateurs, qu’ils poussent à choisir eux aussi entre ces réactions de combat, fuite, silence ou apaisement qui, ainsi que je l’ai expliqué plus haut, diminuent les effets bénéfiques de la collaboration.

Heureusement, il existe une autre hormone qui nous procure le même plaisir que l’adrénaline : l’ocytocine. Sa production est déclenchée par la proximité avec d’autres êtres humains, et nous fait éprouver le bonheur d’être ensemble. Elle active les zones de décision dans notre cerveau rationnel, ou cortex préfrontal, augmentant encore notre capacité à faire confiance et à nous ouvrir aux opinions des autres. Votre but, dans vos fonctions de leader (dans votre famille, vos activités, votre métier…), est des stimuler votre production d’ocytocine, et celle des personnes qui vous entourent, tout en évitant les pics de cortisol et d’adrénaline.

Voici quelques exercices à faire au travail pour vous libérer (et libérer les autres) de l’« addiction » à vouloir toujours avoir raison :

  • Enoncez les règles en début de réunion : au moment de commencer une réunion qui risque d’être tendue, commencez par édicter clairement des règles de communication entre les participants. Demandez à chacun de suggérer des moyens de rendre les échanges productifs et respectueux, et écrivez ces règles sur un tableau pour que tout le monde les voie. Par exemple, vous pouvez prévoir des séquences plus longues pour permettre à chacun d’exprimer ses idées et être écouté sans être jugé ni interrompu. Prenez soin de prévenir les participants de la possibilité qu’une dispute commence, et donnez la procédure à mettre en route pour la stopper avant que les choses ne s’enveniment. A la fin de la réunion, revenez sur les moments de la réunion qui ont été « chauds ». Le fait d’en parler ouvertement permettra de réconcilier (au moins partiellement) les personnes qui se seront, malgré tout, impliquées de façon trop passionnée.
  • Ecoutez avec empathie : dans les échanges en face à face, faites un effort délibéré pour parler moins, et écouter plus. « La parole est d’argent, mais le silence est d’or ». Plus vous en apprendrez sur votre interlocuteur et sur son point de vue, plus vous aurez de chance de sentir de l’empathie pour lui. Et si vous faites cela avec les autres, ils auront envie de le faire pour vous, créant un cercle vertueux.
  • Distribuez la parole : dans les cas où vous savez quelle est la personne qui va probablement dominer le groupe, prévoyez un temps de parole pour que chacun puisse s’exprimer. Demandez à chacun d’indiquer qui, dans la salle, a des informations et des idées importantes à partager. Faites en une liste au tableau, et inscrivez-y les contributions de chacun.
  • Parlez le plus tard possible : lors d’une réunion, comme d’un débat à la télévision, la personne qui assiste calmement aux échanges, sans rien dire, imposera facilement le silence, et sera bien écoutée par tous, au moment où elle finira par prendre la parole. Plus les autres auront parlé longtemps, plus son avis sera écouté. C’est un avantage tactique considérable, car c’est souvent le dernier point de vue exprimé qui marque le plus les esprits, et aura le plus de chances d’être retenu.

Vous reprendrez les manettes de votre cerveau, pour des relations familiales, sociales, et professionnelles, plus agréables, épanouissantes, et productives. Et vous aiderez également les autres à se débarrasser, eux aussi, des pirates.

A votre santé !

Vous reprendrez les manettes de votre cerveau, pour des relations familiales, sociales, et professionnelles, plus agréables, épanouissantes, et productives. Et vous aiderez également les autres à se débarrasser, eux aussi, des pirates.

A votre santé !

Des pirates dans votre cerveau

Je suis sûr que ça vous est arrivé. Vous êtes en réunion. L’atmosphère est électrique. Vous devez défendre votre projet et vous sentez que vous perdez du terrain. Vous parlez plus fort. Vous coupez la parole d’un collègue avec un rictus de plus en plus crispé. Il monte d’un ton à son tour et vous faites un geste en sa direction, prenant tout le monde à témoin que c’est vous qui avez raison.

A ce moment-là, ce n’est plus vraiment vous qui parlez. Votre corps et votre bouche ont pris leur indépendance. Vous êtes littéralement « en dehors » de vous-même. En termes de neurochimie (la chimie du cerveau), vous êtes victime d’un détournement. Votre cerveau est au main de pirates de l’air !

Dans les situations de stress important, de peur et de défi, une hormone, qui est aussi un neurotransmetteur (qui active la communication entre les neurones et les cellules nerveuses) inonde le cerveau : c’est le cortisol. Les fonctions de notre cerveau liées à la raison, à la réflexion, à la prudence, à la compassion, au long terme, sont provisoirement bloquées. Et l’amygdale, notre cerveau instinctif, prend le contrôle. Le corps produit des substances chimiques pour se protéger de la honte et la perte de crédibilité et, en conséquent, devient incapable de réguler ses émotions ou de gérer la différence entre ses attentes et la réalité. Pris de panique, il n’a que quatre actions réflexes parmi lesquelles choisir : le combat (continuer la dispute), la fuite (s’en remettre à la décision du groupe), le silence (abandonner la partie et se taire), ou l’apaisement (se réconcilier avec l’adversaire en se soumettant entièrement à lui).

Chacune de ces options est mauvaise car elle exclut que les informations et les opinions de chacun soient partagées et prises en compte de façon honnête et utile à tous. Mais, ayant travaillé depuis 18 ans dans des entreprises de toutes tailles, je peux vous dire que le réflexe du combat est, de loin, le plus nuisible à votre carrière et à vos relations avec vos collègues. C’est aussi, malheureusement, le plus répandu.

Cela est dû un autre phénomène neurochimique : lorsque vous discutez et « gagnez », votre cerveau est envahi d’adrénaline et de dopamine, des hormones qui vous donnent une sensation de bien-être, de force, et même de domination. Vous vous sentez invincible. C’est cette sensation que chacun de nous cherche à se provoquer, une nouvelle fois. Lorsque se présente une nouvelle occasion de discuter (en vieux français, « disputer » était synonyme de discuter), nous cherchons à nouveau à combattre. Nous devenons « accrocs » au fait d’avoir raison.

Un très grand nombre d’hommes politiques et de dirigeants d’institutions souffrent de cette addiction. Ils deviennent extrêmement forts à ce jeu de défendre leur point de vue et de triompher de leurs adversaires en manipulant les arguments. Chaque fois, ils ressentent d’intenses bouffées de plaisir mais ne mesurent pas l’impact de leur comportement sur les personnes qui les entourent. En fait, ils finissent par se nuire à eux-mêmes en écrasant leurs collaborateurs, qu’ils poussent à choisir eux aussi entre ces réactions de combat, fuite, silence ou apaisement qui, ainsi que je l’ai expliqué plus haut, diminuent les effets bénéfiques de la collaboration.

Heureusement, il existe une autre hormone qui nous procure le même plaisir que l’adrénaline : l’ocytocine. Sa production est déclenchée par la proximité avec d’autres êtres humains, et nous fait éprouver le bonheur d’être ensemble. Elle active les zones de décision dans notre cerveau rationnel, ou cortex préfrontal, augmentant encore notre capacité à faire confiance et à nous ouvrir aux opinions des autres. Votre but, dans vos fonctions de leader (dans votre famille, vos activités, votre métier…), est des stimuler votre production d’ocytocine, et celle des personnes qui vous entourent, tout en évitant les pics de cortisol et d’adrénaline.

Voici quelques exercices à faire au travail pour vous libérer (et libérer les autres) de l’« addiction » à vouloir toujours avoir raison :

  • Enoncez les règles en début de réunion : au moment de commencer une réunion qui risque d’être tendue, commencez par édicter clairement des règles de communication entre les participants. Demandez à chacun de suggérer des moyens de rendre les échanges productifs et respectueux, et écrivez ces règles sur un tableau pour que tout le monde les voie. Par exemple, vous pouvez prévoir des séquences plus longues pour permettre à chacun d’exprimer ses idées et être écouté sans être jugé ni interrompu. Prenez soin de prévenir les participants de la possibilité qu’une dispute commence, et donnez la procédure à mettre en route pour la stopper avant que les choses ne s’enveniment. A la fin de la réunion, revenez sur les moments de la réunion qui ont été « chauds ». Le fait d’en parler ouvertement permettra de réconcilier (au moins partiellement) les personnes qui se seront, malgré tout, impliquées de façon trop passionnée.
  • Ecoutez avec empathie : dans les échanges en face à face, faites un effort délibéré pour parler moins, et écouter plus. « La parole est d’argent, mais le silence est d’or ». Plus vous en apprendrez sur votre interlocuteur et sur son point de vue, plus vous aurez de chance de sentir de l’empathie pour lui. Et si vous faites cela avec les autres, ils auront envie de le faire pour vous, créant un cercle vertueux.
  • Distribuez la parole : dans les cas où vous savez quelle est la personne qui va probablement dominer le groupe, prévoyez un temps de parole pour que chacun puisse s’exprimer. Demandez à chacun d’indiquer qui, dans la salle, a des informations et des idées importantes à partager. Faites en une liste au tableau, et inscrivez-y les contributions de chacun.
  • Parlez le plus tard possible : lors d’une réunion, comme d’un débat à la télévision, la personne qui assiste calmement aux échanges, sans rien dire, imposera facilement le silence, et sera bien écoutée par tous, au moment où elle finira par prendre la parole. Plus les autres auront parlé longtemps, plus son avis sera écouté. C’est un avantage tactique considérable, car c’est souvent le dernier point de vue exprimé qui marque le plus les esprits, et aura le plus de chances d’être retenu.

Vous reprendrez les manettes de votre cerveau, pour des relations familiales, sociales, et professionnelles, plus agréables, épanouissantes, et productives. Et vous aiderez également les autres à se débarrasser, eux aussi, des pirates.

A votre santé !

Commentaires fermés

LA NEWSLETTER DE DOCTISSIMO

Lundi 25 mars 2013
Santé Grossesse/Bébé Psycho Famille Nutrition Beauté Forme Sexualité
Nouveau traitement contre le fibrome utérin
Nouveau traitement contre le fibrome utérin
Un nouveau médicament contre le fibrome vient d’être commercialisé. Il pourrait même parfois remplacer la chirurgie.

Mieux connaître les symptômes du diabète
Mieux connaître les symptômes du diabète
Alors que le diabète ne cesse de progresser, un patient sur six ne serait pas diagnostiqué. Zoom sur les symptômes.

Bien dormirRéveils fréquents, difficultés d’endormissement… Votre sommeil est perturbé ? Véronique Mounier vous dévoile les bons conseils pour dormir comme un bébé. » Lire la suite Bien dormir
Spondylarthropathies : des maladies méconnues Spondylarthropathies : des maladies méconnuesLes spondylarthropathies touchent plus de 200 000 personnes. Maladies de l’adulte jeune, elles restent méconnues du grand public mais aussi de certains médecins. L’essentiel sur ces rhumatismes » Lire la suite
» TOUS NOS FORUMS SANTÉ
La junk-food se développe dans les collèges et lycées
Transmission de la rage suite à des greffes d’organes
Mediator : vers une mise en examen de l’Agence du médicament
Le cancer aggrave la pauvreté
7h08 de sommeil en moyenne par nuit
Pas de lien entre vitamine D pendant la grossesse et santé osseuse de l’enfant
Publicité
Allergique au sexe ?
Allergique au sexe ?
Certaines allergies peuvent troubler la sexualité du couple : intolérance au latex, aux baisers et même au sperme ! Zoom sur ces maladies intimes à ne pas prendre à la légère.
Skin party
Les Skin Party sont des soirées « no limit ». Que penser de cette nouvelle tendance chez les adolescents ? Faut-il en avoir peur ? Le sexothérapeute Alain Héril la décode.

Skin party
» TOUS NOS FORUMS SEXUALITÉ
Test : Quel régime minceur choisir ?
Test : Quel régime minceur choisir ?
Le moment est venu de perdre quelques kilos. Pour optimiser la perte de poids et ne pas vous décourager au bout de deux jours, évaluez votre motivation.
Recettes : Les oeufs de Pâques
Cette semaine, 100% Recettes fête Pâques et Nathalie vous propose une recette pour faire vos oeufs en chocolat vous-même afin d’épater votre famille et vos amis.

Recettes : Les oeufs de Pâques
» TOUS NOS FORUMS NUTRITION
Les enfants uniques
Mamans
Les enfants uniques
Du poison   dans nos assiettes ?
NUTRITION
Du poison
dans nos assiettes ?
Découvrez   l'animal training
Fitness
Découvrez
l’animal training
Publicité
Le transfert psychanalytique en question
Le transfert psychanalytique en question
Le transfert est au coeur de la cure psychanalytique. Découvert par Freud, ce concept qualifie la relation particulière qui unit le patient à son analyste. Le point avec le psychiatre et psychanalyste Juan David Nasio.
Test : Vrais amis ou simples connaissances ?
« Celui qui trouve un ami, trouve un trésor », dit le proverbe. Pourtant, certaines personnes sont incapables de cultiver une véritable amitié. Et vous, en faites-vous partie ?

Test : Vrais amis ou simples connaissances ?
» TOUS NOS FORUMS PSYCHOLOGIE
Décoration
Décoration
L’aménagement d’une maison se fait au goût de chacun, mais doit suivre quelques règles d’or. Salon, cuisine, chambre, salle de bains… Nos conseils pour votre décoration intérieure.
Mon enfant est dyslexique
Un enfant dyslexique a des difficultés dans l’apprentissage de la lecture. Quelles sont les conséquences de ce trouble ? Comment l’aider ? Les conseils de Stéphane Clerget, pédopsychiatre.

Mon enfant est dyslexique
» TOUS NOS FORUMS FAMILLE
La liposuccion, première intervention de chirurgie esthétique
La liposuccion, première intervention de chirurgie esthétique
La liposuccion, ou lipoaspiration, est destinée à supprimer définitivement la graisse accumulée dans certaines régions du corps. Méthodes, risques… on vous dit tout sur cette intervention.
Robes de mariées courtes
50 modèles pour ne pas être à court d’idées
Ligne épurée, dentelle rétro ou mousseline glamour, les robes de mariées courtes sont aujourd’hui aussi grandioses que les robes longues. A vous la robe de mariée de vos rêves !

Robes de mariées courtes  50 modèles pour ne pas être à court d'idées
» TOUS NOS FORUMS BEAUTÉ
Perdre sa culotte de cheval : les bonnes stratégies
Perdre sa culotte de cheval : les bonnes stratégies
Si la culotte de cheval fait partie des zones rebelles difficiles à vaincre, elle n’est pas pour autant une fatalité. Tour d’horizon des stratégies efficaces.
Aquabike
Pédaler dans l’eau est un bon moyen de muscler l’ensemble du corps et d’affiner sa silhouette ! Lucile a testé une séance d’aquabike en cabine.

Aquabike
» TOUS NOS FORUMS FORME
Publicité
Lundi 25 mars 2013
Santé Grossesse/Bébé Psycho Famille Nutrition Beauté Forme Sexualité
Nouveau traitement contre le fibrome utérin
Nouveau traitement contre le fibrome utérin
Un nouveau médicament contre le fibrome vient d’être commercialisé. Il pourrait même parfois remplacer la chirurgie.

Mieux connaître les symptômes du diabète
Mieux connaître les symptômes du diabète
Alors que le diabète ne cesse de progresser, un patient sur six ne serait pas diagnostiqué. Zoom sur les symptômes.

Bien dormirRéveils fréquents, difficultés d’endormissement… Votre sommeil est perturbé ? Véronique Mounier vous dévoile les bons conseils pour dormir comme un bébé. » Lire la suite Bien dormir
Spondylarthropathies : des maladies méconnues Spondylarthropathies : des maladies méconnuesLes spondylarthropathies touchent plus de 200 000 personnes. Maladies de l’adulte jeune, elles restent méconnues du grand public mais aussi de certains médecins. L’essentiel sur ces rhumatismes » Lire la suite
» TOUS NOS FORUMS SANTÉ
La junk-food se développe dans les collèges et lycées
Transmission de la rage suite à des greffes d’organes
Mediator : vers une mise en examen de l’Agence du médicament
Le cancer aggrave la pauvreté
7h08 de sommeil en moyenne par nuit
Pas de lien entre vitamine D pendant la grossesse et santé osseuse de l’enfant
Publicité
Allergique au sexe ?
Allergique au sexe ?
Certaines allergies peuvent troubler la sexualité du couple : intolérance au latex, aux baisers et même au sperme ! Zoom sur ces maladies intimes à ne pas prendre à la légère.
Skin party
Les Skin Party sont des soirées « no limit ». Que penser de cette nouvelle tendance chez les adolescents ? Faut-il en avoir peur ? Le sexothérapeute Alain Héril la décode.

Skin party
» TOUS NOS FORUMS SEXUALITÉ
Test : Quel régime minceur choisir ?
Test : Quel régime minceur choisir ?
Le moment est venu de perdre quelques kilos. Pour optimiser la perte de poids et ne pas vous décourager au bout de deux jours, évaluez votre motivation.
Recettes : Les oeufs de Pâques
Cette semaine, 100% Recettes fête Pâques et Nathalie vous propose une recette pour faire vos oeufs en chocolat vous-même afin d’épater votre famille et vos amis.

Recettes : Les oeufs de Pâques
» TOUS NOS FORUMS NUTRITION
Les enfants uniques
Mamans
Les enfants uniques
Du poison   dans nos assiettes ?
NUTRITION
Du poison
dans nos assiettes ?
Découvrez   l'animal training
Fitness
Découvrez
l’animal training
Publicité
Le transfert psychanalytique en question
Le transfert psychanalytique en question
Le transfert est au coeur de la cure psychanalytique. Découvert par Freud, ce concept qualifie la relation particulière qui unit le patient à son analyste. Le point avec le psychiatre et psychanalyste Juan David Nasio.
Test : Vrais amis ou simples connaissances ?
« Celui qui trouve un ami, trouve un trésor », dit le proverbe. Pourtant, certaines personnes sont incapables de cultiver une véritable amitié. Et vous, en faites-vous partie ?

Test : Vrais amis ou simples connaissances ?
» TOUS NOS FORUMS PSYCHOLOGIE
Décoration
Décoration
L’aménagement d’une maison se fait au goût de chacun, mais doit suivre quelques règles d’or. Salon, cuisine, chambre, salle de bains… Nos conseils pour votre décoration intérieure.
Mon enfant est dyslexique
Un enfant dyslexique a des difficultés dans l’apprentissage de la lecture. Quelles sont les conséquences de ce trouble ? Comment l’aider ? Les conseils de Stéphane Clerget, pédopsychiatre.

Mon enfant est dyslexique
» TOUS NOS FORUMS FAMILLE
La liposuccion, première intervention de chirurgie esthétique
La liposuccion, première intervention de chirurgie esthétique
La liposuccion, ou lipoaspiration, est destinée à supprimer définitivement la graisse accumulée dans certaines régions du corps. Méthodes, risques… on vous dit tout sur cette intervention.
Robes de mariées courtes
50 modèles pour ne pas être à court d’idées
Ligne épurée, dentelle rétro ou mousseline glamour, les robes de mariées courtes sont aujourd’hui aussi grandioses que les robes longues. A vous la robe de mariée de vos rêves !

Robes de mariées courtes  50 modèles pour ne pas être à court d'idées
» TOUS NOS FORUMS BEAUTÉ
Perdre sa culotte de cheval : les bonnes stratégies
Perdre sa culotte de cheval : les bonnes stratégies
Si la culotte de cheval fait partie des zones rebelles difficiles à vaincre, elle n’est pas pour autant une fatalité. Tour d’horizon des stratégies efficaces.
Aquabike
Pédaler dans l’eau est un bon moyen de muscler l’ensemble du corps et d’affiner sa silhouette ! Lucile a testé une séance d’aquabike en cabine.

Aquabike
» TOUS NOS FORUMS FORME
Publicité
Lundi 25 mars 2013
Santé Grossesse/Bébé Psycho Famille Nutrition Beauté Forme Sexualité
Nouveau traitement contre le fibrome utérin
Nouveau traitement contre le fibrome utérin
Un nouveau médicament contre le fibrome vient d’être commercialisé. Il pourrait même parfois remplacer la chirurgie.

Mieux connaître les symptômes du diabète
Mieux connaître les symptômes du diabète
Alors que le diabète ne cesse de progresser, un patient sur six ne serait pas diagnostiqué. Zoom sur les symptômes.

Bien dormirRéveils fréquents, difficultés d’endormissement… Votre sommeil est perturbé ? Véronique Mounier vous dévoile les bons conseils pour dormir comme un bébé. » Lire la suite Bien dormir
Spondylarthropathies : des maladies méconnues Spondylarthropathies : des maladies méconnuesLes spondylarthropathies touchent plus de 200 000 personnes. Maladies de l’adulte jeune, elles restent méconnues du grand public mais aussi de certains médecins. L’essentiel sur ces rhumatismes » Lire la suite
» TOUS NOS FORUMS SANTÉ
La junk-food se développe dans les collèges et lycées
Transmission de la rage suite à des greffes d’organes
Mediator : vers une mise en examen de l’Agence du médicament
Le cancer aggrave la pauvreté
7h08 de sommeil en moyenne par nuit
Pas de lien entre vitamine D pendant la grossesse et santé osseuse de l’enfant
Publicité
Allergique au sexe ?
Allergique au sexe ?
Certaines allergies peuvent troubler la sexualité du couple : intolérance au latex, aux baisers et même au sperme ! Zoom sur ces maladies intimes à ne pas prendre à la légère.
Skin party
Les Skin Party sont des soirées « no limit ». Que penser de cette nouvelle tendance chez les adolescents ? Faut-il en avoir peur ? Le sexothérapeute Alain Héril la décode.

Skin party
» TOUS NOS FORUMS SEXUALITÉ
Test : Quel régime minceur choisir ?
Test : Quel régime minceur choisir ?
Le moment est venu de perdre quelques kilos. Pour optimiser la perte de poids et ne pas vous décourager au bout de deux jours, évaluez votre motivation.
Recettes : Les oeufs de Pâques
Cette semaine, 100% Recettes fête Pâques et Nathalie vous propose une recette pour faire vos oeufs en chocolat vous-même afin d’épater votre famille et vos amis.

Recettes : Les oeufs de Pâques
» TOUS NOS FORUMS NUTRITION
Les enfants uniques
Mamans
Les enfants uniques
Du poison   dans nos assiettes ?
NUTRITION
Du poison
dans nos assiettes ?
Découvrez   l'animal training
Fitness
Découvrez
l’animal training
Publicité
Le transfert psychanalytique en question
Le transfert psychanalytique en question
Le transfert est au coeur de la cure psychanalytique. Découvert par Freud, ce concept qualifie la relation particulière qui unit le patient à son analyste. Le point avec le psychiatre et psychanalyste Juan David Nasio.
Test : Vrais amis ou simples connaissances ?
« Celui qui trouve un ami, trouve un trésor », dit le proverbe. Pourtant, certaines personnes sont incapables de cultiver une véritable amitié. Et vous, en faites-vous partie ?

Test : Vrais amis ou simples connaissances ?
» TOUS NOS FORUMS PSYCHOLOGIE
Décoration
Décoration
L’aménagement d’une maison se fait au goût de chacun, mais doit suivre quelques règles d’or. Salon, cuisine, chambre, salle de bains… Nos conseils pour votre décoration intérieure.
Mon enfant est dyslexique
Un enfant dyslexique a des difficultés dans l’apprentissage de la lecture. Quelles sont les conséquences de ce trouble ? Comment l’aider ? Les conseils de Stéphane Clerget, pédopsychiatre.

Mon enfant est dyslexique
» TOUS NOS FORUMS FAMILLE
La liposuccion, première intervention de chirurgie esthétique
La liposuccion, première intervention de chirurgie esthétique
La liposuccion, ou lipoaspiration, est destinée à supprimer définitivement la graisse accumulée dans certaines régions du corps. Méthodes, risques… on vous dit tout sur cette intervention.
Robes de mariées courtes
50 modèles pour ne pas être à court d’idées
Ligne épurée, dentelle rétro ou mousseline glamour, les robes de mariées courtes sont aujourd’hui aussi grandioses que les robes longues. A vous la robe de mariée de vos rêves !

Robes de mariées courtes  50 modèles pour ne pas être à court d'idées
» TOUS NOS FORUMS BEAUTÉ
Perdre sa culotte de cheval : les bonnes stratégies
Perdre sa culotte de cheval : les bonnes stratégies
Si la culotte de cheval fait partie des zones rebelles difficiles à vaincre, elle n’est pas pour autant une fatalité. Tour d’horizon des stratégies efficaces.
Aquabike
Pédaler dans l’eau est un bon moyen de muscler l’ensemble du corps et d’affiner sa silhouette ! Lucile a testé une séance d’aquabike en cabine.

Aquabike
» TOUS NOS FORUMS FORME
Publicité
Commentaires fermés

WP Login