Archive for décembre, 2016

La Lettre Santé Nature Innovation par Jean-Marc Dupuis est un service d’information gratuit sur la santé, la nutrition et le bien-être. Pour vous inscrire, rendez-vous ici. Pour ne plus recevoir nos messages, rendez-vous ici. Sex symbol à 80 ans

Sex symbol à 80 ans
SI
Sante Nature Innovation
|
mar. 06/12, 09:04
Vous

Boîte de réception
La Lettre Santé Nature Innovation par Jean-Marc Dupuis
est un service d’information gratuit sur la santé, la nutrition et le bien-être.
Pour vous inscrire, rendez-vous ici.

Pour ne plus recevoir nos messages, rendez-vous ici.

Sex symbol à 80 ans

Chère lectrice, cher lecteur,

Wang Deshun, célèbre DJ de techno en Chine, est la nouvelle star asiatique des défilés de haute couture.

Il est vrai que sa silhouette nerveuse, ses pectoraux bien dessinés, ses épaules larges et son regard perçant le rendent très attirant, surtout lorsqu’il défile top less pour Hugo Boss ou Dolce & Gabbana, sur fond sonore endiablé.

Sa particularité : Wang Deshun a… 80 ans.

Cette photo de Wang Deshun, DJ de techno devenu mannequin, a été publiée le 3 novembre 2016 dans le New-York Times, sous le titre « Le top model de 80 ans qui re-définit la vision du vieillissement en Chine ». [1]

« Le grand-père le plus sexy de Chine »

Wang Deshun a été désigné comme le « grand-père le plus sexy » de Chine.

Né en 1936 dans une famille traditionnelle de neuf enfants, Wang Deshun aurait pu, aujourd’hui, « être un vénérable vieillard à barbe blanche et à longue robe », comme il l’explique en riant.

Seulement, il a décidé de refuser la stagnation physique et mentale.

« Un des moyens de savoir si vous êtes vieux ou pas est de vous demander : est-ce que jose faire une chose que je nai jamais faite avant ? », explique-t-il dans une récente interview donnée dans un grand hôtel de Pékin.

« La nature détermine votre âge, mais cest vous qui déterminez votre état desprit. »

Et en effet, c’est une question de choix.

Wang Deshun a fait le choix d’utiliser les moyens innombrables de vivre mieux et de rester jeune, plus longtemps, qui sont aujourd’hui à notre disposition, grâce à la science et aux progrès de la médecine.

L’artiste chinoise Xiao Lu, 54 ans, témoigne : « Je ladmire énormément. Il a le corps et lesprit sculptés de façon admirable. » [2]

« Je n’y arriverai jamais ! »

Vous pouvez vous dire : « Ce nest pas pour moi, je ny arriverai jamais ! »

Mais vous pouvez aussi vous donner une chance.

Wang Deshun n’est pas un adepte du bistouri, des piqûres ou des implants.

On le sait, ces méthodes « dures » ne seraient pas aussi efficaces. Elles ne lui donneraient pas l’énergie vibrante, l’optimisme et la force qui rayonnent de lui et qui font son succès.

Il utilise les plantes, les suppléments nutritionnels, les produits naturels et les techniques de méditation pour conserver – et améliorer – sa forme olympique.

Car il existe aujourd’hui des moyens naturels pour préserver :

  • la souplesse des articulations, et la vigueur des muscles pour les activités de plein air, le sport, les voyages ;
  • la mémoire et la rapidité desprit pour les loisirs, les activités culturelles, les nouvelles rencontres ;
  • un cœur et des artères jeunes, pour être moins vite essoufflé et réduire la menace de crise cardiaque ;
  • des yeux et des oreilles qui fonctionnent bien, pour suivre sans peine les conversations, y compris au milieu du brouhaha, et remarquer, même de loin, les détails du paysage ;
  • une peau ferme, y compris sous les bras, pour être fier de son reflet dans le miroir ;
  • le sommeil, le calme intérieur, la confiance en soi et l’énergie pour entreprendre de nouveaux projets.

Pourquoi votre médecin ne vous en parle-t-il pas ?

La principale cause est la manière dont les médecins sont formés en Occident.

Ils apprennent à traiter les maladies, à coups de vaccins, de médicaments étrangers au corps, d’opérations. Vous avez une jambe cassée ? On vous la répare. Le cancer ? On vous l’enlève (enfin on essaie). Le cœur ? On vous le change.

Cette médecine peut être très efficace, surtout en cas d’urgence. Mais la contrepartie est qu’elle n’aide pas les malades à rester en bonne santé. Lorsque vous vieillissez, la médecine conventionnelle attend souvent que vos problèmes de santé s’aggravent pour vous proposer un traitement.

En Chine, c’est le contraire : le médecin se préoccupe avant tout de maintenir son patient en bonne santé.

Une légende raconte même que le médecin n’est payé que tant que son patient va bien. S’il tombe malade, il le soigne gratuitement.

Votre corps a la capacité de bien vivre 90 ans

Les recherches scientifiques montrent que nos corps – le vôtre, le mien – ont la capacité de bien fonctionner pendant environ 90 ans (un petit peu plus pour les femmes).

Le corps humain n’est pas une machine qui s’use avec le temps. Et nous ne sommes pas du tout aussi « vieux » que nous l’imaginons.

L’expression « avoir l’âge de ses artères » n’a, médicalement, aucun sens :

La plupart des cellules d’un corps humain ont moins de 2 ans.

Votre intestin se renouvelle intégralement tous les 3 jours. Les cellules de la rétine se renouvellent tous les 10 jours. Votre foie, votre pancréas, votre rate et vos poumons sont intégralement renouvelés en 300 à 500 jours. Même votre squelette est intégralement régénéré tous les dix ans.

Le vieillissement n’est donc pas lié à « l’usure » de votre corps. Si vous vieillissez, c’est parce que des déséquilibres ou des carences empêchent vos organes de se régénérer correctement.

Et ces déséquilibres et carences peuvent être partiellement corrigés.

Certaines maladies liées à l’âge (arthrose, maladies cardiovasculaires, démences, cancer, problème de vue et d’ouïe…) peuvent être ralenties ou stoppées en activant vos processus naturels de régénération.

L’espérance de vie en bonne santé en France n’est que de 63 ans

L’espérance de vie en bonne santé, sans maladie ni handicap majeur, n’est en France que de… 63 ans pour les hommes, 64 ans pour les femmes (l’espérance de vie totale est de 81 ans). [3]

Ce qui signifie que nous avons 26 ou 27 ans de vie actuellement sacrifiés, bêtement gaspillés.

Ce sont des années de vie qui pourraient être actives, productives, épanouissantes, que nous pourrions vivre sans maladies chroniques (cancer, maladies cardiaques, diabète, arthrose).

Alors où est le problème ?

Vos gènes ne déterminent que 10 % de votre longévité

Selon l’étude Danish Twin Study, nos gènes ne déterminent que 10 % de notre longévité.

Les 90 % restant sont déterminés par notre mode de vie.

Le problème est que lorsque vous posez la question aux gens, la confusion la plus totale règne sur ce qui est bon pour leur longévité.

Ils ont entendu dire que les graisses, la viande rouge, les charcuteries, sont mauvaises. Qu’il faut manger cinq fruits et légumes par jour, mais aussi un produit laitier et un féculent à chaque repas.

Je suis au regret de vous dire que tout cela est au mieux inexact, au pire illusoire et dangereux.

Et ce nest que le début des idées fausses qui circulent sur la longévité.

Pour vivre mieux et plus longtemps :

  • Devez-vous courir le marathon… ou faire du yoga ?
  • Manger de la viande bio… ou du tofu ?
  • Faut-il prendre des compléments alimentaires, ou les fuir ?
  • Le bicarbonate de soude, le vinaigre de cidre, le citron, le miel de manuka, l’huile de coco sont-ils vraiment les produits miracles que certains racontent ?
  • Et ces histoires d’hormones, de resvératrol, de DHEA ? Ça marche ou ça ne marche pas ?

L’impact catastrophique de la presse grand public et de la télévision

Les grands groupes de médias se sont aperçus il y a quelques années que la santé était un sujet porteur pour faire de l’audimat.

L’audimat est pour eux un facteur essentiel qui leur permet de vendre plus cher leurs espaces publicitaires.

Ils se sont donc jetés sur le sujet de la santé comme une horde de loups affamés sur un vieil os.

Des journalistes qui n’ont pas la moindre culture médicale publient des articles sur le cancer, l’Alzheimer, le diabète, sans se soucier de la fiabilité de leurs conseils.

Leur point fort : des photos éblouissantes et des titres accrocheurs qui vous laissent espérer qu’ils ont des choses incroyables à vous révéler.

Mais à l’intérieur, méfiance ! Ce ne sont souvent que de simples « copier-coller » de la propagande médico-pharmaceutique !

Les informations santé dans les grands médias sont encore plus orientées, biaisées, manipulées, que les informations politiques (c’est dire !).

Où trouver des informations fiables, vérifiées et objectives

Le fait est que vous n’avez pas le choix. Vous êtes obligé de remonter à la source, aller vérifier vous-même les résultats de la recherche.

En ce qui concerne la longévité, une équipe de scientifiques s’est penchée très sérieusement sur la question.

Cette équipe était constituée du Dr Thomas Perls, qui avait dirigé l’étude de Nouvelle-Angleterre sur les centenaires, de la Dre Margaret Artz, professeure de pharmacologie clinique à l’université du Minnesota, du Dr Luigi Ferrucci, directeur de l’étude sur le vieillissement de Baltimore, du Dr Jack Guralnick de l’Institut national sur le vieillissement, du Dr S. Jay Olshansky, chercheur associé au centre sur le vieillissement de l’université de Chicago, et du Dr Robert L. Kane, directeur des études sur le vieillissement et les soins de long terme à l’université du Minnesota.

Ils sont allés sur le terrain étudier quatre zones géographiques dans lesquelles les gens vivent nettement mieux et plus longtemps. Leur travail visait à déterminer rigoureusement les points communs entre ces peuples.

Ce sont des zones où :

  • les gens ont 10 fois plus de chances que nous d’atteindre 100 ans;
  • l’espérance de vie est de plus de 12 ans plus élevée que chez nous ;
  • la mortalité précoce (entre 50 et 70 ans) ne représente qu’une infime fraction de celle observée chez nous.

Elles se trouvent sur la péninsule de Nicoya, au Costa-Rica, dans les montagnes à l’ouest de la Sardaigne (province de l’Ogliastra), en Italie, dans l’archipel d’Okinawa, au Japon, dans la ville de Loma Linda, en Californie, sur l’île d’Ikaria, en Grèce et dans l’Öland, en Suède.

Les zones bleues où l’on vit sans cancer, sans arthrose, sans hypertension et sans dépression

Ces zones ont été baptisées « zones bleues » par le scientifique américain Dan Buettner, célèbre par ses études sur ces populations.

Dans ces zones bleues où l’on vit plus longtemps, les maladies graves comme le cancer, l’arthrose, l’hypertension et la dépression sont rares.

  • Sur l’île d’Ikaria, aussi baptisée « lîle où les gens oublient de mourir », l’accent est mis sur le lait de chèvre, les cornilles (ou pois à vache, une sorte de haricot), les légumes sauvages, le miel, la féta, le citron, la sauge, la marjolaine, utilisée dans le thé quotidien.
  • En Sardaigne, c’est le lait de brebis, le fenouil, les fèves, les amandes, les tomates, l’orge, le thé au chardon et le vin de grenache, très riche en polyphénols.
  • À Okinawa, au Japon, on a « lhabitude de manger un aliment venu de la terre et un aliment venu de la mer chaque jour ». Les centenaires se nourrissent de margose (une sorte de courge), de tofu, d’ail, de riz complet, de thé vert, de champignons shiitake et de poisson sauvage. Par ailleurs, ils consomment beaucoup d’infusions aux plantes médicinales.
  • À Loma Linda, en Californie, une communauté de protestants fondamentalistes a révélé une longévité exceptionnelle. Ils suivent un régime « biblique », à base d’avocat, de saumon, de noix, de haricots, de pain complet et de lait de soja. Et seulement de l’eau. Jamais un gramme de sucre raffiné ni de soda. Certains mangent également un peu de viande.

Et c’est en étudiant les points communs entre ces populations, leur régime alimentaire, leur mode de vie, que l’on peut déterminer comment vivre mieux et plus longtemps, selon Dan Buettner.

Une révolution est en cours dans la Silicon Valley, aux États-Unis

Mais ces zones traditionnelles ne sont pas notre seule source d’information sur les moyens d’augmenter la longévité.

Dans la Silicon Valley, en Californie, la plupart des fondateurs de start-up sont impliqués aujourd’hui dans des recherches accélérées pour découvrir le secret de la longévité.

Selon eux, c’est un mélange de biotechnologie, d’intelligence artificielle, d’ingénierie génétique et d’informatique qui va permettre d’allonger radicalement la durée de vie de l’homme.

Et de fait, les recherches en génétique progressent rapidement.

Mais les généticiens tiennent aujourd’hui plusieurs pistes pour lutter contre ce phénomène.

Retrouver des cellules aussi jeunes qu’au jour de votre naissance !

On est aujourdhui capable de fabriquer des cellules jeunes, aussi jeunes qu’au jour de votre naissance.

C’est la révolution des cellules souches. Les cellules souches sont les « mères » de toutes les autres cellules dans votre corps.

Elles sont semblables à la toute première cellule qui a été formée lors de votre conception, dans le ventre de votre mère, et qui est à l’origine de toutes les autres.

En cultivant les cellules souches en laboratoire, et en les réimplantant dans l’organisme, il pourrait être bientôt possible de rajeunir radicalement nos artères, nos organes, notre peau, nos yeux et notre cerveau.

C’est ce qui s’appelle la « médecine régénératrice [4] », dont vous et moi pourrons peut-être profiter de notre vivant.

Tous les animaux ne vieillissent pas

Les progrès de la biologie permettent aujourd’hui de considérer d’un œil entièrement nouveau le problème du vieillissement.

Alors qu’on estimait il y a peu que vieillir était un phénomène universel, qui concernait tous les êtres vivants, les biologistes se sont aperçus que ce n’était pas vraiment le cas pour tous les animaux.

Il existe en fait dans la nature de nombreux animaux qui ne vieillissent pas.

Les scientifiques comprennent aujourdhui les mécanismes qui permettent au requin blanc du Groenland de vivre 400 ans, à la tortue des Seychelles 256 ans, au homard 140 ans.

Leur taille, leur force et leurs capacités de reproduction augmentent avec lâge.

Plus les années passent, plus ils gagnent en taille et en vigueur. Un jour, ils meurent soudainement, mais ce nest pas à la suite dun long et pénible déclin.

Leur secret : ils secrètent de grandes quantités de télomérase, l’enzyme qui protège les chromosomes et évite que vos cellules ne s’usent et vieillissent à chaque division cellulaire.

La révolution des télomères

Les scientifiques ont observé le lien entre vieillissement cellulaire et télomères. Les télomères sont des capuchons de protection, qui se trouvent au bout de nos chromosomes.

À chaque division cellulaire, ces capuchons rétrécissent, ce qui fait vieillir nos cellules plus vite.

À l’âge de 20 ans, les télomères comprennent environ 10 000 paires de base (les paires de base sont les « briques » qui constituent nos chromosomes).

On en perd ensuite entre 15 et 60 paires par an, provoquant :

  • Une réduction de l’espérance de vie ;
  • Un risque plus élevé de surpoids et de diabète ;
  • Un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires ;
  • Un risque plus élevé de cancer, de maladies auto-immunes, d’Alzheimer, de démence, d’arthrose/ostéoporose et de mortalité par infection !

Mais de tout nouveaux produits ont été développés pour ralentir ou inverser ce phénomène. Inspirés de la biologie de ces animaux qui « ne vieillissent pas », on les appelle les inhibiteurs de la télomérase, et on peut déjà s’en procurer auprès de certains fabricants.

Je vous en dis plus dans un instant.

Mais avant, voici un phénomène biologique encore plus extraordinaire.

Des animaux capables de ressusciter

Il existe dans la nature des animaux encore plus incroyables que les homards, les alligators, les tortues ou le requin du Groenland.

Ce sont les tardigrades.

Les tardigrades sont des organismes capables darrêter de vivre lorsqu’ils sont soumis à des stress extrêmes : radiation, glaciation, sécheresse, vide de l’espace.

Les scientifiques appellent cela la cryptobiose : ces organismes sont en état de mort clinique.

Ils peuvent rester dans cet état de non-vie pendant des centaines d’années… avant de ressusciter si les conditions sont à nouveau propices.

Ils peuvent résister au froid absolu (– 272,8 °C) et à une température de 150 °C.

Les études sur les animaux ultrarésistants et vivant très longtemps ont également fait beaucoup de progrès – des progrès que l’on peut désormais envisager d’appliquer à l’être humain.

Car des êtres vivants simples comme les bactéries ou les archées, ont une capacité de survie encore plus forte que les tardigrades.

Des organismes tels que Deinoccoccus radiodurans ou Kineococcus radiotolerans résistent aux radiations ionisantes de la bombe atomique, aux substances chimiques toxiques, à l’acide, au peroxyde d’hydrogène, aux plus extrêmes conditions de froid, de chaud, de dessèchement.

Cette capacité de résistance est due à leur système très perfectionné de réparation de l’ADN, qui leur permet de « ressusciter » eux aussi des millions d’années après leur mort !

C’est l’expérience qui a été menée par Russel Wreeland et ses collègues de l’université de Chester, qui ont ressuscité une bactérie emprisonnée dans des cristaux depuis 240 millions d’années.

Ces découvertes pourraient avoir une signification extraordinaire pour l’être humain.

Selon le Dr Jean-Paul Curtay :

« Nous sommes constitués de cellules, anciennes bactéries, ce qui permet de ne pas exclure que nous puissions acquérir un jour une partie de telles capacités de résistance à de nombreux type dagression. »[5]

Réparer les erreurs de votre ADN

D’incroyables percées sont faites actuellement pour corriger les erreurs qui pourraient exister dans votre code génétique, et vous prédisposer à des maladies graves (cancer).

La nouvelle technologie CRISPR, en particulier, est déjà en usage dans certains hôpitaux très avancés en Chine.

C’est un dossier à suivre absolument, dont très peu de cancérologues en Europe parlent à leurs patients (nous restons, ici, totalement soumis à l’industrie archaïque de la chimiothérapie).

La première expérience vient dêtre menée dans la lutte contre le cancer du poumon (incurable avec les thérapies classiques) et a été publiée le 15 novembre 2016 dans la revue scientifique Nature [6].

  • Les recherches progressent aussi dans le domaine des super-antioxydants, des substances qui protègent mieux les cellules contre les agressions (pollution, oxydation, radiation) ;
  • Une nouvelle étude publiée dans le journal Nature vient de mettre au jour un nouveau nutriment naturel qui augmente la longévité et protège le système cardiovasculaire : le polyamine spermidine ; [7]

Derrière de nombreuses « maladies » du vieillissement, un déséquilibre hormonal que l’on peut corriger

D’autres avancées s’opèrent actuellement dans le domaine de l’endocrinologie.

L’endocrinologie est l’étude des glandes endocrines, qui fabriquent les substances qui régulent nos réactions physiologiques : cortisol, hormones thyroïdiennes, adrénaline, testostérone, aldostérone, œstradiol, etc.

Notre environnement est de plus en plus chargé en perturbateurs endocriniens, des substances qui miment l’effet de nos hormones naturelles, et peuvent provoquer de graves déséquilibres (dans certains lacs et rivières, on observe même des poissons qui changent de sexe). [8]

C’est un phénomène nouveau qu’on ne peut plus ignorer. D’autant plus que le phénomène se cumule avec les années, et quil va en saggravant. Il peut provoquer de nombreuses maladies, mais aussi des changements d’humeur, la perturbation du sommeil, la dépression et même des troubles de la personnalité.

En revanche, des médecins compétents peuvent aujourd’hui vous conseiller précisément sur la façon de protéger vos glandes endocrines, votre équilibre hormonal, et ainsi d’éviter de vous fracasser, 15 ou 20 ans trop tôt, contre le mur du vieillissement prématuré :

  • Si vous souffrez par exemple de fatigue chronique, de dépression, de difficulté à perdre du poids ou de crampes, il est capital de vérifier le fonctionnement de votre thyroïde. Les maladies graves de la thyroïde sont rares, mais il est fréquent de souffrir de dysfonctionnements thyroïdiens mineurs, notamment sous l’effet d’un stress prolongé.
  • Si vous peinez à vous endormir le soir, ou si votre sommeil n’est pas réparateur, vous souffrez peut-être tout simplement d’un déficit en mélatonine, l’hormone du sommeil. La mélatonine est un des traitements naturels les plus efficaces et les plus sûrs qui soient : aucune dose dangereuse n’a été constatée pour cette hormone, qui a de plus un effet antivieillissement sur les cellules ;
  • Si vous souffrez dobésité, de diabète, de problèmes cardiaques, ne vous lancez pas tête baissée dans des régimes restrictifs, des programmes de sport, ou des traitements médicamenteux qui pourraient vous faire plus de mal que de bien. Vos problèmes pourraient tout simplement être dus à une déficience en œstrogènes et en progestérone chez la femme ou en testostérone chez l’homme ou dans les deux sexes en hormone de croissance, une hormone produite par votre glande hypophyse dans le cerveau. Là aussi, le stress et les agressions sociales et environnementales peuvent être la cause ou les facteurs aggravants de la déficience. Et il existe des moyens simples et naturels de faire augmenter le taux de ces hormones, sans risques pour votre santé ;
  • Si vous avez limpression de vieillir de façon accélérée ; si votre peau devient sèche et peine à cicatriser ; si vos os deviennent fragiles et si vous avez facilement des fractures ; si vous perdez la mémoire ou si votre désir et votre plaisir sexuels diminuent, préoccupez-vous de votre taux de DHEA ou de celui de l’hormone de croissance.

Et, bien sûr, votre vie amoureuse peut être impactée, bouleversée, ou même détruite à cause de problèmes hormonaux : manque de testostérone, de progestérone, d’œstradiol…

Dans tous ces cas (et des centaines dautres), retrouver un taux normal de ces hormones naturelles contribuera à fortement diminuer et même à éliminer vos symptômes sans prendre de médicaments chimiques.

Mais des informations précises sont difficiles à trouver à ce sujet, à moins de s’informer sur les progrès dans le domaine de la longévité.

Comment s’informer sur la révolution de la longévité

Pour ne pas rater le train de la révolution de la longévité, vous devez bien sûr vous informer.

Si vous lisez l’anglais, consultez les travaux de la Life Extension Foundation, une fondation américaine qui soutient, depuis des décennies, les travaux des pionniers dans le domaine de la médecine anti-âge.

Vous pouvez lire le livre de Sonia Arrison, désormais un classique qui explique comment vivre 150 ou même 500 ans devient théoriquement possible grâce au progrès médical et scientifique. [9] Ce livre est déjà un peu vieux (2011) et en anglais, mais c’est grâce à lui que le grand public a compris que ce qui paraissait un rêve serait peut-être un jour possible.

Vous pouvez participer à des séminaires en Californie : les dirigeants des grandes sociétés Internet (Google, Facebook, Paypal, Amazon, Apple…) sont pratiquement tous impliqués dans des projets de recherche concernant la longévité. La plupart des découvertes sont recensées sur le site de Ray Kurzweil : http://www.kurzweilai.net/

Vous pouvez vous inscrire aux conférences de l’Académie américaine de médecine anti-âge, dont vous trouvez le programme ici : http://www.a4m.com/

En France, vous pouvez consulter certains médecins spécialisés. Assurez-vous qu’ils ont bien été formés aux États-Unis, le plus récemment possible.

Vous pouvez enfin lire Le Journal de la Médecine Anti-Âge, publication francophone de référence, destinée au grand public éclairé, qui informe chaque mois la communauté des passionnés de médecine anti-âge des nouvelles découvertes dans le domaine de la longévité.

C’est la seule publication en français où vous retrouvez les informations de la Life Extension Foundation (citée plus haut), les comptes rendus des séminaires sur la longévité en Californie, les informations de Ray Kurzweil, des conférences de l’Académie américaine de médecine anti-âge, les découvertes publiées dans les revues médicales spécialisée dans ce domaine (en langues étrangères), les travaux de Dan Buettner sur les « zones bleues », etc.

Les plus grands spécialistes au service de votre longévité

Le Journal de la Médecine Anti-Âge rassemble les contributions des médecins pionniers dans le domaine de la nutrition anti-âge, de la médecine orthomoléculaire, et de la phytothérapie.

Mais vous y retrouvez les grands noms de la médecine innovante en France comme le Dr Thierry Hertoghe, président de la société mondiale de médecine anti-âge (World Anti-Aging Society), le Dr Éric Lorrain, président de l’IESV (Institut européen des substances végétales), la neurophysiologiste Monique Le Poncin-Séac’h.

Chaque numéro contient en outre un dossier condensé écrit par un spécialiste sur un sujet de santé de première importance. Par exemple, en deux pages, le Dr Thierry Hertoghe, président de la société mondiale de médecine anti-âge (World Anti-Aging Society), vous résume les méthodes, produits, nutriments et vitamines, qui permettent de lutter contre une maladie liée à l’âge.

Le Dr Thierry Hertoghe est l’un des meilleurs spécialistes mondiaux de la médecine anti-âge. Il a été coordinateur scientifique et chargé d’enseignement au cycle post-universitaire de thérapie médicale anti-âge, au département de prévention de la sénescence du centre universitaire de Charleroi, et chargé de cours de programme post-universitaire de médecine anti-âge pour médecins, en Allemagne.

Il est également l’auteur de nombreux ouvrages médicaux de référence dont Comment rester jeune plus longtemps, aux éditions Albin Michel, le guide de l’hormonothérapie pratique, qui a instruit des milliers de médecins, ainsi que des traités de médecine anti-âge.

Le secret anti-âge qui marche en 3 minutes chrono

La plupart des personnes imaginent qu’augmenter sa longévité est forcément compliqué, coûteux, et consommateur de temps.

C’est vrai pour certaines choses, mais la recherche progresse à grande vitesse.

Des approches qui nécessitaient des mois d’investissement et des milliers de francs il y a trente ans ne coûtent plus, aujourd’hui, que quelques euros et ne prennent que quelques minutes.

L’exemple le plus emblématique est le décodage du génome : vous pouvez faire décoder tout votre code génétique pour 70 euros actuellement, et en moins d’une semaine, alors que cela vous aurait coûté des millions d’euros et plusieurs années d’attente il y a encore 10 ans.

De même, les scientifiques ont identifié aujourd’hui une substance qui regonfle les réserves dénergie de vos cellules. Une cellule vieillissante peine à produire de l’énergie, et donc à faire son travail : si c’est une cellule musculaire, vous avez moins de force ; si c’est une cellule du cerveau, vous avez moins de mémoire ou de rapidité d’esprit ; si c’est une cellule nerveuse, vous perdez vos réflexes.

Cette substance qui dope l’énergie cellulaire, c’est le nicotinamide mononucléotide (NMN). C’est une substance sans danger que vous pouvez simplement ajouter dans l’eau que vous buvez (elle est extraite du brocoli, du chou, du concombre et de l’avocat).

Des chercheurs ont fait l’expérience sur des souris, auxquelles ils ont donné de l’eau avec une forte dose de NMN, avec une faible dose, ou sans NMN. Après une année, les souris ayant reçu du NMN avaient de meilleurs muscles, des os plus solides, des défenses naturelles plus fortes, un poids plus faible, plus d’énergie et moins de glycémie (sucre dans le sang).

Ils ont constaté que l’effet était d’autant plus fort que les souris étaient plus vieilles. Et ils se sont aperçus que le niveau de NMN dans le sang augmente au bout de 3 minutes seulement après la prise !!

4 choses que les Suisses peuvent nous enseigner pour vivre plus longtemps en bonne santé

Selon le rapport 2014 de l’Organisation mondiale de la santé, la Suisse fait partie des pays qui ont la plus grande longévité dans le monde (n° 2 pour les hommes et n° 3 pour les femmes).

L’explication est incroyablement simple :

  • Les Suisses vivent dans de petites villes, villages ou vallées, où existent de forts liens entre les personnes. Très peu de Suisses souffrent de solitude ou d’isolement ; 96 % affirment avoir quelqu’un sur qui ils peuvent compter à tout moment en cas de besoin, selon une étude de l’OCDE [10] ;
  • Ils ont un excellent équilibre entre leur vie et leur travail : seuls 7 % des Suisses disent travailler énormément. Ils ont moins de vacances, ce qui leur permet d’avoir des horaires plus réguliers pendant l’année. La plupart s’arrêtent longuement dès midi pour manger tranquillement, et quittent le travail à 17 heures. Les magasins ferment le samedi soir à 18 heures au plus tard, sont fermés le dimanche, les obligeant à faire une vraie pause dominicale ;
  • Partout, ils marchent ou font du vélo : la plupart des villes de Suisse sont entièrement étudiées pour faciliter les déplacements à pied ou à vélo. Des chemins relient toutes les villes de Suisse, et la randonnée en montagne, à ski l’hiver, est le sport national ;
  • Ils mangent du chocolat : les Suisses ont la plus grosse consommation du monde de chocolat. Le chocolat noir (plus de 70 % de cacao) contient de la théobromine euphorisante, de la phényléthylamine (précurseur de la sérotonine, molécule du bonheur) et des flavonoïdes qui protègent la peau des coups de soleil et du vieillissement.

« Incroyablement simples », notez toutefois que les trois premiers points sont difficiles à mettre en œuvre dans la vie si vous n’êtes pas organisé pour ça : un rythme de travail sain, des relations sociales intenses, beaucoup de marche à pied et de vélo, la plupart d’entre nous ont l’impression que c’est impossible ou difficile pour eux.

Cest pourquoi le Journal de la Médecine Anti-Âge aborde également de façon très pratique comment changer de vie, dans le bon sens.

Il ne vous dit pas seulement ce qu’il faudrait faire dans un monde idéal.

Il vous donne des solutions concrètes pour progresser vers un mode de vie plus sain. Ce sont des témoignages personnels, des petits trucs simples, des partages d’expérience avec les autres lecteurs, des conseils de professionnels qui vous aident à réellement passer à l’action.

La carte au trésor pour arrêter le vieillissement

Le Journal de la Médecine Anti-Âge est donc votre carte au trésor qui vous dévoile le chemin pour vivre mieux et plus longtemps.

Comme toutes les cartes au trésor, cependant, il n’est pas facile de se la procurer. Elle n’est pas en vente dans les kiosques à journaux, dans les gares, à la Fnac !

Seul un cercle très restreint en bénéficie aujourd’hui.

Ce sont des personnes qui ont suivi Santé Nature Innovation depuis déjà longtemps qui ont eu accès à La Lettre du Dr Thierry Hertoghe, qui ont fait la preuve de leur sérieux et de leur détermination malgré les difficultés du chemin…

Vous ne pouvez intégrer ce groupe qu’en de rares occasions, lorsque, durant quelques heures ou quelques jours, un nouveau contingent d’inscriptions est ouvert.

Dans tous les cas, il faut réagir immédiatement. Lorsque les places sont prises, il peut s’écouler des mois ou des années avant qu’une nouvelle occasion se présente.

La médecine anti-âge n’est plus réservée aux stars…

Oui, me direz-vous, mais le prix doit être exorbitant, n’est-ce pas ?

Après tout, la médecine anti-âge est le domaine réservé des stars, des femmes de sportifs et de PDG, qui ont les moyens de mettre des fortunes dans leur santé !

Eh bien oui, c’est le cas : rassembler les informations du Journal de la Médecine Anti-Âge coûte des fortunes.

Il faut suivre l’actualité scientifique dans le monde entier, faire travailler des experts mondialement connus, participer à de coûteuses formations…

Mais c’est justement l’intérêt d’avoir une publication : vous divisez le coût entre tous les abonnés.

Ce que vous recevez

En tant qu’abonné au Journal de la Médecine Anti-Âge, vous recevez les dernières informations sur les nouvelles thérapies antivieillissement.

Lors de votre adhésion, vous recevez un livre électronique de 193 pages qui vous présente les connaissances scientifiques actuelles les plus poussées sur l’allongement de l’espérance de vie.

Ce livre électronique, intitulé Longévité : ce que la science permet vraiment d’espérer, est une mini-encyclopédie dans laquelle vous retrouvez toutes les explications, les définitions, les mécanismes pour comprendre pourquoi et comment vous pouvez accroître votre longévité.


par le Dr Jean-Paul Curtay

Vous y découvrez des ressorts biologiques dont l’immense majorité des gens n’ont pas même idée, et cela peut être aussi simple que de modifier le contenu de votre assiette.

Vous y trouverez :

  • Page 139 et suivantes : une revue détaillée des nutriments qui ont une influence sur la longévité de l’homme ;
  • Page 142 et suivantes : les complémentations nutritionnelles particulières, adaptées aux personnes stressées, malades, vivant en environnement pollué (grandes villes), souffrant de début de maladies dégénératives ;
  • Page 11 et suivantes : des témoignages de « supercentenaires » : Jiroemon Kimura (116 ans), Jeanne Calment (122 ans), Luigi Cornaro (102 ans), qui expliquent les choix de vie et les choix alimentaires qui leur ont permis de vivre si longtemps ;
  • Page 22 et suivantes : les conclusions des études sur les animaux qui vivent très longtemps, notamment ceux qui ont cette étonnante capacité à ressusciter, dont je vous ai parlé plus haut ;
  • Page 32 : comment utiliser des substances naturelles, le resvératrol, la quercétine et la curcumine, pour déclencher un processus d’autophagie (autodigestion) de nos protéines endommagées. Il s’agit d’un mécanisme de défense essentiel que l’on retrouve dans les processus de rajeunissement ou d’allongement de la durée de vie chez de nombreux organismes ;
  • Page 33 et suivantes : tout sur les réparations d’ADN et les télomères ;
  • Page 37 : lutter contre les maladies dégénératives des artères, du cœur, des articulations, des nerfs et du cerveau ;
  • Page 53 et suivantes : les moyens dont on dispose aujourd’hui pour ralentir le vieillissement : détoxification, restriction calorique, multiplication des mitochondries par activation SIRT 1/resvératrol, arginine, les supplémentations en magnésium, coenzyme Q10 et phyto-œstrogènes ;
  • Page 65 : les aliments et nutriments qui réparent l’ADN ;
  • Page 68 : les effets de l’astragaloside pour stimuler la télomérase ;
  • Page 75 : les nutriments de la longévité (NAD, vitamine PP, glutathion, sirtuines, tryptophane, méthionine, glutamine…) ;
  • Page 88 : la vitamine E contre les maladies dégénératives ;
  • Page 98 : intérêt de la supplémentation en zinc pour l’activation des gènes, la transcription de l’ADN et ARN, la stabilité de l’ADN et l’épigénétique ;
  • Page 105 : le lycopène, la lutéine, les polyphénols, la N-acétyl-carnitine, l’acide alpha-lipoïque, la chondroïtine sulfate contre les maladies inflammatoires (dont l’arthrose, le psoriasis et la maladie d’Alzheimer) ;
  • Page 126 : découverte du « village des centenaires » d’Acciaroli, au sud de Naples ;
  • Page 129 : l’alimentation anti-inflammatoire qui permet d’avancer plus loin en âge et avec le sourire ;
  • Page 131 : les « bonnes drogues » à consommer sans modération quand on vieillit, et qui permettent de se passer du sucre, de l’alcool et du tabac ;
  • Page 138 : comment pratiquer la « cohérence cardiaque » et méditer pour mieux gérer son stress et optimiser son sommeil ;
  • Page 147 : comment connaître l’intensité de votre vieillissement moléculaire ;
  • Page 160 : l’intérêt de la chélation pour vous purifier des métaux lourds et polluants qui s’accumulent dans les tissus (surtout les tissus adipeux ou graisseux) avec l’âge ;
  • etc.

Bref, ce guide sera votre compagnon pour retrouver en un clin d’œil toutes les informations les plus importantes pour vivre plus longtemps.

Toutes les études scientifiques importantes sur la longévité sont répertoriées, et vous disposez d’un glossaire vous indiquant la définition de tous les mots techniques et compliqués liés à la médecine anti-âge.

Vous avez à l’intérieur des années d’expériences à mener, une prodigieuse diversité d’approches, de pistes, de produits, substances, nutriments, pour favoriser votre longévité.

Et vous recevez ce guide en cadeau avec votre abonnement au Journal de la Médecine Anti-Âge.

Recevez immédiatement votre premier numéro du Journal de la Médecine Anti-Âge

Afin de ne pas perdre une minute, vous recevez immédiatement aussi votre premier numéro du Journal de la Médecine Anti-Âge.

Vous y trouverez des applications pratiques des dernières découvertes :

  • un dossier médical complet pour agir contre les rides sans chirurgie esthétique : rides du front, pattes d’oie, petites rides verticales au-dessus des lèvres, paupières tombantes, il existe des traitements naturels efficaces. Toutes les informations vous sont indiquées avec le nom des produits, les dosages, les précautions ;
  • découvrez les prouesses de la mésothérapie pour réduire les rides : une séance tous les 9 mois suffit !
  • le massage à l’huile solarisée de lys blanc, qui régénère la peau, contre les peaux flasques ;
  • les exercices de gymnastique faciale : trois gestes quotidiens tout simple qui permettent d’empêcher l’apparition des rides au coin des yeux et de la bouche ;
  • la vitamine révélée par la revue scientifique Nature, en mars 2016, pour rester jeune (page 8) ;
  • comment gagner 7 ans despérance de vie en 25 minutes, grâce à une étude anglaise ;
  • la bactérie anti-âge du Pr Anatoli Brouchkov, présentée à l’Académie russe des sciences ;
  • le nouvel extrait de plante chinoise, qui arrive enfin en Europe début 2017 et qui est efficace en cas de défaillance du système immunitaire, de surmenage, de burn-out, de convalescence après une grippe ou en cas de cancer ;
  • le potage aux haricots noirs et à la carotte qui vous refait le plein dantioxydants ;
  • calmez vos douleurs lombaires en quelques minutes par jour, grâce à un simple exercice de posture et de respiration (page 13) ;
  • arthrose du pouce de la main : la cold cream, les suppléments nutritionnels et l’importance de faire vérifier votre taux d’hormones thyroïdiennes et d’hormones sexuelles ;
  • immortalité : le point sur l’avancée réelle des recherches avec un focus sur la cryogénisation.

Et ce numéro n’a rien d’exceptionnel : il est représentatif de ce que les adhérents reçoivent chaque mois chez eux.

Vous pouvez bien sûr bénéficier personnellement des découvertes, et en faire profiter votre entourage.

Mais vous pouvez aussi participer au mouvement, en signalant aux experts les points précis qui vous paraissent les plus urgents. En fait, ils attendent de la communauté des lecteurs que vous leur adressiez vos remarques, questions, et problèmes particuliers. Lorsque le sujet est susceptible d’intéresser les autres abonnés, ils répondent de façon détaillée à votre question dans le numéro suivant (de façon anonyme bien sûr).

Continuez l’aventure

En lisant Le Journal de la Médecine Anti-Âge, vous découvrirez :

  • comment dormir comme un bébé, malgré les années ;
  • le peuples des Hounzas, dans une haute vallée de l’Himalaya, à la longévité et à la force exceptionnelles ;
  • les 7 signes qui montrent que vous êtes beaucoup trop fatigué(e) et comment y remédier ;
  • des textes qui vous aident à vous réjouir de voir les années passer, l’expérience s’accumuler, la sagesse grandir…
  • comment maintenir votre force musculaire à un âge avancé ;
  • les produits naturels qui mettent de l’huile dans vos articulations ;
  • les nutriments du cerveau, pour gagner des neurones en vieillissant ;
  • comment ramoner vos artères avec cette cure de détox ;
  • purifiez votre foie, éliminez vos toxines avec la sève de bouleau ;
  • les « élixirs de jouvence » à travers les âges, des Grecs aux Arabes, jusqu’à l’eau de jouvence de l’abbé Soury, l’élixir du Suédois et les découvertes scientifiques russes ;
  • soignez vos yeux pour voir sans lunettes : les nutriments, le yoga des yeux, la gymnastique oculaire ;
  • lhormone de la sociabilité et de laffection, qui donne une nouvelle intensité à vos relations intimes ;
  • ainsi que des centaines et des centaines d’autres sujets passionnants qui vous ouvriront les portes de la longévité.

Toutes ces approches sont naturelles. Le but est d’activer l’alimentation, le mode de vie, les nutriments naturels, les avancées scientifiques sans brutaliser le corps.

C’est une approche globale, holistique, qui vous permet de vous sentir mieux dans votre peau, votre tête et votre corps.

Vous pouvez avoir l’impression de revenir des années en arrière, votre entourage peut s’étonner que vous paraissiez moins âgé, mais vous n’aurez pas obtenu cet effet en trichant.

Votre ligne directe avec les meilleurs experts mondiaux

Recevoir Le Journal de la Médecine Anti-Âge, c’est entrer dans un cercle de personnes qui ont accès à des traitements dont la plupart des médecins et étudiants en médecine n’ont pas encore entendu parler. Et ne parlons pas des autres patients, même parmi ceux qui ont l’esprit ouvert et qui se renseignent sur les médecines alternatives.

Vous recevez, chaque mois, des informations qui ne peuvent être trouvées nulle part ailleurs, car ces experts sont à l’avant-garde de la recherche.

Dans chaque numéro, retrouvez également des articles de fond sur :

  • la nutrition et la diététique, accompagnés de recettes commentées par un diététicien ;
  • des activités physiques et des exercices expliqués et illustrés par un professeur de pilates ;
  • la gymnastique cérébrale pour stimuler le cerveau. Mémoire, acuité intellectuelle et cognitive, créativité, logique, sens de l’orientation, toutes vos capacités cérébrales seront musclées.

Ce journal, disponible à la fois au format électronique ET au format papier, est rédigé pour être lu par tous, mais plus encore par ceux qui veulent participer activement à améliorer leur santé avec les moyens les plus avancés.

Le Journal de la Médecine Anti-Âge existe aussi en format papier

La version électronique est l’option la moins chère que nous puissions vous offrir mais, moyennant un supplément, vous pouvez aussi recevoir chaque mois Le Journal de la Médecine Anti-Âge chez vous en format papier, imprimé, par la Poste.

Chaque numéro fait 16 pages. Cela peut donc être long et fatiguant à lire sur écran. L’imprimer peut coûter cher, à la longue, et il n’est pas toujours facile d’archiver des feuilles volantes.

Nous vous envoyons donc, si vous le souhaitez, vos numéros du Journal de la Médecine Anti-Âge en format papier, reliés, bien exécutés. Ce sera pour vous plus agréable à consulter et plus facile à conserver.
Toutefois, l’imprimer, le mettre dans une enveloppe adressée à votre nom, et payer le timbre pour la France nous coûte 1,50 euros par numéro, ce qui nous oblige à vous demander une participation supplémentaire de 15 euros par an (douze numéros). L’abonnement papier coûte donc 29 euros (offre spéciale -50% en format électronique), plus 15 euros, soit en tout 44 euros par an pour la France métropolitaine.

Nous vous proposons aussi de recevoir Le Journal de la Médecine Anti-Âge au format papier en Europe et dans le monde entier. Il faut alors compter un coût supplémentaire d’acheminement selon le pays dans lequel vous vous trouvez.

Votre double garantie « satisfait ou remboursé »

Toutes ces promesses ne sont pas des paroles en l’air.

Lorsque vous aurez reçu votre premier numéro du Journal de la Médecine Anti-Âge, prenez bien le temps de l’examiner et d’appliquer les conseils qui s’y trouvent.

Assurez-vous que vous comprenez tout, que cela marche pour vous.

Si, pour quelque raison que ce soit, vous décidez de ne pas continuer, vous serez remboursé intégralement de votre abonnement.

Vous pourrez néanmoins garder tout ce que vous aurez reçu, que ce soient vos numéros ou votre livre électronique offerts que vous allez recevoir instantanément (par voie électronique).

Je vous rappelle que vous bénéficiez également des garanties spéciales de satisfaction de Santé Nature Innovation :

  • Pendant les trois premiers mois à compter de la date de votre inscription, vous profitez de plein droit du Journal de la Médecine Anti-Âge et vous pourrez vous faire rembourser intégralement sur simple demande. Aucune justification ne vous sera demandée.
  • Par la suite, vous pourrez toujours interrompre à tout moment, sans payer un centime de plus.

Vous bénéficiez donc d’une double sécuritéune transaction hypersécurisée et notre garantie d’annulation et de remboursement sans condition. Autant de garanties sont exceptionnelles.

C’est pourquoi je vous encourage vivement à faire lessai aujourdhui.

Cela pourrait être une décision très importante pour votre vie future.

50% de réduction sur votre abonnement!

Enfin, j’ai une bonne nouvelle, réservée aux fidèles lecteurs de Santé Nature Innovation.

L’abonnement annuel (12 numéros) au Journal de la Médecine Anti-Âge coûte 59 euros en tarif normal.

Mais, afin de permettre au plus grand nombre d’accéder au Journal de la Médecine Anti-Âge, je vous propose pour une durée limitée un tarif « découverte » : vous bénéficiez d’une réduction exceptionnelle de 50 %, valable la première année. Vous ne payez donc que 29 euros pour 12 numéros.

C’est un prix extraordinairement bas pour recevoir les dernières découvertes scientifiques dans le domaine de l’anti-âge commentées et expliquées par les meilleurs spécialistes.

De plus, en vous inscrivant aujourdhui, vous recevez immédiatement dans votre boîte aux lettres électronique, inclus dans votre abonnement :

  • Votre livre électronique de 193 pages, qui vous présente les connaissances scientifiques actuelles les plus poussées sur l’allongement de l’espérance de vie ;
  • Le 1er numéro du Journal de la Médecine Anti-Âge, intitulé « Rajeunir n’est plus de la science-fiction », qui est un trésor pour votre santé.

Ces cadeaux, vous pourrez les garder pour vous, sans aucune contrepartie, si vous deviez décider par la suite d’annuler votre adhésion (rappelez-vous que vous avez la garantie satisfait ou remboursé intégralement).

Cette offre est tellement avantageuse qu’elle est évidemment limitée. Elle expirera le 15 décembre 2016à minuit. Je vous encourage à en profiter tout de suite.

Pour cela, il suffit de suivre le lien ci-dessous. Le formulaire d’inscription se remplit en quelques instants et il est entièrement sécurisé.

Rendez-vous ici pour vous inscrire au Journal de la Médecine Anti-Âge et recevoir immédiatement vos cadeaux

 

Commentaires fermés

SANTE NATURE iNNOVATION – L’AMOUR MEDECIN -

L’amour médecin
SI
Sante Nature Innovation
|
Aujourd’hui, 07:59
WILLIAM ELBEZ (williamelbez@hotmail.fr)

Boîte de réception
La Lettre Santé Nature Innovation par Jean-Marc Dupuis
est un service d’information gratuit sur la santé, la nutrition et le bien-être.
Pour vous inscrire, rendez-vous ici.

Pour ne plus recevoir nos messages, rendez-vous ici.

L’amour médecin

Chers amis,

Souvent je rencontre des personnes accablées de maladies compliquées, insensibles aux médicaments.

Je m’efforce alors de ne pas minimiser leur douleur, et surtout de ne pas « relativiser ».

Rien de plus facile, en effet, que d’évoquer la guerre, la pauvreté dans le monde, les famines, les souffrances des autres : « Tu vois, tu n’es pas si malheureux ! »

Sous une apparence d’évidence, cette réponse est ridicule et même un peu méchante.

En effet, qui sommes-nous pour juger de la souffrance des autres ? Même une personne en bonne santé et qui a, en apparence, « tout pour être heureuse » peut ressentir chaque nuit d’horribles angoisses, être envahie de désespoir le matin au point de ne pas réussir à sortir de son lit, souffrir d’un manque d’amour, de solitude ou, plus profondément encore, d’un abîme dans son âme dont elle ne voit pas le fond. Sans savoir pourquoi, ni les causes profondes de son mal, elle est rongée par la souffrance et c’est une cruauté d’aller lui dire que sa vie n’est pas si dure.

La première chose que j’essaye de faire est vraiment de montrer avec des mots, des gestes, que non seulement je comprends cette douleur, mais que même je la ressens moi aussi, au moins en partie.

Ce sentiment vient naturellement, car c’est ainsi que nous sommes faits. Même devant la souffrance d’inconnus à la télévision, même dans des films où nous savons pourtant que ce ne sont que des acteurs… notre gorge se noue, nos tripes se tordent, nous avons envie de faire quelque chose face à la douleur.

L’amour qui soigne

Et le miracle, c’est que cette envie procure déjà un soulagement à ceux qui souffrent. Un soulagement, et même parfois une joie et un début de guérison. Oui, je n’hésite pas à parler de miracle, car cette chose est incroyable quand on y réfléchit, et pourtant elle nous est tellement familière.

Combien de fois ai-je vu mes enfants se faire mal et réellement souffrir, crier dans un torrent de pleurs ! Leur maman accourt, ou bien c’est moi-même. Nous faisons la grimace, nous poussons des « oh » et des « ah » devant ce genou écorché, l’enfant nous regarde à travers ses larmes, voit que nous souffrons pour lui… Et déjà ses cris se changent en sanglots, ses larmes se tarissent… La douleur n’est plus aussi forte, la convalescence va bientôt commencer.

Il serait bien naïf, ou plutôt pessimiste, d’imaginer que la chose ne vaut pas aussi pour les adultes.

Ce n’est pas pour rien que, dès qu’il nous arrive malheur, nous appelons les personnes que nous aimons. Inconsciemment, nous savons que raconter notre malheur permet de partager notre douleur, au sens propre du mot « partager ». Nous « donnons » un petit peu de douleur à chaque personne autour de nous, si bien que la nôtre s’atténue et devient plus supportable.

Je vous ai parlé récemment du beau livre de Julien Venesson, Vaincre la sclérose en plaques. C’est un exemple magnifique de l’amour médecin. Julien raconte son aventure avec sa compagne Émilie, qui était gravement malade quand il l’a rencontrée. Elle découvre à ses côtés le désir, l’énergie et des approches thérapeutiques nouvelles pour vaincre la sclérose en plaques, réputée incurable. Et le miracle s’accomplit. Au bout de trois ans, tous les symptômes ont disparu, alors que les médecins lui promettaient tous une irrémédiable aggravation.

Grâce aux autres, le soulagement peut aller très loin : les personnes qui ont connu de grandes épreuves et qui ont eu la chance d’avoir pu en faire un livre, un documentaire ou un film à succès, faisant ainsi connaître au monde entier leur souffrance, peuvent déclencher tant de compassion qu’elles-mêmes finissent par se « réjouir », d’une certaine façon, du malheur qui les a affligées mais qui leur a apporté tant de chaleur humaine.

C’est la force incroyable de la compassion.

D’où l’importance cruciale de veiller à exprimer autant que nous le pouvons notre compassion auprès des personnes souffrantes. Nous avons là en nous, souvent sans le savoir, un bien inestimable, un trésor que nous pouvons distribuer à pleines mains, sans que cela nous retire quoi que ce soit, bien au contraire.

Ne pas se laisser impressionner par l’indifférence apparente

Bien sûr, nous sommes aussi capables de faire comme si la souffrance des autres n’existait pas.

Ainsi, par exemple, des infirmiers transportant un grand brûlé peuvent-ils parler tout haut de leurs vacances, du dernier film, et même rire aux éclats.

Même si cela peut paraître choquant, il faut comprendre que cette indifférence apparente n’est possible que parce qu’ils font semblant d’ignorer la personne souffrante. S’ils devaient s’arrêter de parler et regarder « l’homme de douleur » droit dans les yeux, voir ses blessures, lui parler, alors il leur serait impossible de ne pas ressentir dans leur propre chair une partie de ses souffrances.

Les personnes qui travaillent dans les hôpitaux, les centres de soins palliatifs, les pompiers qui gèrent les accidents de la route et les soldats développent tous cette capacité de faire semblant, de « s’abs-traire » (se tirer hors) de la réalité, dans une certaine mesure.

Sans doute est-ce un « mal nécessaire » pour faire leur travail.

Sadiques et psychopathes

On parle beaucoup des « sadiques » qui prétendument tirent plaisir de la douleur des autres.

En réalité, ce « plaisir » n’a rien à voir avec le plaisir vrai que vous éprouvez, par exemple, blotti(e) dans les bras d’un être aimé devant un beau soleil couchant.

Le plaisir du sadique est un plaisir paradoxal, issu de la douleur qu’il inflige aux autres.

Reste enfin le cas à part des « psychopathes », qui font les serial killers. Ce sont des cas très particuliers de malades mentaux, bien identifiés par les psychiatres, à qui il manque une fonction cérébrale naturelle, exactement de la même façon qu’il peut manquer à quelqu’un la vision, la parole ou la mémoire.

Cette fonction qui leur manque est justement celle de la compassion, c’est-à-dire, étymologiquement, la capacité de souffrir avec les autres. Le psychopathe est capable, comme on le voit dans certains films horribles, de se faire un bon repas et de s’amuser franchement alors qu’il a juste à côté de lui une victime torturée. Mais ce n’est pas normal. C’est parce qu’il est malade.

Il faut se rassurer : le fait qu’existent des psychopathes ne prouve rien quant à ce que sont les autres êtres. La psychopathie est une anomalie mentale. Elle ne touche que moins de 1 % des personnes.

Conserver notre humanité

La vie moderne nous pose de terribles défis. Au volant de notre voiture, dans les transports en commun, la foule des grandes villes, nous croisons chaque jour des masses de personnes que nous ne reverrons jamais.

Il est normal et inévitable, dans ces conditions, de se « blinder », en restant dans le monde intérieur de ses pensées, sans s’intéresser à chaque personne qu’on croise.

Mais l’indifférence peut devenir effrayante.

Vous avez peut-être vu cette vidéo d’un garçon sur le quai du métro à Londres, tandis qu’un landau vient de tomber du quai juste à côté de lui. Les écouteurs enfoncés dans les oreilles, il laisse la maman se jeter sur la voie et essayer d’en retirer le landau. Il ne lui tend même pas la main pour l’aider alors qu’une rame de métro arrive [1] !

Un lecteur me racontait récemment :

« J’allais prendre le métro à Paris avec une amie et nous avions en face de nous sur le quai opposé une personne apparemment allant vraiment mal, qui était prête à se jeter sur les rails. Personne ne réagissait. Mon amie est allée très vite faire arrêter le passage du métro, en face… Comment est-il possible d’être indifférent à ce point pour laisser un homme se tuer sans “prendre le risque” de réagir [2] ? »

Nous avons ce trésor de la compassion dans notre cœur. Mais nous sommes aussi capables d’enfouir ce trésor, tel un pirate sur une île déserte, au point qu’il n’apparaisse plus du tout à la surface de nos vies !

Faisons tout ce que nous pouvons pour ne pas « pirater » notre compassion, et la laisser agir au moins avec les personnes que nous connaissons, que nous avons connues et que nous pourrions connaître.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

P.-S. : Puisque nous parlons de poussettes et de miracles, je vous invite à voir cette stupéfiante vidéo sur Youtube, d’une poussette qui tombe sur la voie. Le train passe et l’enfant… est sain et sauf : cliquez icipour visionner cette vidéo.


La fin des antibiotiques ?

Des décennies de prescription abusive d’antibiotiques nous mènent droit à une véritable catastrophe sanitaire : des superbactéries, résistantes aux antibiotiques, ont fait leur apparition. Elles sont devenues la bête noire du corps médical.

Devons-nous pour autant céder à la peur ? Non. Alors que les laboratoires pharmaceutiques sont dépassés par la situation, la phytothérapie et de l’aromathérapie apportent des solutions puissantes et naturelles.

Découvrez lesquelles dans cette vidéo gratuite.

>> Cliquez ici maintenant <<


Les Français accros aux statines

Huit millions de Français prennent aujourd’hui des médicaments contre le cholestérol.

Il est pourtant démontré que ces médicaments ne diminuent pas le risque de décès par accident cardiaque.

Au contraire, les statines sont accusées de :

  • Augmenter le risque d’hémorragie cérébrale ;
  • Augmenter le risque de cancers ;
  • Augmenter le risque de déclin cognitif lié à l’âge, notamment la maladie d’Alzheimer ;
  • Augmenter le risque de diabète ;
  • Augmenter le risque de devenir aveugle ;
  • Augmenter le risque de troubles de la sexualité dans les deux sexes, et notamment plus d’impuissance chez les hommes ;
  • Augmenter le risque de problèmes rénaux ;
  • Augmenter les risques de problèmes musculaires, tendineux et ligamentaires ;
  • Augmenter le risque de pathologies articulaires inflammatoires ;

Et pourtant, il existe des méthodes naturelles et efficaces pour diminuer réellement le risque d’infarctus et d’AVC.

Pour les connaître, cliquez ici.


Si vous n’êtes pas encore abonné à La Lettre Santé Nature Innovation et que vous souhaitez vous aussi la recevoir gratuitement, inscrivez-vous ici.

******************************

Pour être sûr de bien recevoir La Lettre Santé Nature Innovation sans qu’elle se perde dans votre boîte de messagerie électronique, visitez la page suivante.

******************************

Si vous souhaitez commenter cet article, je vous invite à le faire ici.

******************************

Si vous pensez que ce message pourrait intéresser un ami ou un proche, n’hésitez pas à le lui transférer par email (utilisez la fonction « transférer ce message » dans votre boîte de messagerie électronique). Pour partager cet article, vous pouvez utiliser l’un des réseaux sociaux suivants :

Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Pinterest Partagez sur Google + Partagez sur LinkedIn

******************************

Sources :

[1] Terrifying moment a toddler in a pushchair is sucked on to a live Tube track as a train heads into the station – and is rescued by its mother with just seconds to spare

[2] L’amour médecin

******************************

Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre Santé Nature Innovation est un service d’information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Pour toute question, rendez-vous ici.

Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal – France

******************************

Vous recevez ce message à l’adresse williamelbez@hotmail.fr car vous avez souscrit à La Lettre Santé Nature Innovation. Si vous ne souhaitez plus recevoir cette lettre d’information gratuite sur la santé naturelle, rendez-vous sur notre page de désinscription.

 

Commentaires fermés

WP Login